5 graphiques qui expliquent la relation transatlantique numérique

Appuyez sur play pour écouter cet article

Abonnez-vous au pont numérique de POLITICO. Une nouvelle newsletter hebdomadaire sur les personnes et le pouvoir derrière la relation technologique transatlantique. Abonnez-vous aujourd’hui.

Les grandes entreprises technologiques ont trop de pouvoir? Que faire contre la désinformation en ligne? Comment créer des lois sur la confidentialité qui protègent réellement les personnes en ligne?

Que vous soyez à Bruxelles, à Washington ou dans d’autres capitales nationales et américaines, ces questions – autrefois en marge de la vie quotidienne des gens – sont rapidement devenues des sujets plus cool, bien que souvent discutés virtuellement alors que le monde court rapidement vers l’anniversaire d’un an. du coronavirus étant déclaré pandémie mondiale.

Comme une grande partie du public réclame une action, les législateurs s’empressent de rétablir l’équilibre des pouvoirs qui a laissé principalement aux entreprises de la Silicon Valley un contrôle excessif sur la part de l’économie et de la société du XXIe siècle. Cela inclut de nouvelles règles de protection des données en Europe; des discussions tourbillonnantes sur l’écrêtage des ailes des entreprises de médias sociaux aux États-Unis; et une ruée mondiale pour définir les règles des futurs problèmes numériques tels que l’ordinateur quantique et l’intelligence artificielle.

L’Union européenne et les États-Unis se sont souvent heurtés à l’élaboration de politiques numériques, adoptant une approche mutuelle comme anti-américaine (si vous êtes à Washington) ou trop intime avec l’industrie technologique (si vous êtes à Bruxelles). La réalité est qu’aucun des stéréotypes ne résiste à un examen minutieux. Et les responsables tentent à nouveau de raviver une alliance technologique et commerciale UE-États-Unis afin de fournir un livre de jeu occidental commun pour faire face à la montée en puissance de la Chine en tant que puissance numérique la plus dominante au monde.

Pour découvrir comment l’Europe et les États-Unis Regardez la technologie, POLITICO a rassemblé cinq graphiques qui définissent la relation numérique transatlantique:

Dans les années récentes, L’Europe a adopté une série de nouvelles règles numériques et vient de présenter de nouvelles propositions visant à entraver la domination numérique des Big Tech. Les États-Unis – pris dans une impasse partisane de plusieurs années – ont pris du retard sur la législation technologique, bien qu’il y ait de nouveaux espoirs que les démocrates puissent faire adopter les règles fédérales de confidentialité maintenant qu’ils contrôlent la Maison Blanche et les deux chambres du Congrès.

Pourtant, cela ne signifie pas que les législateurs américains ont été silencieux sur les questions numériques. En fait, sur la base de l’analyse par POLITICO des données du Parlement européen et du Congrès américain depuis 2017, les politiciens américains ont mentionné les problèmes technologiques dans les projets de loi et les résolutions presque deux fois plus que leurs homologues européens.

Ce n’est pas un proxy parfait: une grande partie de la législation européenne vient de la Commission européenne, pas du Parlement européen. Mais cela montre que les législateurs américains font du bruit autour de l’élaboration des politiques numériques, même s’ils ne peuvent finalement pas faire adopter une législation réelle.

***

Jusqu’à présent, l’Europe a pris la tête de l’établissement des règles mondiales pour tout ce qui est numérique (en dehors de la Chine). Pourtant, cela reste un combat déséquilibré.

Les entreprises américaines dominent presque exclusivement l’industrie technologique mondiale, bien que les acteurs chinois gagnent rapidement du terrain. Cela signifie qu’Apple, Microsoft et le reste des 30 plus grandes entreprises numériques américaines, combinés, valent à peu près la même valeur que le produit intérieur brut annuel des cinq principales économies européennes. Une telle puissance de feu financière des entreprises donne à ces pays une course pour leur argent en termes de quantité de ressources disponibles pour se consacrer à l’élaboration de règles numériques.

Cela n’a pas l’air trop rose pour les futurs plans technologiques de l’Europe. Alors que l’industrie des startups du continent a prospéré ces dernières années, les investisseurs américains ont investi plus de trois fois plus de capital-risque dans les nouvelles entreprises numériques nationales par rapport à celles du bloc des 27 pays et du Royaume-Uni en 2020, ce qui leur donne une longueur d’avance sur le nouvelle génération de produits et services technologiques.

***

La pandémie COVID-19 a braqué les projecteurs sur les réseaux haut débit et mobiles souvent grinçants des pays – des bouées de sauvetage pour ceux qui sont coincés à la maison et qui tentent de jongler entre le travail et l’enseignement à domicile pendant la pandémie actuelle.

Les responsables américains et européens investissent collectivement des milliards dans de nouvelles infrastructures – des plans qui ont de plus en plus pris un penchant géopolitique, les décideurs politiques différant sur le rôle que les entreprises de télécommunications chinoises comme Huawei devraient jouer dans la réduction des coûts Internet pour les personnes de Stockholm à San Francisco.

Ce n’est pas seulement une question de sécurité nationale. Une épine dorsale numérique qui fonctionne bien fait désormais partie intégrante des perspectives économiques futures d’un pays, de sorte que quiconque peut relancer les vitesses Internet tout en maintenant les coûts bas aura une voie interne par rapport à ses concurrents internationaux.

***

Malgré leurs différences, L’Europe et les États-Unis sont les plus proches alliés économiques (et sécuritaires).

Les négociateurs tentent actuellement de conclure un nouvel accord de transfert de données transatlantique afin que ces liens commerciaux numériques – d’une valeur de centaines de milliards de dollars chaque année – puissent se poursuivre alors même que les militants de la protection de la vie privée et les juges de l’UE se demandent si Washington protège suffisamment les données des personnes des agences de renseignement du pays. .

Attendez-vous à un nouvel accord de transfert de données d’ici l’été. Il représentera l’un des premiers tests sur la manière dont Washington peut travailler avec Bruxelles sur l’élaboration de politiques numériques.

***

L’UE et les États-Unis ont jusqu’à présent dépensé, collectivement, plus de 3 billions de dollars au cours des 12 derniers mois pour soutenir la reprise économique liée à la pandémie COVID-19.

Maintenant, les responsables se battent pour déterminer qui devrait payer cet afflux de nouvelle dette publique, et la Silicon Valley – qui a bénéficié de manière disproportionnée pendant la crise par rapport aux magasins de Main Street – est invitée à augmenter ses revenus grâce à une série de services numériques. les régimes fiscaux qui ont surgi à travers l’Europe.

Les responsables tentent actuellement de conclure un accord mondial afin que les entreprises de technologie et les entreprises non numériques puissent contribuer davantage aux efforts de relance nationaux. Washington pense que les efforts d’autres pays pour extraire de l’argent des entreprises technologiques constituent une discrimination ouverte à l’égard des entreprises américaines.

Pourtant, sur la base des meilleures estimations de l’Organisation de coopération et de développement économiques, ces prélèvements numériques feront à peine avancer les choses pour aider les gouvernements à combler les trous en forme de COVID-19 dans leurs finances.

Vous voulez plus d’analyse de POLITICO? POLITICO Pro est notre service de renseignement premium pour les professionnels. Des services financiers au commerce, en passant par la technologie, la cybersécurité et plus encore, Pro fournit des renseignements en temps réel, des informations approfondies et des scoops dont vous avez besoin pour garder une longueur d’avance. Email [email protected] pour demander un essai gratuit.

  • Tee-shirt imprimé graphique détails tulle - Noir & Rose - Taille : 42,44 - Blancheporte
    Une folle envie d'imprimé graphique et moderne ? Vous visez dans le mille avec ce tee-shirt qui a beaucoup à vous offrir. Détails de tulle et col V féminin, il sera parfait associé à vos pièces unies favorites ! - Couleur noir & rose - Taille 42/44 - TAILLE • Long. 65 cm env. COMPOSITION • En 95% polyester, 5% élasthanne DETAILS • Col V bordé de tulle délicate • Manches courtes finies par bande de tulle • Base droite ENTRETIEN • Lavable en machine
  • Tee-shirt imprimé graphique détails tulle - Noir & Rose - Taille : 34,36 - Blancheporte
    Une folle envie d'imprimé graphique et moderne ? Vous visez dans le mille avec ce tee-shirt qui a beaucoup à vous offrir. Détails de tulle et col V féminin, il sera parfait associé à vos pièces unies favorites ! - Couleur noir & rose - Taille 34/36 - TAILLE • Long. 65 cm env. COMPOSITION • En 95% polyester, 5% élasthanne DETAILS • Col V bordé de tulle délicate • Manches courtes finies par bande de tulle • Base droite ENTRETIEN • Lavable en machine
  • Tee-shirt imprimé graphique détails tulle - Noir & Rose - Taille : 38,40 - Blancheporte
    Une folle envie d'imprimé graphique et moderne ? Vous visez dans le mille avec ce tee-shirt qui a beaucoup à vous offrir. Détails de tulle et col V féminin, il sera parfait associé à vos pièces unies favorites ! - Couleur noir & rose - Taille 38/40 - TAILLE • Long. 65 cm env. COMPOSITION • En 95% polyester, 5% élasthanne DETAILS • Col V bordé de tulle délicate • Manches courtes finies par bande de tulle • Base droite ENTRETIEN • Lavable en machine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *