Chris Johns: Je pense que nous sommes à l’aube d’un boom économique

Je pense que nous sommes à l’aube d’un boom économique. Ce n’est pas une prévision issue d’un modèle économique défectueux; c’est une vision basée sur une perspective existentielle du comportement économique. Si nous n’avons pas une reprise économique très solide – et assez prolongée en plus – il est probable que nous échangerons une crise sanitaire contre une crise économique.

Sans un boom économique, nous allons avoir de graves problèmes. Ainsi, sur la base de bonnes prévisions pour voir où se situent les intérêts acquis, nous allons vivre quelque chose que le monde n’a pas vu depuis un certain temps: une explosion de croissance économique accompagnée d’une cuillerée d’inflation.

Pourquoi existentiel? Le verrouillage a conduit à un débat sur la façon dont nous menons nos vies. Une partie de cela a été très publique et a révélé de nombreuses divisions sociétales. Beaucoup d’entre nous posent tranquillement des questions sur la façon dont nous voulons vivre et travailler quand tout est fini, sinon avant. Il va y avoir des changements, dont nous ne pouvons que deviner une grande partie.

Mais l’une de mes impressions est que beaucoup de décisions personnelles impliqueront beaucoup plus de dépenses, du moins pendant un certain temps. Dans un petit sens, nous pouvons le voir déjà avec Noël: les préparatifs ont commencé plus tôt que jamais. Le comportement d’aujourd’hui a été modifié par les incertitudes de l’avenir. «Faisons-le tôt, imaginativement et aussi grand que possible» semble être le thème de Noël 2020.

Partie de dépenses

Libérés des verrouillages et autres restrictions, nous voudrons dépenser. Pas seulement à cause d’un rebond naturel de la consommation, aussi important que cela soit. La pandémie pour beaucoup d’entre nous nous a rappelé nos fragilités, ce que signifie réellement l’incertitude. Les taux d’épargne ont explosé partout: en Irlande, par exemple, un euro sur trois que nous avons gagné au deuxième trimestre a été économisé. Notre taux d’épargne personnelle a plus que doublé.

Malgré la récession provoquée par la pandémie, les revenus ont remarquablement bien résisté, en grande partie grâce aux largesses du ministre des Finances. Des histoires similaires se déroulent dans de nombreuses autres juridictions. Une partie du boom post-pandémique sera un effondrement de ces taux d’épargne élevés, très probablement – et de manière appropriée – qui deviendront négatifs à mesure que les épargnants dépensent et deviennent des emprunteurs.

Les frénésie de dépenses de consommation amorceront la pompe de récupération. Les gouvernements devront également jouer un rôle, structurellement et cycliquement. C’est un risque pour ma thèse sur le boom économique: la politique et la mauvaise économie pourraient facilement inciter les gouvernements à faire la mauvaise chose. Aux États-Unis, la stratégie de la terre brûlée de l’administration Trump s’est maintenant étendue au blocage des efforts en cours de la Réserve fédérale pour maintenir l’économie à flot. Nous ne pouvons qu’espérer que cela soit aussi temporaire que cynique. Un Sénat républicain pourrait-il vraiment penser qu’une économie en ruine est un prix à payer pour une présidence Biden sabotée?

Au Royaume-Uni, le chancelier marmonne sur la nécessité de resserrer la politique budgétaire le plus tôt possible. Ce serait une grosse erreur. Une augmentation de l’imposition des plus-values ​​n’est que l’un des nombreux cerfs-volants qui ont été pilotés. Le dernier en date est un gel des salaires dans le secteur public. Si le Royaume-Uni insiste pour poursuivre la superstition économique, il ne fera qu’aggraver la catastrophe du Brexit.

Si les gouvernements ne font pas tout ce qu’ils peuvent pour encourager une reprise, ils iront à l’encontre des conseils des principaux militants budgétaires réformés du monde: même les faucons déficitaires du FMI demandent plus de relance budgétaire. Il n’y a rien de plus évangélique qu’un ancien grondement fiscal. Les banques centrales du monde se joignent à ce train en marche et continuent de dire aux gouvernements qu’elles imprimeront tout l’argent dont elles ont besoin pour maintenir le parti dépensier.

Investissement vert

Le FMI suggère également haut et fort sur quoi les dépenses devraient être concentrées. Nous avions l’habitude de craindre que la décarbonation de nos économies ne se fasse au détriment de la croissance et de l’emploi. Non plus: la nouvelle orthodoxie est que l’investissement dans l’économie verte sera, au pire, neutre en termes d’emploi et pourrait même stimuler la croissance.

La liste de courses du FMI est familière. Les taxes sur le carbone doivent passer de leur moyenne mondiale actuelle de 2 dollars (1,68 €) la tonne à 75 dollars. Dans de nombreux pays, une hausse à 75 dollars ne ramènerait pas les prix de l’énergie à leur niveau d’avant l’effondrement récent du prix du pétrole. Les prix de l’énergie solaire et éolienne correspondent maintenant, dans de nombreux pays, aux prix des combustibles fossiles, ce que les analystes pensaient que cela ne se produirait jamais ou, du moins, pas avant de nombreuses années. Et les prix des énergies alternatives continuent de baisser.

Les dépenses doivent augmenter pour moderniser les réseaux électriques, les transports publics, les réseaux haut débit, les projets d’énergie alternative, encourager les investissements «climato-intelligents» (pensez aux batteries, à l’hydrogène et au captage du carbone) et tous les autres suspects habituels. La baisse continue des prix de l’énergie solaire et éolienne fait partie de cette histoire. Tout cela s’ajoute à un net positif pour la croissance économique, y compris la stimulation de l’emploi.

Un boom économique se produira parce qu’il le faut: sans croissance, toute cette dette que nous avons accumulée pourrait revenir nous hanter. C’est un paradoxe: il est juste de s’inquiéter des conséquences à long terme d’un trop grand emprunt, mais il est faux d’arrêter d’emprunter maintenant. L’économie peut souvent être contre-intuitive. Nous devons nous sortir de nos montagnes de dettes plutôt que d’essayer de resserrer les cordons de la bourse tôt. Si nous suivons cette voie, ce sera un désastre autodestructeur.

  • Olympique Lyonnais Bol 3D Nous sommes l'Olympique Lyonnais OL - Foot Lyon
    Informations produit: Logo en relief Texte incrusté Dimension : 140x140x84 mm
  • Olympique Lyonnais Mug 3D Nous somme l'Olympique Lyonnais OL - Foot Lyon
    Informations produit: Logo en relief Texte incrusté
  • Olympique Lyonnais Bol 3D Nous sommes l'Olympique Lyonnais OL - Foot Lyon
    Informations produit: Logo en relief Texte incrusté Dimension : 140x140x84 mm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *