Quarantaine obligatoire autorisée en vertu de la Constitution

La mise en quarantaine obligatoire des hôtels pour les voyageurs entrants est un sujet controversé. Certains y voient la mesure de santé publique la plus cruciale absente de notre riposte à la pandémie, étant donné son utilisation dans des pays comme l’Australie et la Nouvelle-Zélande. D’autres y voient une trop grande violation de la liberté à considérer.

Cependant, nous devons séparer la question de savoir si nous devrions ou non adopter cette politique de la question de savoir si nous pouvons ou non légalement le faire. Contrairement aux récentes suggestions du gouvernement, je pense qu’il est constitutionnellement possible de mettre en œuvre cette mesure.

Mercredi, le Taoiseach a déclaré qu’il y avait des «raisons juridiques impérieuses» pour lesquelles cette politique ne pouvait pas être mise en œuvre pour tous les voyageurs entrants. Nous n’avons pas entendu exactement quelles sont ces raisons et si elles proviennent du procureur général ou d’une autre source. Il est clair que ces préoccupations concernent les droits et libertés constitutionnels qui seraient limités par la mesure et la laisseraient contestable devant les tribunaux.

Si le gouvernement croit que la mise en quarantaine obligatoire est clairement inconstitutionnelle, je pense que c’est inexact. Bien qu’il s’agisse d’une restriction importante des droits, qui devrait être exécutée avec soin, il y a de fortes chances qu’elle soit confirmée par les tribunaux comme étant constitutionnelle.

La quarantaine de ce type engage des droits constitutionnels servaux. Premièrement, il s’agit d’une privation de liberté, un droit protégé par l’article 40.4 de la Constitution. Les tribunaux ont également reconnu un droit constitutionnel de voyager qui serait limité, directement ou indirectement, par cette mesure. Ce sont de sérieuses restrictions de droits.

Mais surtout, les droits constitutionnels ne sont pas absolus. Toutes les restrictions à la liberté ou aux déplacements ne sont pas inconstitutionnelles. Restreindre la liberté n’est inconstitutionnel que si cela est fait autrement que conformément à la loi et aux principes constitutionnels fondamentaux. Et les droits peuvent généralement être limités dans le but de promouvoir le bien commun ou de protéger les droits d’autrui, une fois que cela est fait proportionnellement.

Lorsqu’ils examinent une loi qui restreint les droits, les tribunaux appliquent un test de proportionnalité. Premièrement, les tribunaux demandent si la loi limitant les droits poursuit un objectif important dans l’intérêt public. Ils examineront ensuite si la loi ne viole les droits que le moins nécessaire pour atteindre cet objectif, et n’est pas arbitraire ou irrationnelle.

Enfin, les tribunaux examinent si le bien fait par la loi peut être considéré comme justifiant – s’il est proportionnel – au préjudice causé aux droits.

En appliquant ce critère, les tribunaux laissent une marge de manœuvre importante aux Oireachtas. Cet organe est plus compétent pour prendre les décisions complexes et les compromis nécessaires à une élaboration efficace des politiques. Il est également responsable devant le peuple.

Les tribunaux accordent ainsi un poids réel au fait que les Oireachtas pensent qu’une mesure particulière était nécessaire et ne la trouvent inconstitutionnelle que s’il est clairement démontré qu’elle franchit une ligne et devient disproportionnée.

La mise en quarantaine obligatoire des hôtels est une grave privation de liberté et du droit de voyager. Mais elle serait entreprise pour un bon objectif, dans l’intérêt du bien commun: défendre la vie et la santé des autres personnes dans l’État. Il existe des arguments crédibles selon lesquels cela pourrait considérablement faire progresser cet objectif.

Cela serait fait après un examen attentif par le gouvernement et la législature, et après des mois de tentatives de nombreux autres moyens de supprimer la propagation du COVID-19 dans l’État. Cela suggérerait qu’il ne restreint le droit que parce qu’il est strictement nécessaire.

Et cela se ferait dans une grave exigence de santé publique, où nous avons restreint toutes sortes de droits au nom de la protection de la santé et du bien-être d’autrui, et où ces mesures ne semblent plus être suffisamment efficaces. Dans ce contexte, la restriction des droits des personnes placées en quarantaine hôtelière semble justifiée.

Pour être clair, il y aurait une preuve constitutionnelle crédible contre cette mesure. C’est une restriction sérieuse des droits. Le diable serait dans les détails de son exécution, et dans quelle mesure son efficacité pourrait être démontrée.

Cependant, je pense que c’est une restriction proportionnée et, une fois bien faite, les tribunaux la confirmeraient comme constitutionnelle.

La question est d’une telle importance que si nos législateurs, après un examen attentif, pensent que cette mesure est nécessaire, nous devrions laisser les tribunaux décider de sa constitutionnalité, si et quand une personne concernée souhaite contester sa constitutionnalité.

La façon dont la Constitution est souvent discutée dans notre politique, on pourrait penser que c’était simplement une obstruction à la gouvernance. Mais la Constitution n’est pas une camisole de force. Bien qu’elle impose des limites à la gouvernance, elle existe pour faciliter la gouvernance dans le bien commun. Le droit qu’il protège est important, mais équilibré avec d’autres préoccupations, et ne l’emporte pas toujours sur le bien-être général.

Si le gouvernement souhaite ne pas poursuivre de politiques en raison d’obstacles constitutionnels supposés, il faut nous dire exactement de quoi il s’agit et les soumettre à un examen attentif avant d’accepter que la Constitution dit non.

David Kenny est professeur adjoint de droit au Trinity College de Dublin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *