La police russe a arrêté plus de 3000 personnes au milieu des manifestations contre l’emprisonnement de Navalny

La police a arrêté plus de 3000 personnes et a utilisé la force pour disperser samedi des rassemblements à travers la Russie, alors que des dizaines de milliers de manifestants ignoraient les avertissements de la police pour exiger la libération du critique du Kremlin Alexei Navalny.

M. Navalny avait appelé ses partisans à manifester après avoir été arrêté le week-end dernier alors qu’il rentrait d’Allemagne en Russie pour la première fois depuis qu’il avait été empoisonné avec un agent neurotoxique qui, selon lui, lui avait été glissé par des agents de sécurité de l’État en août.

Les autorités avaient averti les gens de rester à l’écart des manifestations de samedi, affirmant qu’ils risquaient d’attraper Covid-19 ainsi que des poursuites et une éventuelle peine de prison pour avoir assisté à un événement non autorisé.

Mais les manifestants ont défié l’interdiction et, dans au moins un cas, à des températures inférieures à -50 Celsius, se sont révélés en vigueur.

Leonid Volkov, un allié de Navalny, les a appelés à faire de même le week-end prochain pour tenter de libérer M. Navalny de ce qu’il a appelé «les griffes de ses assassins».

Dans le centre de Moscou, où les journalistes de Reuters ont estimé que jusqu’à 40000 personnes s’étaient rassemblées dans l’un des plus grands rassemblements non autorisés depuis des années, la police a été vue en train d’arrêter des personnes, les regroupant dans des fourgons à proximité.

Les autorités ont déclaré que seulement 4 000 personnes s’étaient présentées, tandis que le ministère des Affaires étrangères remettait en question l’estimation de la foule de Reuters.

«Pourquoi ne pas dire immédiatement 4 millions?» il a suggéré sarcastiquement sur sa chaîne de messagerie officielle Telegram.

Ivan Zhdanov, un allié de Navalny, a estimé le taux de participation dans la capitale à 50 000, a rapporté le média Proekt.

Certains manifestants ont scandé «Poutine est un voleur», «Disgrâce» et «Liberté pour Navalny!»

L’épouse de M. Navalny, Yulia, a été brièvement détenue lors du rassemblement avant d’être libérée. Certains des alliés politiques de M. Navalny ont été détenus dans les jours précédant la manifestation, d’autres le jour même.

À un moment donné, les manifestants ont encerclé une voiture noire élégante avec une lumière clignotante utilisée par de hauts responsables, lui lançant des boules de neige et lui donnant des coups de pied. Un groupe de policiers a également été bombardé de boules de neige par une foule beaucoup plus nombreuse.

Le groupe de surveillance des manifestations OVD-Info a déclaré que 3 296 personnes, dont 1 294 à Moscou et 489 à Saint-Pétersbourg, avaient été arrêtées lors de rassemblements dans une centaine de villes.

Les États-Unis ont condamné ce qu’ils ont qualifié de «tactiques dures» utilisées contre les manifestants et les journalistes et ont appelé à la libération «immédiate et inconditionnelle» de M. Navalny.

Le chef de la politique étrangère de l’Union européenne, Josep Borrell, a déclaré dans un message sur Twitter qu’il déplorait «l’usage disproportionné de la force» par les autorités, tandis que le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, a condamné «l’usage de la violence contre des manifestants pacifiques et des journalistes».

M. Navalny, un avocat de 44 ans, est incarcéré dans une prison de Moscou en attendant le résultat de quatre affaires juridiques qu’il décrit comme forgées de toutes pièces. Il accuse le président Vladimir Poutine d’avoir ordonné sa tentative de meurtre.

M. Poutine a rejeté cela, alléguant que Navalny faisait partie d’une campagne de sales tours soutenue par les États-Unis pour le discréditer.

Certains manifestants ont marché sur la prison, où la police attendait pour les arrêter.

Des images de manifestants blessés tels que des têtes ensanglantées ont circulé sur les réseaux sociaux.

Les scènes rappelaient les troubles de plusieurs mois dans l’allié voisin de la Russie, la Biélorussie, où des manifestations antigouvernementales ont éclaté en août dernier à la suite d’allégations de fraude électorale.

Dans le but de galvaniser le soutien avant les manifestations, l’équipe de M. Navalny a publié cette semaine une vidéo sur un palais opulent sur la mer Noire qui, selon elle, appartenait à Poutine, ce que le Kremlin a nié. Samedi, la vidéo avait été visionnée plus de 70 millions de fois.

Les alliés de M. Navalny espèrent tirer parti de ce que les sondages qualifient de frustrations refoulées parmi le public après des années de baisse des salaires et de retombées économiques de la pandémie.

Mais l’emprise de M. Poutine sur le pouvoir semble inattaquable pour le moment et le président de 68 ans enregistre régulièrement un taux d’approbation de plus de 60%. – Reuters

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *