Qu’importe le Brexit. La Grande-Bretagne et la France sont condamnées à travailler ensemble

Appuyez sur play pour écouter cet article

John Lichfield est un ancien rédacteur en chef étranger de l’Independent et a été le correspondant parisien du journal pendant 20 ans.

CALVADOS, France – Ce n’était pas forcément comme ça. Juste avant la signature du traité de Rome en 1957 – instituant la Communauté économique européenne, précurseur de l’UE – un Premier ministre français a proposé une idée alternative: la fusion de la Grande-Bretagne et de la France en un seul pays et un seul royaume – ou plutôt, queendom.

La proposition de Guy Mollet, en septembre 1956, fut poliment accueillie par le Premier ministre britannique, Anthony Eden, puis enterrée dans les archives officielles et jamais discutée publiquement dans les deux pays.

Compte tenu de l’expérience ratée de 47 ans de la Grande-Bretagne pour rejoindre une Union européenne plus large, l’idée de Mollet d’écraser la France et la Grande-Bretagne en une «Frangleterre» aurait presque certainement été une calamité.

Imaginez toutes les décisions litigieuses. Conduire à gauche ou à droite de la route? Bière ou vin? Cricket ou pétanque? Bouillabaisse ou fish and chips?

Cela fait deux siècles que la Grande-Bretagne et la France se sont combattues sur le champ de bataille. Et pourtant, une partie de l’opinion britannique, certainement une partie des médias britanniques, considère toujours la France – plus que l’Allemagne, plus que la Russie ou la Chine – comme l’ennemi ancestral n ° 1 de leur pays.

Cela est devenu évident la semaine dernière, lorsque la France a fermé ses frontières aux voyageurs et aux camions du Royaume-Uni pendant 48 heures le 20 décembre. Les mesures, mises en place pour arrêter la variante de coronavirus à propagation rapide trouvée juste de l’autre côté du Pas de Calais, ont déclenché un explosion de rage francophobe dans les tabloïds britanniques. «Covidiot Macron a été contraint de laisser passer les camionneurs», a lu la première page du Sun lorsque l’interdiction a été levée. «Monsieur Roadblock cède», écrit le Daily Mail.

Les Britanniques supposent parfois que ce genre d’hostilité au niveau de l’intestin se reflète de l’autre côté de la Manche. Ce n’est pas.

Les Français passent moins de temps à regarder au-dessus de l’eau que les Britanniques. Ils ont d’autres voisins tout aussi irritants et fascinants au nord, à l’est et au sud.

L’obsession britannique pour la France prend souvent la forme d’un étrange complexe d’infériorité-supériorité. Les Français (de nombreux Britanniques le croient) sont peu fiables, sournois, égoïstes, grossiers et surexagérés. Dans le même temps, ils ont un soupçon tenace que les Français sont plus beaux qu’eux, ont un meilleur temps, une meilleure nourriture, de meilleurs footballeurs, plus d’espace libre, de meilleurs chemins de fer et, en fin de compte, une vie meilleure.

Il y a aussi, bien sûr, de nombreux francophiles britanniques et de nombreux Français qui admirent la Grande-Bretagne. La relation de surface troublée – l’hostilité et l’obsession britanniques irréfléchies contre l’indifférence et la curiosité polies des Français – déguise une vérité souvent ignorée.

La vision de M. Mollet d’un Frangleterre, aussi absurde soit-elle, était aussi visionnaire à certains égards. Les deux pays sont désormais plus étroitement liés qu’ils ne l’ont jamais été (depuis le 15e siècle en tout cas).

Il y a environ 300 000 Français vivant en Grande-Bretagne, principalement dans la région de Londres et pour la plupart jeunes. Il y a à peu près le même nombre de Britanniques vivant en France, principalement en milieu rural et la plupart d’entre eux d’âge moyen ou à la retraite. Ces chiffres peuvent changer un peu après le Brexit, mais pas de façon spectaculaire.

Sur les questions économiques et commerciales, les deux pays ont de nombreux intérêts communs et des enjeux importants dans l’économie de l’autre. L’avenir du géant français de l’électricité EDF est lié à 18 milliards de livres sterling de contrats de construction de réacteurs nucléaires EPR en Grande-Bretagne. L’un des deux grands constructeurs automobiles français, le Groupe PSA, gère une grande partie de l’industrie automobile britannique depuis l’achat de Vauxhall (Opel).

La France et le Royaume-Uni sont les seules puissances militaires importantes de l’UE. Ils sont tous deux membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies et ils sont d’accord sur la plupart des questions de politique étrangère (autres que l’UE).

Les eurosceptiques britanniques qui détestent et se moquent tous parlent d’une armée européenne ou d’une politique de défense européenne n’ont pas remarqué qu’il existe déjà un noyau d ‘«armée européenne» – et qu’il est entièrement franco-britannique: les traités de Lancaster House de 2010 signés par Londres et Paris a créé une force expéditionnaire interarmées combinée comptant jusqu’à 10 000 soldats, des programmes de formation militaire conjoints et des équipes spéciales maritimes. La Grande-Bretagne a fourni un soutien logistique aux opérations françaises au Mali et en Afrique centrale, en dehors du cadre de l’OTAN. Les deux pays développent également une nouvelle génération d’avions de combat et ont créé des liens formels entre leurs industries de missiles.

Certains médias britanniques aiment également accuser les Français de créer ou d’ignorer le problème endémique des migrants traversant illégalement la Manche de la France au Royaume-Uni, un problème qui existe sous diverses formes depuis plus de deux décennies. En vérité, la police française, grâce au traité du Touquet de 2003, constitue la première ligne de «défense» britannique contre les migrants indésirables (et certains véritables demandeurs d’asile). Ces dernières semaines, en plein Brexit, les deux gouvernements ont convenu de renforcer cette coopération.

Cette relation franco-britannique – vitale, inévitable et presque non reconnue par de nombreux Britanniques – deviendra encore plus importante après le Brexit.

Malgré l’accord commercial post-Brexit conclu le 11e heure, de nombreuses difficultés surgiront à partir du 1er janvier, lorsque la Grande-Bretagne quittera le marché unique européen sans barrières. Ces difficultés apparaîtront de la manière la plus évidente et la plus aiguë dans le Pas de Calais, qui porte plus de 25 pour cent du commerce physique britannique en valeur – jusqu’à 16 000 camions par jour.

Les nouveaux embouteillages de camions seront inévitablement imputés par les Europhobes britanniques – pour citer Shakespeare – «aux Français confiants et surpuissants». Mais quoi que les tabloïds britanniques disent ou souhaitent, ni les Français ni les Britanniques ne peuvent changer de géographie. Les deux pays – si similaires par leur taille et leur histoire, déjà si étroitement liés économiquement – sont condamnés à travailler ensemble.

Dans les premières années qui ont suivi le Brexit, le gouvernement de Boris Johnson cherchera des moyens accrocheurs pour justifier ses affirmations selon lesquelles la nouvelle «Grande-Bretagne mondiale» «prospérera puissamment» en dehors de l’UE. Tout ce qui est entaché du bleu et du jaune de la coopération européenne sera évité ou déguisé. D’où la décision stupide et contre-productive de retirer le Royaume-Uni d’Erasmus +, le programme d’échange d’étudiants paneuropéen (et pas purement européen).

À plus long terme – peut-être pendant les années Johnson, mais certainement après Johnson – la Grande-Bretagne sera forcée de reconstruire ses relations avec le continent. Inévitablement, le bâtiment du pont (ou tunnel) passera par la France.

Beaucoup dépendra du résultat des élections françaises de 2021. Macron a présenté une vision d’une Europe plus large et plus souple, avec un noyau européen fort, s’étendant jusqu’à la Russie à l’est et un Royaume-Uni post-Brexit à l’ouest. Il estime que les Britanniques peuvent être ramenés, par des faits économiques et stratégiques incontournables, dans une relation plus lâche avec l’Europe.

Il y a une vieille blague bruxelloise des années 80 qui devra peut-être bientôt être mise à jour.

Le fonctionnaire britannique typique dit: « Cela peut fonctionner en théorie mais cela fonctionne-t-il en pratique? »

Le fonctionnaire français typique dit: «Cela peut fonctionner dans la pratique, mais cela fonctionne-t-il en théorie?»

Dans les années qui ont suivi le Brexit, ces rôles pourraient être inversés.

La France jouera un rôle de premier plan dans les tentatives de la Grande-Bretagne de définir sa nouvelle relation avec un continent étrangement proche et ennuyeusement uni. Ce processus est susceptible de devenir un va-et-vient entre l’idéologie anti-européenne officielle de la Grande-Bretagne et un nouveau pragmatisme français qui fonctionne.

  • Aston Pompe à chaleur Aston Classic Modèle - X9 - jusqu’à 50 m3
    Pompe à chaleur piscine Aston Classic Garanties et Assistance Sérénité Les pompes à chaleur Aston Classic sont conçues pour chauffer les piscines jusqu’à 50 m3. Performante et économique, son boîtier en métal anti-corrosion et traité contre UV offre une grande résistance dans le temps. Gràce à un compresseur
  • Aston Pompe à chaleur Aston Classic Modèle - X7 - jusqu’à 40 m3
    Pompe à chaleur piscine Aston Classic Garanties et Assistance Sérénité Les pompes à chaleur Aston Classic sont conçues pour chauffer les piscines jusqu’à 50 m3. Performante et économique, son boîtier en métal anti-corrosion et traité contre UV offre une grande résistance dans le temps. Gràce à un compresseur
  • Aston Pompe à chaleur Aston Classic Modèle - X5 - jusqu’à 30 m3
    Pompe à chaleur piscine Aston Classic Garanties et Assistance Sérénité Les pompes à chaleur Aston Classic sont conçues pour chauffer les piscines jusqu’à 50 m3. Performante et économique, son boîtier en métal anti-corrosion et traité contre UV offre une grande résistance dans le temps. Gràce à un compresseur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *