Le programme de vaccination contre Covid-19 «  pourrait commencer avant le nouvel an  »

Les premières vaccinations contre Covid-19 pourraient commencer avant la nouvelle année en fonction de l’approbation de l’Agence européenne des médicaments, a déclaré mardi le ministre de la Santé.

Stephen Donnelly a déclaré: « Il est possible que si l’EMA autorise ce vaccin qu’un premier – ce serait un niveau très bas – mais qu’une première vague de vaccination puisse effectivement commencer avant la nouvelle année ».

Les commentaires du ministre sont intervenus après que l’agence a déclaré qu’elle chercherait à approuver «si possible» le vaccin Pfizer BioNTech le 21 décembre, huit jours plus tôt que prévu.

Le comité devait initialement se réunir le 29 décembre. La nouvelle date pourrait faire avancer le calendrier de vaccination de l’UE de plus d’une semaine.

L’organe de l’UE a déclaré que son comité des médicaments à usage humain (CHMP) avait «travaillé intensivement» pour vérifier les données envoyées par les sociétés pharmaceutiques au cours des dernières semaines, et avait reçu lundi des informations supplémentaires qu’il avait demandées.

« Dans l’attente des résultats de son évaluation, une réunion exceptionnelle du CHMP est désormais prévue pour le 21 décembre pour conclure si possible », a déclaré l’agence dans un communiqué.

Dans une déclaration à l’occasion de la publication du rapport du groupe de travail de haut niveau du gouvernement sur la vaccination, M. Donnelly a déclaré que le programme de vaccination serait déployé en trois phases.

«Ce sera plus vaste et plus complexe que les programmes de vaccination précédents. Il jouera un rôle central dans notre sortie de la pandémie ».

Il a déclaré qu’avec le temps, «cela nous permettra de revenir pour rouvrir notre société et de nous reconnecter comme nous le prenions autrefois pour acquis».

Cependant, M. Donnelly a averti: «Un vaccin n’aura pas d’impact positif sur la trajectoire directe de cette maladie pendant au moins des mois à venir.»

Les vaccins seront déployés en trois phases, indique le communiqué de M. Donnelly. Un premier déploiement sera suivi d’une montée en puissance massive et enfin d’un libre accès. Les groupes les plus prioritaires – ceux de plus de 65 ans dans les établissements de soins de longue durée et les agents de santé de première ligne en contact direct avec les patients – recevront le vaccin en premier.

«Aujourd’hui est une journée vraiment positive pour nous tous», a déclaré M. Donnelly. «Après une année très difficile, nous espérons que les vaccins Covid-19 seront approuvés pour une utilisation en Irlande dans quelques semaines.»

Il a déclaré que la stratégie vaccinale annoncée mardi « signifie que nous serons prêts si un vaccin passe les tests rigoureux de qualité et de sécurité de l’Agence européenne des médicaments ».

M. Donnelly a remercié le président du groupe de travail, le professeur Brian MacCraith, pour son travail sur la stratégie, qui, selon lui, était le résultat d’une étroite coopération entre le ministère de la Santé, le HSE et d’autres parties prenantes.

Les vaccins seront administrés à partir d’établissements de soins de longue durée, de cliniques de vaccination de masse, de cabinets de médecins généralistes et de pharmacies communautaires, et seront administrés par des agents de santé qualifiés.

Le ministre a déclaré que l’Irlande avait largement évité une augmentation significative des admissions aux soins intensifs et de nombreux décès en raison de son action préventive ces derniers mois, mais que Covid-19 est «toujours là-bas».

«Les cas de Covid-19 ont de nouveau augmenté ces derniers jours, et nous devons donc tous faire attention», a-t-il déclaré. Le communiqué indique qu’une fois que l’approbation du vaccin Pfizer-BioNtech sera bientôt disponible, il sera mis en œuvre dans «quelques jours».

Le Taoiseach Micheál Martin a déclaré mardi que le déploiement des vaccins Covid-19 serait en partie déterminé par la capacité des sociétés pharmaceutiques à produire des doses, ainsi que par les délais d’autorisation.

M. Martin a déclaré aux journalistes devant le Cabinet mardi matin que le déploiement de la vaccination de l’État « tout dépend de la capacité de fabrication au sein des différentes entreprises et du moment où les différents vaccins obtiennent l’autorisation ». Il a déclaré que le moment choisi était «très soumis» à ces facteurs.

M. Martin a déclaré plus tôt cette semaine que le moment «optimal» pour administrer les inoculations ne serait pas avant la fin du printemps, tempérant les attentes selon lesquelles le déploiement suivra rapidement l’approbation du premier vaccin par les régulateurs, qui est attendue avant la fin de l’année.

Un nouveau rapport préparé par le groupe de travail présidé par le professeur MacCraith détaille les types d’emplacements qui seront utilisés à différentes étapes du déploiement prévu.

Les premiers sites seront les hôpitaux, suivis des établissements de soins de longue durée, qui seront desservis par des équipes de distribution mobiles d’un hôpital voisin.

Il y aura alors des centres de vaccination de masse centralisés, et une fois que des sections plus larges de la société seront vaccinées, les généralistes et les pharmacies joueront un rôle plus important.

Le programme s’appuiera sur le pool existant de vaccinateurs travaillant au sein du système de santé, et des sources ont déclaré qu’un certain nombre d’options étaient en cours d’élaboration pour augmenter la main-d’œuvre pour le déploiement.

Le HSE travaille également sur un nouveau système informatique qui couvrira les inscriptions, les réservations, les secondes réservations et le suivi.

Des sources ont déclaré qu’une «solution logicielle prête à l’emploi» était en cours de recherche et espère qu’elle sera prête d’ici la fin de l’année.

Jusqu’à 14 millions de doses peuvent être achetées par l’État, selon qu’un sixième accord d’achat anticipé est signé par l’UE avec la société pharmaceutique Sanofi.

Des sources ont déclaré que le coût des médicaments serait d’environ 112 millions d’euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *