Les négociations commerciales sur le Brexit se sont déroulées à une vitesse sans précédent

AccueilActualitésLes négociations commerciales sur le Brexit se sont déroulées à une vitesse...

Les négociations commerciales sur le Brexit se sont déroulées à une vitesse sans précédent

Il n’est pas vrai que les négociations commerciales entre la Grande-Bretagne et l’Union européenne se sont traînées interminablement. C’est une idée fausse qui s’est largement répandue dans le discours public, informant les attitudes et la couverture médiatique. Ce n’est pas une notion politiquement innocente.

La vérité est que les pourparlers ont été menés à une vitesse sans précédent selon un calendrier extrêmement serré. Les accords commerciaux prennent souvent le courage d’une décennie à se concrétiser. Dans ce cas, le premier cycle de négociations des négociations commerciales n’a eu lieu qu’en mars.

D’où vient cette fausse idée de pourparlers interminables?

Premièrement, cela est dû à la confusion entre l’accord conclu en octobre de l’année dernière et ce que les négociateurs tentent de convenir maintenant.

L’année dernière, les pourparlers se sont concentrés uniquement sur les «conditions du divorce», selon lesquelles la Grande-Bretagne quitterait l’UE. Il y avait trois problèmes majeurs: les droits des citoyens de l’UE vivant en Grande-Bretagne et vice versa, ce que la Grande-Bretagne devait à l’UE en contributions budgétaires exceptionnelles et la tristement célèbre question de la frontière irlandaise.

Celles-ci ont été réglées dans l’accord de retrait, permettant à la Grande-Bretagne de quitter l’UE en janvier de cette année. Depuis lors, il se trouve dans une période de transition, au cours de laquelle les accords commerciaux et juridiques antérieurs entre les pays ont été temporairement prolongés pendant que la nouvelle relation future est établie.

Cette relation future est ce qui est en discussion depuis mars, et c’est un sujet beaucoup plus complexe et vaste que la question relativement simple du divorce. Il couvre tous les aspects de l’économie, des produits chimiques à l’assurance, en passant par tous les types d’interaction et de coopération.

Comment gérer les flux transfrontaliers d’électricité? Sur quelle base la police peut-elle coopérer aux enquêtes? Par quoi les certificats de sécurité des aéronefs de l’UE seront-ils remplacés? Les sujets sont vastes et techniques, et beaucoup plus diversifiés que la petite fraction dont nous entendons le plus parler, les domaines litigieux de la gouvernance, des règles du jeu équitables et du poisson.

La confusion entre les deux accords a été délibérément cultivée par le Premier ministre Boris Johnson pour des raisons politiques étroites. Johnson a remporté sa campagne électorale sur la promesse de «faire le Brexit», capitalisant sur la lassitude qui s’était déjà installée sur la question et un désir généralisé de conclusion.

Son gouvernement a délibérément cultivé l’idée que l’accord de divorce était l’accord définitif et a célébré la sortie du Royaume-Uni de l’UE en janvier comme l’accomplissement de la promesse électorale.

Glacé sur

L’existence d’une période de transition a été passée sous silence. Il est compréhensible que cela ait conduit à une confusion sur les raisons pour lesquelles les pourparlers se poursuivent, ainsi qu’à un sentiment d’urgence dégonflé parmi les entreprises quant à la nécessité de se préparer, puisque le Brexit semblait s’être déjà «produit» sans changement apparent.

Alors que les pourparlers se déroulent désormais durement contre Noël, l’ennui des discussions, la distraction, l’impatience d’une conclusion, l’indifférence au résultat, conviennent également à Johnson politiquement.

Le référendum sur le Brexit a été remporté de justesse. Et quel que soit l’accord qui pourrait émerger, il reflétera une interprétation extrême du Brexit qui était une position marginale, même au sein du camp eurosceptique, qui a autrefois insisté sur le fait que la Grande-Bretagne ne quitterait pas le marché unique ou l’union douanière. Il ne s’est imposé comme une idée du «seul vrai» Brexit qu’au cours des négociations, à un certain coût économique et au prix de barrières entre la Grande-Bretagne et l’Irlande du Nord.

Il convient au gouvernement britannique qu’un tel accord soit conclu à la hâte sans trop d’occasions pour quiconque de s’énerver ou de réfléchir à nouveau, en comptant sur un public désengagé et une opposition qui ne pense pas que se disputer à ce sujet est un gagnant du vote.

Tant la perception de longues discussions que la réalité du calendrier réduit ont été créées par Londres. Le gouvernement britannique a refusé sa dernière chance de prolonger en juillet, invoquant des raisons de souveraineté. Au cours des sept dernières semaines, les négociateurs ont travaillé chaque week-end, essayant de faire déborder les centaines de pages.

L’UE préférait un processus beaucoup plus long et espérait ouvertement que la Grande-Bretagne accepterait d’accorder plus de temps pour les pourparlers, en particulier après l’éclatement de Covid-19. Les infections ont obligé à deux reprises à réorganiser les discussions prévues par vidéoconférence.

Les entreprises ont besoin d’une secousse soudaine dans leurs pratiques en janvier au milieu d’une pandémie comme un trou dans la tête. La fonction publique britannique a besoin de plus de temps pour s’adapter. Les infrastructures frontalières en Irlande du Nord et un parc de camions où les camions attendront les contrôles à Douvres ne sont pas encore entièrement construits, et de sérieuses questions se posent également sur l’état de préparation des systèmes informatiques douaniers.

Si vous vous dites: «Je m’ennuie de ça, ne peuvent-ils pas simplement décider d’une façon ou d’une autre? Je m’en fiche plus »- demandez-vous à qui profite cette idée.

- Advertisement -spot_img
Actualités
- Advertisement -spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici