Une leçon sur le Brexit: les avantages de l’UE, largement invisibles, font mal à perdre

Appuyez sur play pour écouter cet article

John Lichfield est un ancien rédacteur en chef étranger de l’Independent et a été le correspondant parisien du journal pendant 20 ans.

PARIS – Le Brexit est devenu le conte des nouveaux vêtements de l’empereur – à l’envers.

Les Britanniques ont enfin compris (cinq ans trop tard) pourquoi le marché unique et l’union douanière de l’Union européenne sont importants: ils rendent les frontières intérieures de l’UE invisibles.

Plutôt que l’histoire d’un dirigeant qui découvre qu’il est nu, c’est l’histoire d’un pays qui découvre l’importance des avantages qu’il avait pris pour acquis parce qu’ils ne pouvaient pas être vus.

Les avantages invisibles sont faciles à oublier et difficiles à vendre politiquement. Ils sont également faciles à rejeter et à mentir. Mais le coût de leur abandon peut être élevé.

Depuis que la Grande-Bretagne a quitté de facto l’UE le 1er janvier, ces avantages invisibles sont devenus des inconvénients visibles, voire des calamités.

Du poisson pourri sur les quais écossais aux étagères vides des magasins Marks and Spencer à Paris, Dublin et Prague, la Grande-Bretagne a découvert ce que signifie se séparer de son marché le plus proche et le plus important.

La leçon pourrait être utile dans d’autres pays de l’UE – en France en particulier – où le marché unique européen est remarquablement peu compris et fréquemment déformé par l’extrême droite et l’extrême gauche.

L’accord commercial post-Brexit conclu par Londres juste avant Noël permet un commerce sans droits de douane dans les mers du Nord et d’Irlande. La Grande-Bretagne a cependant insisté pour abandonner le mécanisme complexe des lois de l’UE qui permet un commerce sans obstacle à travers les frontières intérieures de l’UE (ainsi qu’avec la Norvège et la Suisse). En conséquence, les marchandises entrant et sortant du Royaume-Uni – des homards aux pièces d’avion, en passant par les voitures et les sandwichs frais – ont soudainement été confrontées à de nouvelles demandes de paperasse, de contrôles sanitaires et de tarifs sur les composants ou ingrédients provenant de l’extérieur de l’UE.

En conséquence, les exportateurs britanniques devraient subir des pertes de 28 milliards d’euros cette année seulement en raison de la baisse de la demande de l’UE et de l’augmentation des frictions et des barrières à la frontière de l’UE.

«Il y a tellement de complexité», a déclaré à Bloomberg Adam Marshall, le directeur général des chambres de commerce britanniques. « C’est comme un oignon – plus vous épluchez, plus vous pleurez. »

Avec le recul, il n’est guère surprenant que les avantages de la mise en place du marché unique de l’UE aient été si mal compris. Bien que le marché unique soit en grande partie une création britannique – poussé à la fin des années 1980 par Margaret Thatcher et conçu en détail par un commissaire britannique de l’UE, Lord Arthur Cockfield – le public britannique n’a jamais vraiment appris à comprendre de quoi il s’agissait.

Les tabloïds britanniques et les médias de droite, dont un jeune correspondant à Bruxelles appelé Boris Johnson, se sont moqués des lois de l’UE harmonisant les widgets ou ont fait appel à des craintes xénophobes concernant les règles de l’UE sur la libre circulation des personnes.

Bien que certains points de vente aient présenté des contre-arguments sur la valeur d’un marché unique sans barrières entre l’Irlande et la Hongrie, ils ont à peine été entendus au-dessus des ronflements trompeurs sur la réglementation de l’UE sur la forme des bananes ou des chips de crevettes ou des tailles de préservatifs.

À l’approche du référendum sur le Brexit de juin 2016, certains des plus hauts responsables politiques britanniques ont parlé du marché unique comme s’il s’agissait «d’une simple zone de libre-échange».

«Il existe une zone de libre-échange européenne de l’Islande à la frontière russe et nous en ferons partie», a déclaré Vote Leave, la campagne officielle pro-Brexit, sur son site Internet. Il a omis de mentionner que cette «zone de libre-échange» était le marché unique de l’UE (ce qui signifiait également la libre circulation des personnes, le respect des lois de l’UE et le versement au budget de l’UE).

Boris Johnson, alors l’un des chefs de file de la campagne du Brexit, a déclaré au journal Sun après le vote: «Notre politique est d’avoir notre gâteau et de le manger.» Il voulait dire que la Grande-Bretagne pouvait bénéficier de tous les avantages économiques d’être dans le marché unique et l’union douanière de l’UE tout en étant en dehors d’eux.

En décembre, Johnson, aujourd’hui Premier ministre, a répété ce mensonge monstrueux, affirmant que les anti-Brexiteers de la BBC avaient averti à tort que «vous ne pouvez pas avoir de libre-échange avec l’UE si vous ne vous conformez pas aux lois de l’UE».

« Cela s’est avéré faux », a déclaré Johnson. «Je veux que vous voyiez qu’il s’agit d’un traité cakeiste.»

Dites-le aux gourmands de Marks et Spencer à Paris (britanniques et français) qui ont été confrontés à des étagères vides ces deux dernières semaines.

Dites cela à Daniel Lambert, un importateur de vin britannique dont Fil de 26 tweets, expliquant la couche après couche de problèmes auxquels il est maintenant confronté, est devenu viral au cours du week-end.

Dites-le aux pêcheurs écossais, dont un tiers ont été contraints d’amarrer leurs bateaux depuis le 1er janvier en raison de longs retards dans ce qui était autrefois des ventes sans friction de poisson et de crustacés à la France et à l’Espagne. Une douzaine de camions qui transportent généralement des crustacés du Royaume-Uni vers le continent ont été garés lundi pour protester près de Downing Street, dans le centre de Londres.

L’argument pro-UE et pro-marché unique a toujours été difficile à vendre en Grande-Bretagne. Étant donné que les barrières commerciales avaient disparu au sein de l’UE28 d’alors, il était facile d’oublier qu’elles existaient autrefois et par quels mécanismes le statu quo convenable était appliqué.

Des industries entières s’étaient développées ou s’étaient développées parce qu’il était devenu aussi facile de faire du commerce entre Birmingham et Brême qu’entre le Lancashire et le Yorkshire. Beaucoup ont oublié, ou ont menti, le fait qu’il ne s’agissait pas d’un tour de passe-passe ou d’une situation normale, mais d’un résultat obtenu grâce à un réseau d’accords, de règlements, de normes sanitaires communes, d’harmonisation technique, d’accords douaniers et de libre circulation des personnes et le capital.

Ces frontières invisibles de l’UE ne sont invisibles que parce que le travail de régulation et de protection s’est déplacé au niveau européen. C’est le truc bancal mais essentiel que le journaliste Johnson et d’autres eurosceptiques ont constamment ridiculisé et dénaturé comme une «sur-réglementation de l’UE» ou «une ingérence bureaucratique de Bruxelles» ou «des lois imposées de manière non démocratique».

Même maintenant, les ministres britanniques considèrent les fautes transfrontalières comme des «problèmes de démarrage». Certains d’entre eux peuvent l’être. D’autres sont la conséquence inévitable et permanente de la sortie du marché unique.

Cette ignorance volontaire est loin d’être uniquement britannique.

Le commentateur de droite préféré de la France, Eric Zemmour, a publié la semaine dernière un éditorial dans Le Figaro dans lequel il affirmait que la Grande-Bretagne avait «gagné» la bataille du Brexit. «La Grande-Bretagne aura accès au grand marché européen sans droits de douane et sans se soumettre au droit européen», a-t-il expliqué.

L’argument de Zemmour – pur cakeisme Johnsonien, ou gâteauisme – a déformé la nature sans obstacle du «grand marché européen» et a effacé les coûteuses difficultés auxquelles est confronté le commerce entre le Royaume-Uni et l’UE après le 1er janvier.

Certains de ces problèmes post-Brexit seront sans aucun doute résolus avec le temps. D’autres ne le feront pas, laissant le Royaume-Uni avec un pneu définitivement crevé plutôt qu’une roue cassée.

Il reste à voir si les fausses promesses du Brexit rappelleront aux électeurs d’autres pays de l’UE – à commencer par les Français, qui voteront lors des élections présidentielles au printemps 2022 – que les avantages invisibles de l’UE ne sont pas si invisibles si vous ouvrez tes yeux.

  • PUMA Blouson KING pour Homme, Noir, Taille L, Vêtements
    Black - Avec le blouson KING, tu règneras sur les rues dans un style royal. Les manches élastiques et les détails passepoilés font allusion à l'héritage footballistique de la collection et la marque audacieuse ne manquera pas d'attirer l'attention. CARACTÉRISTIQUES + AVANTAGES bluesign® : la matière est certifiée
  • PUMA Polo Olympique de Marseille Casuals Football pour Homme, Blanc/Bleu, Taille L, Vêtements
    White/Azure Blue - Intelligent et sportif à la fois. Le marque officielle du club sur la poitrine et les motifs en bordure et aux épaules font de ce polo à col plat un parfait hommage à l'Olympique de Marseille. CARACTÉRISTIQUES + AVANTAGES BCI: PUMA soutient en tant que partenaire de l'initiative Better Cotton l'amélioration
  • PUMA Blouson QUEEN pour Femme, Blanc, Taille L, Vêtements
    White - Avec le blouson QUEEN, tu règneras sur les rues dans un style royal. Les manches élastiques et les détails passepoilés font allusion à l'héritage footballistique de la collection et la marque audacieuse ne manquera pas d'attirer l'attention. CARACTÉRISTIQUES + AVANTAGES bluesign® : la matière est certifiée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *