La lenteur du déploiement de la vaccination contre le coronavirus présente des risques pour Macron

Appuyez sur play pour écouter cet article

PARIS – Les vaccins contre le coronavirus de la France – ou leur absence – pourraient laisser une marque sur la campagne de réélection d’Emmanuel Macron.

Après avoir laissé tomber le ballon sur les masques faciaux et les premiers tests, le gouvernement français se distingue désormais par le rythme glacial de sa campagne de vaccination contre le COVID-19, par rapport à d’autres pays européens. Il le fait bien qu’il ait embauché la société de conseil de premier plan McKinsey pour conseiller en logistique. Et les efforts du gouvernement pour expliquer sa stratégie à sa population nettement réticente aux vaccins ont été sapés par des déclarations publiques contradictoires.

Le démarrage lent des efforts de vaccination fait craindre que la France ne prenne du retard dans la maîtrise de la pandémie au milieu des craintes d’une troisième vague, et que la reprise économique du pays puisse être retardée. Cela risque à son tour de nuire aux chances de Macron d’obtenir un deuxième mandat à l’élection présidentielle de l’année prochaine.

«Emmanuel Macron sait que les enjeux sont très grands, car nous sommes dans la dernière année utile de son mandat présidentiel, et c’est une question extrêmement symbolique», a déclaré Chloé Morin, une spécialiste des sciences sociales qui a servi de conseillère sur l’opinion publique à deux prime ministres sous le président François Hollande, prédécesseur socialiste de Macron.

Même si elle a lancé sa campagne de vaccination en même temps et avec le même vaccin que les autres pays de l’UE, la France n’a administré des doses qu’à quelques centaines de personnes, selon les dernières données publiques.

Alors que les critiques montaient, le ministre de la Santé Olivier Véran a déclaré que «des milliers» avaient été vaccinés lundi, sans donner de chiffres exacts. Et le total français apparaît toujours très bas comparé à plus de 230 000 en Allemagne, plus de 110 000 en Italie, plus de 40 500 au Danemark, plus de 7 800 en Croatie et plus de 2 500 en Estonie. Il est également loin derrière les près d’un million de personnes qui ont reçu une dose au Royaume-Uni, où les efforts de vaccination ont commencé plus tôt.

Alors que le chœur des critiques publiques augmentait, la «colère» de Macron face à l’état de l’effort a été stratégiquement divulguée à un journal français dimanche.

Quelques jours après que Véran ait déclaré que la lenteur de la vaccination était un choix délibéré pour instaurer la confiance dans le vaccin, le Journal du Dimanche a rapporté que Macron avait dit à ses proches que le rythme n’était « pas digne du moment ou des Français. »Et a déclaré« les choses ne vont pas bien en ce moment »et« doivent changer rapidement et de manière notable ».

Mais les commentaires ont frappé une fausse note auprès de nombreux observateurs, car la puissante présidence française donne à Macron beaucoup plus d’influence sur la politique que quiconque et il s’est présenté comme le commandant en chef de la lutte contre la pandémie, en organisant des réunions avec des responsables clés pour décider. verrouillages et autres mesures importantes.

Au début, au moins, les paroles de Macron ne se sont pas traduites par une accélération dramatique. Au lieu de cela, des professionnels de la santé à haut risque de plus de 50 ans ont été ajoutés au premier lot de vaccinés, mais lors d’une réunion avec les autorités régionales dimanche, Véran a par ailleurs encouragé la poursuite de la stratégie existante, selon des initiés et selon un document vu par POLITICO .

Cette stratégie consiste à commencer par vacciner uniquement les personnes âgées à haut risque de formes sévères de COVID-19 dans les maisons de retraite, comme recommandé par l’autorité française de la santé.

La recommandation était basée, à la fin du mois de novembre, sur l’attente d’un «nombre limité de doses disponibles au début de la campagne». Mais, en fait, 500 000 doses du vaccin Pfizer-BioNTech étaient disponibles dès le départ. 500 000 autres devraient être livrés d’ici le milieu de cette semaine, selon Véran.

Même en tenant compte de la recommandation de réserver la moitié des doses pour un deuxième coup, le nombre de personnes vaccinées jusqu’à présent en France reste étonnamment faible.

Ce dernier revers dans les efforts de la France pour lutter contre le coronavirus est un coup porté au prestige du pays et à sa fierté pour son système de santé financé par les contribuables, généralement considéré comme de classe mondiale.

Bien qu’il abrite l’Institut Pasteur qui a craqué le virus du VIH et porte le nom du célèbre scientifique Louis Pasteur qui a inventé le vaccin contre la rage, aucune entreprise française n’a encore produit de vaccin COVID-19 approuvé.

Intervention présidentielle

Signe clair qu’il reconnaissait la nécessité d’un changement, Macron a convoqué lundi soir une réunion avec le Premier ministre Jean Castex et Véran afin de déterminer comment accélérer encore les vaccinations.

En plus de dire que plusieurs milliers de personnes avaient été vaccinées lundi, Véran a également déclaré que le nombre de centres de vaccination serait quadruplé d’ici mercredi à environ 100 hôpitaux.

Mais les responsables français ont également choisi de défendre leur bilan en affirmant qu’ils faisaient de la même manière, voire mieux que, d’autres pays peu performants de l’UE comme la Belgique ou les Pays-Bas.

Les responsables ont rejeté les critiques concernant les défaillances logistiques, soulignant que le gouvernement avait commencé à se préparer pour le déploiement des mois à l’avance et avait acquis 50 congélateurs spéciaux pour stocker correctement les doses de vaccin à la mi-novembre.

Le gouvernement français a également pris la décision d’engager McKinsey pour conseiller sur la logistique de la collecte de vaccins. Ses conseils portaient sur «la définition du cadre logistique», «l’établissement d’un benchmarking logistique avec d’autres pays» et «l’appui à la coordination opérationnelle du groupe de travail», a déclaré un responsable du ministère de la Santé.

Véran a également rejeté l’idée de transformer les stades en centres de vaccination dans le cadre d’une campagne massive pour accélérer les vaccinations. «Nous voulons une campagne de vaccination proche des citoyens et accessible», a-t-il déclaré lundi. «Je ne suis pas sûr que ce soit de grands stades avec des milliers de personnes faisant la queue en hiver.»

Les responsables affirment que la lenteur du rythme jusqu’à présent est en partie due au processus logistique fastidieux et lourd d’administration du vaccin dans les maisons de retraite.

Ils ont également déclaré que le gouvernement déploie lentement le programme dans l’espoir de renforcer la confiance dans le vaccin. En décembre, seuls 40% des Français ont déclaré qu’ils recevraient un vaccin s’il était disponible – un chiffre bien inférieur à celui d’autres pays européens tels que l’Italie, l’Espagne, l’Allemagne et le Royaume-Uni, selon une enquête Ipsos.

Le scepticisme français vis-à-vis des vaccins est principalement motivé par la peur des effets secondaires, selon un autre sondage Ipsos, publié en septembre. Certains en France sont encore marqués par les effets secondaires imprévus du vaccin H1N1 à partir de 2009.

Mais les gens sont également moins disposés à se faire vacciner s’ils ont peu confiance dans le gouvernement, selon Louise Jussian, enquêteur de l’IFOP.

« La question est plus politique », a déclaré Jussian. « Le soutien au vaccin dépend de la confiance dans le gouvernement. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *