Le V-Day du coronavirus de l’UE est (principalement) une victoire pour von der Leyen

Appuyez sur play pour écouter cet article

Les pays de l’UE vont retrousser dimanche leurs manches et se faire vacciner ensemble – même si la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a dû parfois se serrer les mains.

En juin, la Commission a proposé de négocier des accords sur les vaccins au nom des 27 pays membres. Maintenant, le 27 décembre, ces vaccins peuvent enfin être administrés.

Von der Leyen samedi salué ce début quasi simultané des vaccinations à travers le bloc « un moment d’unité émouvant », mais le chemin vers ce moment n’a pas toujours été facile.

La Hongrie a testé cette unité peu de temps après la déclaration de von der Leyen en sautant l’arme et en utilisant les premiers coups de feu sur les travailleurs de la santé un jour avant le reste du bloc.

Faire en sorte que les pays acceptent le 27 décembre comme journée de vaccination commune avait été un obstacle. Le Premier ministre danois Mette Frederiksen avait initialement déclaré que le pays n’attendrait pas que les autres commencent à vacciner, mais en quelques jours, il était conforme à la date du 27 décembre. D’autres, comme les Pays-Bas, attendront jusqu’en janvier, mais uniquement en raison de problèmes techniques liés à la mise en place du processus d’inscription.

Dans l’ensemble, la stratégie de vaccination de l’UE a été un test majeur pour la Commission, les pays ayant transféré certains de leurs pouvoirs nationaux en matière de santé pour sécuriser ensemble les doses. Mais en ce qui concerne l’exécutif européen, c’est passé.

Bruxelles s’est vantée de son succès – six accords avec de grands producteurs de vaccins et un septième en route – comme preuve qu’elle devrait à l’avenir assumer davantage de pouvoirs en matière de santé des pays de l’UE dans le cadre de sa soi-disant «Union européenne de la santé».

Le fait que le premier vaccin à être utilisé soit un vaccin développé en Allemagne, financé par des fonds de recherche de l’UE et soutenu par un financement de la Banque européenne d’investissement, était la cerise sur le gâteau. «C’est une véritable réussite européenne», a déclaré lundi von der Leyen après que la Commission a approuvé le vaccin.

Quatre grands pays – l’Allemagne, la France, les Pays-Bas et l’Italie – ont essentiellement forcé la Commission ce printemps en signant un accord avec Oxford / AstraZeneca, mais Bruxelles signifiait des affaires: la Commission a abandonné ses grands noms du département de la santé et Sandra Gallina, n ° 2 de son département commercial, pour mener les négociations, a trouvé environ 2,1 milliards d’euros d’acomptes pour les vaccins et a formé une équipe largement secrète de négociateurs pour extraire les meilleures offres des producteurs de vaccins.

Dimanche est le moment où ces mois de dur labeur portent leurs fruits, car la plupart des pays de l’UE commencent à utiliser les premières doses du vaccin BioNTech / Pfizer. Le bloc devrait recevoir 12,5 millions de doses d’ici fin 2020, selon BioNTech, réparties entre les pays de l’UE en fonction de la population. Chaque pays décide qui se fera vacciner en premier, certains accordant la priorité aux agents de santé et à d’autres groupes vulnérables, tels que les personnes âgées ou les personnes souffrant de problèmes de santé.

Dans certains pays, les politiciens seront parmi les premiers à recevoir un coup: le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis sera vacciné dimanche, selon Kathimerini. Le président roumain Klaus Iohannis allait à l’origine être près de l’avant de la file d’attente, mais a changé d’avis parce que les conseillers pensaient qu’il aurait l’air de sauter la ligne.

Les pays n’ont cependant pas toujours été heureux. Le mois dernier, la Hongrie, la Pologne, l’Allemagne et l’Italie ont poussé l’Agence européenne des médicaments (EMA) et la Commission à se dépêcher et à approuver le vaccin BioNTech / Pfizer, car le Royaume-Uni et les États-Unis vaccinent déjà le public. Même si l’EMA a reporté la date pour prendre une décision sur le vaccin, la Suisse et la Serbie sont devenues les premières d’Europe continentale à vacciner – mardi et jeudi, respectivement.

D’autres, en grande partie des députés européens, mais aussi des groupes de la société civile et le gouvernement français, ont poussé à une plus grande transparence des contrats de vaccins, qui ont été presque entièrement secrets au-delà du nombre de doses que la Commission s’est engagée à acheter. La Commission a tenu bon même après qu’un homme politique belge eut accidentellement tweeté les prix de chaque dose de vaccin.

Les pays n’ont pas toujours respecté les règles non plus. La Hongrie a menacé d’utiliser des vaccins fabriqués par la Russie et la Chine, malgré les avertissements de la Commission. L’Allemagne a également obtenu des doses supplémentaires de trois autres vaccins, dont ceux fabriqués par BioNTech / Pfizer, CureVac et IDT Biologika, ce dernier n’ayant pas conclu d’accord avec l’UE. Le Danemark a emboîté le pas cette semaine en achetant 2,6 millions de doses supplémentaires du vaccin BioNTech / Pfizer.

Pourtant, von der Leyen compte dimanche comme une victoire. Jeudi, elle tweeté qu’elle avait été émue de voir les premiers vaccins contre les coronavirus expédiés à travers le bloc «en même temps».

«Ensemble», écrit-elle, «nous surmonterons la pandémie».

Cet article fait partie de POLITICOService de police premium de: Pro Health Care. Qu’il s’agisse de prix des médicaments, d’EMA, de vaccins, de produits pharmaceutiques et plus encore, nos journalistes spécialisés vous tiennent au courant des sujets qui régissent l’agenda de la politique de santé. Email [email protected] pour un essai gratuit.

  • Patrice Victoire 1 séance de shooting photo en extérieur d'une durée de 1h pour 3 personnes maximum avec le photographe Patrice Victoire
    Shooting en extérieur dans un rayon de 15 km à partir du centre de Cannes pour 1, 2 ou 3 personnes
  • Le Café de la Place Menu "le menu du café" comprenant une entrée, plat et dessert pour 2 au restaurant Le Café de la Place
    Un repas en 3 services à savourer en tête-à-tête dans un restaurant situé à Talloires-Montmin
  • Medrano Grand Cirque sur Glace, Bourg-en-Bresse 1 place en tribune d'honneur pour l'une des représentations du Cirque de Noël sur glace Medrano à Bourg-en-Bresse
    Un spectacle combinant avec une patinoire de glace naturelle où animaux, illusionnistes et bien d’autres artistes surprendront leur public

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *