Merkel parmi les dirigeants européens remettant en question l’interdiction Trump de Twitter

La décision de Twitter de suspendre le compte du président américain Donald Trump pousse les dirigeants européens, y compris la chancelière allemande Angela Merkel, à souligner la nécessité de réglementer les entreprises de médias sociaux.

Lundi, un porte-parole de Merkel a déclaré que l’interdiction de Trump par Twitter était «problématique».

«Le droit fondamental [of freedom of expression] peuvent être interférées, mais dans le respect de la loi et dans le cadre défini par les législateurs. Pas selon la décision de la direction des plateformes de médias sociaux », a déclaré le porte-parole du gouvernement Steffen Seibert.

Pourtant, « le gouvernement allemand est convaincu que les opérateurs de réseaux sociaux portent un très haut niveau de responsabilité … pour s’assurer que la communication politique ne soit pas empoisonnée par la haine, par le mensonge, par l’incitation à la violence », a ajouté Seibert.

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, tout en condamnant les «mensonges» de Trump, a également exprimé son désaccord avec la capacité de Twitter à décider unilatéralement de retirer le président américain de la plateforme. «Ce qui me choque, c’est que Twitter est celui qui ferme son compte. La régulation du monde numérique ne peut pas être faite par l’oligarchie numérique », a déclaré Le Maire sur France Inter lundi matin.

Le Maire supervise le ministère du numérique, dont le jeune ministre Cédric O a également posé des questions ce week-end. «La réglementation du discours public par les principales entreprises de médias sociaux en ce qui concerne uniquement leurs conditions générales … semble, pour le moins, un peu courte d’un point de vue démocratique», O tweeté le samedi.

La décision de Twitter aux États-Unis intervient alors que l’UE s’efforce d’élargir la réglementation des plates-formes numériques via la loi sur les services numériques et la loi sur les marchés numériques.

Thierry Breton, l’un des principaux commissaires européens à l’origine de ces réformes, a écrit dans un éditorial de POLITICO que «le fait qu’un PDG puisse débrancher le haut-parleur de POTUS sans aucun contrôle et contrepoids est déroutant. Ce n’est pas seulement une confirmation de la puissance de ces plateformes, mais cela montre également de profondes faiblesses dans l’organisation de notre société dans l’espace numérique.

Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a écrit dans un article de blog que l’Europe doit «pouvoir mieux réguler le contenu des réseaux sociaux, tout en respectant scrupuleusement la liberté d’expression. Il n’est pas possible que cette régulation soit réalisée principalement selon des règles et des procédures fixées par des acteurs privés. »

Manfred Weber, président du groupe PPE au Parlement européen, était d’accord, déclarant à Brussels Playbook: «L’UE ne doit pas laisser Facebook et Twitter décider ce qui est dans les limites de l’acceptable sur leurs plates-formes.»

«Nous ne pouvons pas laisser aux grandes entreprises américaines le soin de décider comment nous discutons et ne discutons pas, ce qui peut et ne peut pas être dit dans un discours démocratique. Nous avons besoin d’une approche réglementaire plus stricte », a ajouté Weber.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *