Les Verts allemands passent au nucléaire pour renouveler leurs vœux à l’OTAN

BERLIN – Un appel lancé à Berlin pour qu’il renouvelle son engagement en faveur de la défense nucléaire de l’OTAN dans un geste de solidarité avec les États-Unis a provoqué une réaction violente parmi les Verts allemands, le parti considéré comme le faiseur de rois probable dans le prochain gouvernement du pays.

Un groupe très en vue d’universitaires et de conseillers stratégiques allemands et américains a prononcé l’appel de l’OTAN dans un document de plus de 8 000 mots intitulé «More Ambition, Please !,» exhortant Berlin à saisir le moment présenté par le changement d’administration à Washington.

«L’érosion des relations transatlantiques est une crise stratégique pour l’Allemagne», affirment les signataires en prélude à des recommandations politiques spécifiques pour la coopération transatlantique sur tout, du changement climatique au commerce. «Sans cette alliance, une Europe stable et unie ne peut pas être soutenue, et l’ordre international ne peut pas non plus être renouvelé.»

Si de telles conclusions peuvent sembler évidentes aux oreilles américaines, elles ne sont pas universellement partagées en Allemagne, en particulier en ce qui concerne le rôle du pays au sein de l’OTAN et pour assurer la défense nucléaire de l’Europe.

Ces questions restent particulièrement litigieuses au sein du Parti vert, qui, malgré la modération de ses positions sur de nombreux fronts politiques ces dernières années, n’a jamais abandonné ses racines pacifistes et anti-guerre. Le soutien à la déclaration transatlantique des forces modérées du parti a déclenché une réaction féroce des principaux membres de l’aile gauche des Verts, soulignant la difficulté qui attend l’administration Biden alors qu’elle cherche à réparer et à renouveler les liens stratégiques des États-Unis en Europe à la suite de la division. Trump années.

«Je suis très énervée», a déclaré Agnieszka Brugger, chef adjointe du groupe parlementaire des Verts, au quotidien Süddeutsche Zeitung. Elle a dit qu’elle était particulièrement ennuyée que le document ait été soutenu par Ellen Ueberschär, codirectrice de la Heinrich Böll Stiftung, le groupe de réflexion interne de facto des Verts (Ueberschär n’a pas seulement signé le document controversé, elle a co-écrit un op -ed dans le Tagesspiegel de Berlin encourageant les autres à adopter également l’initiative.).

Les signataires du document – un groupe qui comprend des gens comme James D.Bindenagel, un ambassadeur américain à la retraite qui a passé une grande partie de sa carrière en Allemagne, et Boris Ruge, un ambassadeur allemand actuellement en tant que chef adjoint de la Conférence de Munich sur la sécurité – reconnaissent le corrosif l’effet de Donald Trump sur l’alliance, tout en soulignant «la négligence et les échecs allemands» sur les dépenses de défense et en poursuivant le projet controversé de pipeline Nord Stream 2 avec la Russie.

Le groupe attribue un rôle central à l’Allemagne dans l’effort plus large de l’Europe pour maintenir l’engagement des États-Unis dans la région, affirmant que pour assumer cette responsabilité, l’Allemagne devrait accélérer ses efforts pour augmenter les dépenses de défense afin de garantir «une armée déployable». Les critiques disent que l’armée allemande, connue sous le nom de Bundeswehr, est en proie depuis des années à un sous-financement et à une mauvaise gestion chronique.

«Une armée déployable donne du poids à la diplomatie, ajoute une contribution indispensable à la crédibilité transatlantique, renforce la capacité de dissuasion de l’OTAN et, par conséquent, défend la liberté des citoyens allemands», affirme le journal.

Un aspect clé de la mission de l’Allemagne devrait être de rester engagé dans les «accords de partage nucléaire» de l’OTAN, une référence à l’engagement de longue date de l’Allemagne à livrer des bombes atomiques américaines en cas d’attaque. Pour conserver ce rôle, Berlin doit remplacer la flotte vieillissante d’avions de combat du pays, équipés pour remplir ce rôle.

«Le bouclier nucléaire américain est essentiel pour tous les pays de l’OTAN non nucléaires en Europe», indique le journal. «Il devrait exister aussi longtemps que les armes nucléaires existent et que la menace nucléaire se profile.»

Mais beaucoup à gauche de l’Allemagne, y compris des factions du Parti vert et des sociaux-démocrates, s’opposent à cette décision et veulent que les États-Unis retirent les ogives nucléaires qu’ils ont stationnées en Allemagne.

Alors que les Verts ont inscrit l’objectif d’une Europe sans nucléaire dans leur programme de parti, certains membres du parti voient les armes comme un mal nécessaire aussi longtemps que l’Europe reste menacée par la Russie.

Cette approche pragmatique de la sécurité a contribué à élargir l’attrait du parti auprès des électeurs centristes ces dernières années et est l’une des raisons pour lesquelles de nombreux observateurs politiques estiment qu’il est susceptible d’entrer dans une coalition avec les démocrates-chrétiens de centre-droit, la force politique dominante de l’Allemagne, après les élections nationales en la chute. Les Verts votent actuellement à environ 20%, soit plus du double de leur performance lors des dernières élections en 2017.

Malgré le nouvel appel général du parti, les frictions sur le rôle continu de l’Allemagne dans la garantie de la dissuasion nucléaire de l’OTAN suggèrent que l’acceptation par les Verts des normes existantes est loin d’être réglée.

Beaucoup de membres du parti pensent que l’Allemagne devrait abandonner l’objectif de dépenses de l’OTAN, qui appelle les membres à s’efforcer d’investir 2% de leur PIB dans la défense. Brugger, dans son entretien avec la Süddeutsche, a qualifié l’accent mis sur les dépenses militaires de «faux et dangereux».

Certains Verts souhaitent également que l’Allemagne signe le traité d’interdiction nucléaire des Nations Unies, qui entrera en vigueur vendredi.

Parmi eux se trouve Jürgen Trittin, ancien député vert et ancien ministre. Il tweeté qu’il ne pouvait que «se gifler» sur le soutien d’Ueberschär à l’initiative de renouveler l’alliance transatlantique.

Alors que les ailes modérées et plus idéologiques des Verts ont une longue histoire de verrouillage sur les questions politiques, la question militaire est particulièrement explosive parce que l’opposition à tout ce qui concerne le nucléaire est au cœur de l’identité du parti.

Même ainsi, le parti a une histoire de rupture avec l’orthodoxie, notamment en soutenant l’intervention militaire de l’OTAN en 1999 au Kosovo. Si les Verts doivent rejoindre les conservateurs pour former un gouvernement après les élections de septembre, le parti consensuel n’aura peut-être pas d’autre choix que de redessiner ses lignes rouges.

  • Le nucléaire et la lampe à pétrole - Verts Les - Livre
    Occasion - Etat Correct - Pliures - L'Esprit frappeur - Poche - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.
  • Baarle Poster plastifié Auriculo terapia (A2)
    Une localisation des points sur l'oreille avec les noms latins et en dessous leurs traductions en français, anglais, allemand et néerlandais. Les organes / parties du corps correspondants sont illustrés.
  • Helly Hansen OMEGA - Veste ski Homme slate
    La veste de ski OMEGA de HELLY HANSEN est conçue pour les skieurs amateurs qui passent leurs journées sur les pistes. L'ESSENTIEL : Membrane : Helly Tech® Construction à 2 couches Imperméabilité : 20.000 mm Respirabilité : 20.000 g/m²/24h Isolation / Doublure : Primaloft® Système Recco® : Oui Jupe pare-neige

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *