Nord Stream 2 a suffisamment endommagé l’Ouest. Il est temps d’y mettre fin

Zbigniew Rau est le ministre polonais des Affaires étrangères. Dmytro Kuleba est le ministre ukrainien des Affaires étrangères.

La Pologne et l’Ukraine ont un intérêt commun pour un Occident fort, dynamique et résilient. Nous sommes unis derrière une grande vision, poursuivie par tous les présidents américains depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, d’une Europe libre, unie, prospère et en paix.

En tant que ministres des affaires étrangères, nous devons cependant reconnaître les obstacles à l’unification de l’Europe. La plus importante d’entre elles est la fausse croyance que le monde libre est un club d’élite, dont les intérêts nationaux des membres sont supérieurs à ceux du collectif. Cette croyance est ce qui enhardit les puissances autocratiques prédatrices et crée des dangers pour la stabilité internationale et la paix mondiale.

Aspirer à faire partie du monde libre signifie rejeter l’autocratie, qui crée des défis pour les régimes autoritaires. De leur côté, les autocrates réagissent sur trois fronts. Premièrement, ils essaient de décourager les membres potentiels du monde libre par la force militaire et les tentatives d’annexion, de coercition économique et de chantage. Deuxièmement, ils essaient de ternir le monde libre en dépeignant ses élites politiques et commerciales comme corrompues. Enfin, les autocrates tentent d’empoisonner le discours public en lançant des campagnes de désinformation de grande portée pour promouvoir des récits antidémocratiques. Ils revendiquent des «sphères d’intérêts privilégiés» et optent pour le rétablissement du «concert des pouvoirs», impliquant ainsi un contrôle sur le sort des autres nations.

La Pologne et l’Ukraine ont toujours pensé qu’une paix durable en Europe est impossible à maintenir sans un développement démocratique harmonisé à travers l’Europe.

C’est pourquoi la Pologne a été parmi les premiers à reconnaître l’indépendance de l’Ukraine en 1991. Ayant atteint ses objectifs de longue date d’adhésion à l’OTAN et à l’UE, la Pologne est devenue l’un des plus fervents partisans d’une politique de porte ouverte aux deux organisations, et reste une défenseur indéfectible de l’adhésion de l’Ukraine.

Mais alors que l’Europe centrale se liait à l’Occident, la Russie a tiré sur les leviers à sa disposition pour, sinon inverser, du moins pour perturber sérieusement ce processus. Ce faisant, Moscou s’est appuyée sur l’une de ses armes les plus puissantes – la dépendance de ses voisins à l’égard de l’approvisionnement énergétique, en particulier du gaz naturel.

D’abord en 2006, puis en 2009, la Russie a profité de son statut de fournisseur unique et a interrompu les livraisons de gaz naturel à l’Ukraine sans aucune raison ni explication. Compte tenu de l’importance de l’infrastructure ukrainienne pour transporter le gaz naturel russe vers l’ouest, le reste de l’Europe en a ressenti les conséquences.

À la suite des actions de la Russie, les Européens ont décidé de s’orienter vers un marché du gaz naturel plus intégré, résilient en interne et transparent afin de mieux résister aux perturbations futures. Cependant, le Kremlin était occupé à rédiger un plan qui renforcerait son emprise sur l’approvisionnement en gaz de l’Europe et détacherait l’Ukraine du reste de l’Europe.

C’est ainsi que la Russie a eu l’idée de Nord Stream – un gazoduc fonctionnant sur les fonds marins de la Baltique directement de la Russie à l’Allemagne, en contournant l’Europe centrale.

Lorsque le nouveau gazoduc a été mis en service en 2011, il a été présenté comme un outil de diversification des approvisionnements en gaz naturel vers l’Europe. En réalité, Nord Stream a été conçu pour saboter la sécurité énergétique de l’Europe.

Une décennie après le lancement de Nord Stream 1, la Russie est dangereusement sur le point d’achever le gazoduc double, Nord Stream 2. Malheureusement, la Russie a été autorisée à avancer aussi loin avec le projet alors même qu’il continue de violer la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine, montrant un mépris flagrant pour la loi internationale.

La Pologne et l’Ukraine ont longtemps mis en garde contre les dangers liés à la construction de Nord Stream 2. Nos appels à la vigilance et à l’audace ont été entendus au Congrès américain, qui a poursuivi avec des mesures destinées à arrêter ce projet dangereux et qui divise.

Nous appelons le président américain Joe Biden à utiliser tous les moyens à sa disposition pour empêcher l’achèvement du projet.

Sur cette question, les États-Unis continuent d’être d’une importance cruciale. Il doit rejeter les affirmations selon lesquelles Nord Stream 2 est devenu «trop gros pour échouer» et qu’il doit simplement être terminé. Si le projet réussit, la Russie pourrait essayer de convaincre le public ukrainien que l’Occident ne se soucie pas de ses propres principes et, en fin de compte, de la sécurité et de la prospérité de l’Ukraine.

Ce projet ne concerne pas la sécurité énergétique de l’Allemagne, notre proche allié et partenaire. L’Ukraine apprécie profondément les efforts de l’Allemagne pour ramener la paix dans la région du Donbass ravagée par la guerre et son soutien vital aux réformes ukrainiennes.

Nous respectons le droit de l’Allemagne d’exprimer son point de vue. Mais nous sommes également fermement convaincus que ces types de projets ne peuvent pas être considérés de manière restrictive à travers le prisme des relations bilatérales, mais devraient plutôt être abordés dans une perspective plus large des intérêts et de la sécurité de l’Europe dans son ensemble.

L’enjeu est important, mais la voie à suivre est toujours entre nos mains. Les dirigeants autocratiques au Kremlin et ailleurs peuvent et doivent être tenus responsables. L’Occident, dirigé par les États-Unis, ne peut pas se permettre de se recroqueviller face à un chantage qui va à l’encontre de tout ce que nous défendons.

  • MONCANAPE.COM Chesterfield Canapés fixes Velours "easy clean" qui se nettoie à l'eau, 100% polyester (Ce velours dit : "hôtelier" est utilisé en hôtellerie et dans les palaces, gage de très grande qualité et simplicité d'entret
  • MONCANAPE.COM Lucas Canapés convertibles Velours "easy clean" qui se nettoie à l'eau, 100% polyester (Ce velours dit : "hôtelier" est utilisé en hôtellerie et dans les palaces, gage de très grande qualité et simplicité d'entret
  • MONCANAPE.COM Ellie Canapés fixes Velours "easy clean" qui se nettoie à l'eau, 100% polyester (Ce velours dit : "hôtelier" est utilisé en hôtellerie et dans les palaces, gage de très grande qualité et simplicité d'entretien)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *