L’IRA a cherché à contourner le Sinn Féin lors de discussions avec les Britanniques, suggèrent de nouveaux fichiers

Le conseil de l’armée de l’IRA voulait négocier la paix directement avec le gouvernement britannique plutôt que son «option la moins favorisée» de la participation du Sinn Féin aux pourparlers, selon des dossiers récemment déclassifiés.

Des documents, qui viennent d’être publiés aux Archives nationales sous la règle des 30 ans, suggèrent que la direction provisoire de l’IRA n’a pas unanimement soutenu le parti, mais pourrait «imposer son point de vue» au Sinn Féin, alors que «l’inverse n’était pas le cas».

Une note de service, marquée secrète, pour ensuite toucher Charlie Haughey en mai 1990 le met au courant des efforts de deux aumôniers de la prison Maze – le père John Murphy et le révérend Will Murphy – pour pousser l’IRA et l’UVF à l’écart de la violence.

Dans le cadre de la première initiative de paix, le père Murphy venait d’avoir une «série de discussions intensives avec le Conseil de l’armée de l’IRA».

Informant le diplomate irlandais Brendan McMahon des discussions, le prêtre a déclaré que le conseil de l’armée était en faveur de pourparlers secrets directs, avant d’appeler un cessez-le-feu, avec le gouvernement britannique.

«La préférence du Conseil de l’Armée est naturellement que de telles discussions se déroulent en public, bien qu’il admette que toute discussion devrait probablement être menée dans le secret absolu», selon une note du briefing du père Murphy (dossier d’archive 2020/17 / 34).

«La troisième option, et la moins favorisée de l’IRA, serait celle des pourparlers impliquant le Sinn Féin.

Le père Murphy a déclaré à McMahon qu ‘«une chose qui l’a frappé au cours de cette initiative est la différence notable entre l’IRA et le Sinn Féin – les membres du Conseil de l’armée se référant au Sinn Féin comme étant simplement’ le parti le plus proche de notre point de vue ‘» .

L’impression de Murphy était que «tous les conseils de l’armée ne sont pas particulièrement amoureux des vues socialistes adoptées par la direction urbaine actuelle du Sinn Féin».

Prélats briefés

Les deux aumôniers avaient informé à l’époque quatre dirigeants de l’église: le cardinal Tomás Ó Fiach, l’archevêque Robin Eames, l’évêque Cathal Daly et l’évêque Sam Poyntz de la «volonté de l’IRA de chercher une alternative à la campagne de violence» et qu’elle était prête à « entamer des discussions exploratoires avec le gouvernement britannique ».

Le père Murphy a noté qu’il n’était «pas question d’un cessez-le-feu à ce stade» mais que l’intensité de la violence de l’IRA à l’époque pourrait être «réduite» en cas de pourparlers.

Ó Fiach et Eames avaient tous deux convenu de rencontrer le secrétaire d’État de l’époque, Peter Brooke, pour faire pression pour les pourparlers.

Dans une note distincte adressée au taoiseach, le diplomate irlandais Dermot Gallagher, devenu secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, note une réunion qu’il a tenue avec Daly, alors primat désigné, en novembre 1990 dans la maison du frère du chef de l’église à Belfast. .

Daly a déclaré à Gallagher que l’ancien chef d’état-major de l’IRA Sean MacStiofáin – qui «reste en contact régulier avec la direction de l’IRA» – l’a informé régulièrement de la réflexion du conseil de l’armée.

«Quant à la relation entre l’IRA et le Sinn Féin, l’évêque a déclaré qu’il était convaincu qu’il s’agissait d’organisations distinctes; il a également exprimé l’opinion que, si l’IRA était en mesure d’imposer son point de vue au Sinn Féin, l’inverse n’était pas le cas », note la note.

«Si cela est vrai – et nous soupçonnons que la lecture de l’évêque de la situation à cet égard est exacte – il s’ensuit que les messages émanant de l’IRA proprement dit. . . ont probablement plus de poids que tout ce qui ressort du dialogue en cours entre [Gerry] Adams et John Hume. « 

Le président du Sinn Féin, Gerry Adams, a participé au Forum pour la paix et la réconciliation au château de Dublin en 1994. Photographie: Frank Miller / The europe-infos.fr

En 1990, l’IRA a tué le politicien et avocat britannique Ian Gow devant son domicile dans l’est du Sussex et a augmenté son utilisation de bombes par procuration. Le 24 octobre, un catholique Patsy Gillespie a été attaché dans une voiture à Derry et forcé de conduire une voiture piégée de l’IRA dans un poste de contrôle de l’armée britannique, le tuant ainsi que cinq soldats britanniques.

‘Profondeurs de l’horreur’

Dans un effort pour faire démarrer les pourparlers de paix, Hume informait régulièrement le gouvernement irlandais de ses contacts.

Dans un mémo d’un briefing, également marqué comme secret, le chef du SDLP de l’époque a déclaré qu’un émissaire de l’IRA l’avait averti que si les efforts de paix n’étaient pas saisis, il y aurait au moins deux décennies de violence supplémentaires qui «plongeraient de nouvelles profondeurs d’horreur. »Y compris le tir de politiciens nationalistes dans les rues.

Hume a déclaré au gouvernement qu’il avait été approché par l’homme d’affaires de Derry Brendan Duddy «avec ce que Duddy a affirmé être un document approuvé par le Conseil de l’armée de l’IRA».

Duddy avait déjà été utilisé par l’IRA comme intermédiaire auprès de Hume à deux reprises et avait conduit Hume «en partie» à une réunion secrète avec l’IRA, de sorte que son approche devait être «prise au sérieux», selon la note.

Le document prévoyait la tenue d’une conférence nationaliste de toutes les îles – avec une date convenue pour que l’IRA déclare un cessez-le-feu – au cours de laquelle une stratégie commune pour une Irlande unie serait élaborée «et ensuite présentée aux dirigeants de la Communauté européenne».

«À cet égard, le texte était rédigé dans un langage qui mettait l’accent sur la place et le rôle de l’Irlande en Europe, et sur le fait que les Irlandais avaient toujours été européens dans leurs perspectives», a déclaré Hume au gouvernement.

«L’idée ici semblait être que les Britanniques pourraient être poussés à répondre positivement aux objectifs nationalistes grâce à une campagne efficace menée dans un contexte européen.

Duddy a poursuivi en exprimant « une grande inquiétude » à Hume que si « les palpeurs de l’IRA restaient sans réponse, la violence dans le Nord pourrait se poursuivre pendant encore vingt ans – et plongerait dans cette période de nouvelles profondeurs d’horreur ».

L’homme d’affaires a déclaré à Hume qu’il y avait «un certain espoir de mettre fin à la campagne pendant qu’Adams et des personnes de son âge étaient aux commandes».

«Il était cependant profondément inquiet et effrayé par l’attitude de l’immense masse de jeunes catholiques aliénés et sans emploi (c’est-à-dire moins de trente-cinq ans)», note la note.

«S’ils prenaient le relais à un moment donné, alors une action encore plus extrême était possible – y compris, s’ils le jugeaient utile à leur stratégie, le tir de politiciens nationalistes dans la rue.

  • Linnea Panier à linge cartonnée avec couvercle 54L bleu Rien n'est perdu tant que maman n'a pas cherché
    Bac de rangement 54 litres pliable avec poignée et fond rigide amovible pour ranger vos objets, linge de maison, jouets, etc - Dimensions 30x30x60 cm coloris bleu - Panier à linge "Rien n'est perdu" avec couvercle rabattable en carton et revêtement non tissé 54L bleu Organisez votre quotidien avec ce panier vertical à linge en tissu refermable grâce à son couvercle rabattable, illustré d'un message amusant "Rien n'est perdu tant que maman n'a pas cherché" sur coloris camaieu de bleu. Son couvercle incorporé est bien pratique pour cacher le tas de vêtements sales souvent peu esthétique. Peut aussi servir pour usage de coffre à jouets, peluches, ... Boîte de rangement avec un couvercle charniere tissu. Côté technique : Dimensions : 30x30x60 cm Matière : carton avec revêtement non tissé Coloris : bleu Forme : rectangle Contenance : 54L Fermeture avec couvercle fixe Fond rigide amovible Livré sous emballage plastique Fabriqué en Chine Les plus du produit : Peut aussi servir de bac de rangement pour ranger les jouets encombrants dans la chambre des enfants Gain de place pour cette boite de rangement qui se range à plat quand elle est vide Dispose de poignées pour la manipuler facilement Dispose d'un couvercle intégré fixe (charnière tissu et fermeture par velcro), boîte avec côtés et fond renforcés Entretien : Nettoyer la boite avec une éponge légèrement humide et bien laisser sécher
  • Linnea Panier à linge cartonnée avec couvercle 54L rose Rien n'est perdu tant que maman n'a pas cherché
    Bac de rangement 54 litres pliable avec poignée et fond rigide amovible pour ranger vos objets, linge de maison, jouets, etc - Dimensions 30x30x60 cm coloris rose - Panier à linge "Rien n'est perdu" avec couvercle rabattable en carton et revêtement non tissé 54L rose Organisez votre quotidien avec ce panier vertical à linge en tissu refermable grâce à son couvercle rabattable, illustré d'un message amusant "Rien n'est perdu tant que maman n'a pas cherché" sur coloris camaieu de rose. Son couvercle incorporé est bien pratique pour cacher le tas de vêtements sales souvent peu esthétique. Peut aussi servir pour usage de coffre à jouets, peluches, ... Boîte de rangement avec un couvercle charniere tissu. Côté technique : Dimensions : 30x30x60 cm Matière : carton avec revêtement non tissé Coloris : rose Forme : rectangle Contenance : 54L Fermeture avec couvercle fixe Fond rigide amovible Livré sous emballage plastique Fabriqué en Chine Les plus du produit : Peut aussi servir de bac de rangement pour ranger les jouets encombrants dans la chambre des enfants Gain de place pour cette boite de rangement qui se range à plat quand elle est vide Dispose de poignées sur le côté pour la manipuler facilement Dispose d'un couvercle intégré fixe (charnière tissu et fermeture par velcro), boîte avec côtés et fond renforcés Entretien : Nettoyer la boite avec une éponge légèrement humide et bien laisser sécher
  • Nain Trading Tapis D'orient Tabriz 50Raj Fein 208x150 (Laine/Soie, Perse/Iran, Noué à la main)
    Ce Tabriz 50Raj tapis est sans aucun doute l'un des tapis d'Orient les plus exclusifs sur le marché. Il vient de Perse, qui est connue pour son plus haut niveau d'artisanat concernant le nouage des tapis à la main. Le tapis a une densité de 500000 / m², ce qui exige un niveau exceptionnellement élevé d'expérience et de compétence de la part de son maître noueur. En même temps, il a une composition extrêmement fine d'ornements et de couleurs naturelles. Le velours se compose de Laine/Soie de haute qualité avec une surface agréablement douce. L'épaisseur de 7 mm est une preuve supplémentaire du plus haut niveau d'artisanat dans la production du tapis. L'origine et l'état de ce tapis sont confirmés par un certificat d'experts officiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *