Les institutions de l’UE vont commencer à vacciner les fonctionnaires le 22 mars

L’UE commencera ce mois-ci à vacciner les fonctionnaires dans les centres de vaccination exclusifs à Bruxelles, un processus qui, insiste-t-elle, restera conforme aux règles belges en matière de vaccins.

Malgré les échecs dans le déploiement des injections de coronavirus à travers le bloc, les institutions basées à Bruxelles ont pris de solides préparatifs pour vacciner leurs propres responsables. La Commission européenne, le Conseil de l’UE et le Parlement européen prévoient d’ouvrir leurs centres de vaccination pour les fonctionnaires et les députés le 22 mars, ont déclaré des responsables à POLITICO.

Cela coïncide avec la date à laquelle la région bruxelloise prévoit de rendre les vaccins contre le coronavirus disponibles aux jeunes souffrant de problèmes de santé sous-jacents. Jusqu’à présent, ils étaient principalement accessibles aux travailleurs de la santé et aux résidents des foyers de soins.

Chacune des trois principales institutions de l’UE a construit sa propre installation pour administrer les vaccins, qui comptent officiellement comme des centres de vaccination belges qui reçoivent leurs doses des autorités locales mais sont exclusivement accessibles aux personnes employées par les institutions de l’UE.

Des fonctionnaires d’autres organes de l’UE, dont le Service européen pour l’action extérieure et le Comité économique et social européen, recevront également des clichés des centres.

« A condition que nous recevions les vaccins comme prévu, les centres de vaccination des institutions européennes ouvriront le 22 mars », a déclaré un responsable du cabinet d’Alain Maron, le ministre bruxellois en charge du déploiement de la vaccination.

Lundi, seulement 618000 personnes en Belgique – soit 5,4% de la population – avaient reçu leur première dose de vaccin, nettement moins qu’au Royaume-Uni qui a offert un premier vaccin contre le coronavirus à plus de 22 millions de personnes, soit plus de 33% de sa population. Cependant, la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a déclaré dans une interview publiée lundi que le nombre de doses de vaccin disponibles dans l’UE devrait doubler à partir du mois prochain.

La Belgique est entrée cette semaine dans la phase 1B de sa stratégie de vaccination, passant de la vaccination des personnes dans les maisons de retraite et les agents de santé aux prochains groupes prioritaires.

Dans la région bruxelloise qui concernera les personnes de plus de 75 ans cette semaine et probablement aussi celles de plus de 65 ans la semaine prochaine, avant de passer aux personnes «vulnérables» le 22 mars. Cette catégorie comprend tous les résidents de plus de 18 ans atteints d’une maladie grave telle que le cancer du sang, ou les personnes de plus de 45 ans qui souffrent de problèmes tels que l’obésité ou des problèmes respiratoires chroniques.

La Commission avait précédemment estimé que près de 10 pour cent de son personnel basé à Bruxelles – 2 000 personnes sur 21 000 – se qualifiait dans la catégorie vulnérable, mais ce chiffre est actuellement en cours de révision conformément aux dernières règles belges sur les personnes qui sont considérées comme vulnérables.

«Le personnel de la Commission se fera vacciner conformément aux campagnes de vaccination adoptées par nos pays d’accueil respectifs», a déclaré un porte-parole, confirmant que les autorités bruxelloises avaient déclaré à la Commission que le début devait débuter le 22 mars.

«Les membres du personnel concernés ont été priés de justifier leur statut de vulnérabilité avec des documents adéquats plus tôt cette année», a ajouté le porte-parole.

Le Parlement et le Conseil n’ont pas pu dire immédiatement combien de membres du personnel sont qualifiés de vulnérables, mais ont confirmé que la date du 22 mars avait été «discutée» avec les autorités bruxelloises.

Les institutions de l’UE pourraient bientôt passer à la vaccination d’une part encore plus large de leur personnel. Les autorités belges prévoient d’autoriser la vaccination des «travailleurs essentiels» – un critère qui pourrait potentiellement s’appliquer aux députés européens et à de nombreux eurocrates – en avril, même si la date exacte doit encore être confirmée.

Un responsable de l’OTAN a déclaré que l’alliance de sécurité avait également mis en place son propre centre de vaccination dans son quartier général basé à Bruxelles, qui suit les règles belges. Le responsable n’a pas pu confirmer une date de début pour l’administration des vaccinations à l’OTAN: « Nos préparatifs se poursuivent et nous restons en contact étroit avec les autorités belges. »

David M. Herszenhorn a contribué au reportage.

  • Les institutions de la France
    sciences|Politique|france

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *