Comment construire un soutien durable au Green Deal européen

Heather Grabbe est directrice de l’Open Society European Policy Institute.

Si les dirigeants européens veulent lutter contre le changement climatique, ils devront convaincre les citoyens européens – et les y maintenir.

Avec le lancement du Pacte européen pour le climat – une campagne visant à mobiliser le soutien de la communauté et des entreprises pour le Green Deal de l’UE – la Commission européenne montre qu’elle reconnaît la nécessité de renforcer le consensus parmi les électeurs sur l’importance de ses ambitions vertes.

Mais de nouvelles recherches sur l’opinion publique dans neuf pays – menées par l’Open Society European Policy Institute et le groupe de réflexion indépendant d | part – suggèrent que les dirigeants européens auront du pain sur la planche pour essayer de construire et de maintenir ce consensus. Une écrasante majorité d’Européens veulent une action climatique, mais ce qu’ils sont prêts à faire eux-mêmes est encore assez limité.

Dans cet esprit, voici cinq points à retenir sur la manière dont les dirigeants de l’UE peuvent renforcer le soutien du public pour transformer les plans climatiques en réalité.

1. Améliorer les connaissances en science du climat. La nouvelle recherche – qui a sondé 10 000 personnes dans huit pays européens et aux États-Unis – montre une forte corrélation entre la sensibilisation des gens à la science du climat et la façon dont ils s’attendent à ce que le réchauffement climatique affecte leur propre vie. Ceci, à son tour, informe dans quelle mesure ils sont disposés à agir eux-mêmes.

La bonne nouvelle est que très peu de personnes en Europe nient le changement climatique et qu’il est dû à l’homme. La motivation à agir est la plus élevée en Espagne, avec 80% d’accord pour dire que tout doit être fait, et elle est forte en Italie, en Allemagne et en France.

Mais cette disposition à l’action est inégalement répartie dans toute l’Europe. Seuls 17% des Tchèques et moins d’un quart des Polonais et des Suédois s’attendent à ce que leur vie soit gravement affectée si aucune mesure n’est prise pour lutter contre le changement climatique. Et dans aucun pays, une majorité ne s’attend à des changements fondamentaux dans leur vie d’ici 2035.

Si les dirigeants européens veulent faire adopter une législation ambitieuse, ils devront redoubler d’efforts pour éduquer les gens sur les enjeux. La transition vers le zéro carbone prendra plusieurs décennies – et elle aura donc besoin d’un soutien démocratique à travers de nombreuses élections. Pour maintenir ce soutien, il faudra s’assurer qu’une proportion beaucoup plus grande de personnes comprend les coûts de l’inaction.

2. Donner aux gens les moyens de faire des choix écologiques plus percutants. Bien que la plupart des personnes interrogées aient déclaré entreprendre une sorte d’action dans leur vie quotidienne ou avoir l’intention de le faire, beaucoup n’ont pas été en mesure d’identifier les actions qui auraient le plus d’impact.

De plus en plus de personnes ont cité le recyclage et la réduction des déchets – 86% ont déclaré vouloir acheter moins de produits contenant du plastique, par exemple – sur des changements sans doute plus percutants, tels que le passage à l’énergie verte, la réduction de la consommation et la réduction de leur consommation de viande et de produits laitiers.

Étant donné que le bétail représente une part importante des émissions de gaz à effet de serre en Europe, des changements de comportement tels que manger moins de viande – ce que quelque 64 pour cent des personnes interrogées ont déclaré vouloir faire – seraient plus utiles. Les dirigeants devraient guider les gens vers l’adoption de comportements qui peuvent vraiment avoir un impact positif et communiquer plus efficacement sur ce qui peut vraiment faire une différence.

3. Encouragez d’abord le changement de comportement avec des incitations et montrez que les nouvelles taxes sont justes. Pour la plupart, les gens veulent des incitations à changer leur comportement et le soutien de meilleures infrastructures plutôt que des interdictions ou de nouvelles taxes.

Parmi les personnes interrogées, la mesure la plus populaire est de loin la gratuité des transports publics. Dans de nombreux pays, les gens veulent également que les communautés de ménages produisent leur propre énergie avec des sources d’énergie renouvelables partagées.

En revanche, les nouvelles taxes sur les émissions de carbone, les vols ou la viande attirent peu de soutien. Les gouvernements devraient montrer pourquoi les changements de prix sont nécessaires et équitables s’ils ne veulent pas aliéner les électeurs ou provoquer des accès de colère qui peuvent retarder leur agenda – comme cela s’est produit en France, avec les manifestations des Yellow Jackets contre la hausse des prix du carburant à partir de 2018.

4. Construire une grande coalition pour le climat à travers les lignes de parti. Aux États-Unis, la conversation sur le changement climatique est profondément polarisée le long de lignes de fracture politiques, avec un contraste frappant entre les électeurs démocrates et républicains. Cela rend plus difficile l’adoption d’une législation efficace.

La conversation est moins polarisée en Europe. Mais cela pourrait changer rapidement, si une minorité stridente commence à s’opposer aux politiques d’un gouvernement. La montée rapide des Yellow Jackets en est, encore une fois, la preuve.

La bonne nouvelle pour l’UE est que les citoyens veulent du leadership. Lorsqu’on leur demande qui devrait assumer la responsabilité de l’action climatique, environ trois quarts des Européens se tournent vers les gouvernements et en particulier vers l’UE. Plus de la moitié des gens pensent que les grandes entreprises internationales ont un niveau élevé de responsabilité dans la réduction du changement climatique.

5. Engager les plus jeunes électeurs à conduire un changement durable. Les moins de 25 ans comprennent: les jeunes électeurs sont beaucoup plus disposés à soutenir une action radicale, y compris l’élection de partis sur la base de leurs engagements écologiques.

Pour répondre aux ambitions du Green Deal européen, les dirigeants devraient tirer parti de l’activisme des jeunes dans leurs efforts pour persuader les électeurs plus âgés et plus sceptiques que la transition vers le zéro carbone doit se produire beaucoup plus rapidement afin de protéger la vie des générations futures.

Les manifestations des jeunes pour le climat ont poussé l’UE à créer le Green Deal en premier lieu, et les jeunes électeurs sont le meilleur pari des politiciens pour maintenir leur soutien à travers des mesures impopulaires et une résistance populiste.

* * *

Cette année pourrait s’avérer être le point culminant du soutien public à l’action climatique. Dans les mois à venir, la récession économique post-coronavirus pourrait mobiliser les entreprises et les travailleurs pour exprimer leur opposition aux politiques climatiques qui bouleverseraient le statu quo et nuiraient à leurs résultats. Pour les politiciens populistes à la recherche de problèmes de coin qui diviseront les électeurs, les mesures climatiques seront la cible idéale.

Le moment est venu de convaincre les gens que l’inaction climatique ne fera qu’aggraver les injustices sociales et économiques, tandis que la poursuite d’une transition sobre en carbone offrira de nouveaux emplois et opportunités. Il est grand temps pour la Commission européenne et les dirigeants de l’UE d’améliorer leur jeu et de mieux communiquer les enjeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *