La «  Grande-Bretagne mondiale  » doit devenir réelle en matière de migration

Sam Lowe est chercheur principal au Centre for European Reform.

Le Royaume-Uni est une véritable superpuissance des services. Mais il doit trouver une approche de l’immigration qui puisse répondre aux besoins d’une nation commerçante moderne.

La Grande-Bretagne ne se spécialise pas seulement dans la haute finance: elle est également leader mondial dans le conseil, la comptabilité, le droit, la musique, la production télévisuelle et cinématographique et la publicité. Les politiciens britanniques risquent de saper sa position s’ils ne trouvent pas un moyen de faire en sorte qu’il soit moins cher et plus facile pour les entreprises britanniques d’attirer des talents.

Le commerce des services et la circulation des personnes sont intrinsèquement liés. Dans le monde entier, malgré les progrès de la technologie des télécommunications, les services sont encore principalement vendus en personne par des personnes familiarisées avec les coutumes et les règles locales. L’interaction en face à face est cruciale pour un secteur dépendant de la confiance et de l’interaction humaine.

Le Brexit et la décision de mettre fin à la libre circulation des personnes menacent la position du Royaume-Uni en tant que plaque tournante des multinationales de services cherchant à vendre à des clients à travers le continent. Les musiciens, les mannequins et les acteurs ont commencé à se réveiller à la nouvelle réalité, mais pour beaucoup, les nouveaux obstacles ne sont pas encore apparents, car les restrictions relatives aux coronavirus maintiennent tout le monde à la maison.

Plus tard dans l’année, une fois que les économies européennes recommenceront à s’ouvrir, les exportateurs de services britanniques entreront dans un monde dans lequel il y aura de nouvelles restrictions importantes sur leur capacité à travailler dans toute l’Europe et les activités qu’ils sont autorisés à exercer une fois Eurostar.

Et bien que les règles d’immigration du Royaume-Uni pour le reste du monde soient assouplies dans le cadre de son nouveau système «basé sur des points», la fin de la liberté de mouvement a laissé la Grande-Bretagne moins ouverte aux travailleurs étrangers qu’auparavant.

Cela rendra plus difficile pour les entreprises de services britanniques d’attirer et de retenir les meilleurs et les plus brillants. Avant le Brexit, un ressortissant de l’UE pouvait postuler et occuper un emploi dans une agence de création britannique sans arrière-pensée. Maintenant, ils devront prendre en compte les coûts et les demandes de visa, les frais juridiques et un supplément pour utiliser le service de santé britannique. Afin de garder la Grande-Bretagne comme une destination attrayante pour les entreprises multinationales de services et les talents internationaux, elle doit repenser son approche globale de la mobilité de la main-d’œuvre et de l’immigration. Le Royaume-Uni devrait rouvrir les négociations avec l’UE sur la mobilité temporaire de la main-d’œuvre.

L’UE avait proposé de discuter de dispositions générales qui auraient pu permettre aux ressortissants de l’UE et du Royaume-Uni de divers secteurs d’exercer un travail rémunéré temporaire sans visa sur le territoire de l’autre pendant 90 jours sur 180. Mais les négociateurs britanniques ont rejeté cette approche. parce qu’ils craignaient que cela ressemble trop à la libre circulation des personnes.

Cela a sous-estimé l’intelligence du public britannique, qui adopte une vision plus nuancée de la migration de main-d’œuvre que les politiciens ne le pensent, et il est peu probable que des travailleurs qualifiés utilisent une allocation de migration temporaire.

Les dispositions qui permettent aux groupes itinérants, aux consultants et aux mannequins d’accepter un travail rémunéré occasionnel ne sont pas les mêmes que le droit de vivre en Grande-Bretagne. Un tel arrangement pourrait également constituer la base de futures discussions sur la mobilité de la main-d’œuvre avec de nouveaux partenaires commerciaux tels que l’Australie, la Nouvelle-Zélande et (en supposant que le gouvernement est sérieux au sujet de son programme «Grande-Bretagne mondiale») l’Inde.

Le Royaume-Uni devrait également accorder la priorité à la réduction des coûts et de la bureaucratie liés à l’obtention d’un visa de travail britannique. L’acquisition de visas britanniques pour une famille de cinq personnes peut coûter des dizaines de milliers de livres sterling – et les employeurs doivent payer des frais de licence pouvant atteindre 1 476 £ par travailleur. Ici, le Royaume-Uni devrait renoncer, ou à tout le moins réduire, tous les frais de dossier pour éviter de dissuader les travailleurs de l’UE ou d’ailleurs.

Alors que les ministres britanniques pourraient prétendre que les frais de visa sont une collecte de fonds nécessaire, toute perte de revenus serait facilement compensée par la hausse de la production économique et des taxes générées par les travailleurs qui viennent au Royaume-Uni.

Pour conserver sa position mondiale dans les services de grande valeur, le débat politique britannique sur la mobilité de la main-d’œuvre doit devenir moins grossier, et les politiciens devront tester les limites de ce que le public acceptera.

Ils peuvent trouver que les Britanniques sont plus accueillants envers les travailleurs étrangers qu’ils ne l’imaginent.

  • Manix Skin King Size Grande Taille 10 préservatifs + 4 offerts
    Description : Préservatifs king size pour plus de confort avec une matière douce et confortable pour une sensation encore plus réelle. Vous aurez l'impression de ne pas porter de préservatif. Grâce à sa formulation unique, les préservatifs skyn restituent un effet 'seconde peau'. Ils sont plus souples, plus
  • La premiere guerre mondiale par les peintres de Bretagne - Jean-Marc Michaud - Livre
    1ère guerre mondiale - Occasion - Bon Etat - Liv GF - Grand Format - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.
  • Petit lexique de la deuxième guerre mondiale en Bretagne (1939-1945) - Alain Lozac'h - Livre
    2ème guerre mondiale - Occasion - Etat Correct - Livre de bibliothèque, tampons présents - Keltia GF - Grand Format - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *