Les Chypriotes turcs disent que l’UE devrait rester à l’écart des pourparlers sur l’avenir de l’île

L’Union européenne devrait rester à l’écart des pourparlers sur le problème chypriote tant qu’elle ne reconnaîtra que le gouvernement chypriote grec, a déclaré le ministre des Affaires étrangères de la république séparatiste du nord.

Tahsin Ertuğruloğlu a également déclaré à POLITICO dans une interview qu’une solution à deux États – ou une scission permanente – était la seule voie à suivre pour l’île méditerranéenne divisée, une position intransigeante qui compliquerait davantage les efforts visant à résoudre le différend de plusieurs décennies.

Ses propos font écho à ceux du dirigeant chypriote turc Ersin Tatar, qui a battu de justesse l’avocat de la réunification Mustafa Akinci aux élections présidentielles d’octobre, et du président turc Recep Tayyip Erdoğan. Tous deux ont intensifié leurs appels à la création de deux États souverains distincts sur l’île au cours de l’année écoulée.

Aucune nation autre que la Turquie ne reconnaît la République turque de Chypre du Nord, l’entité séparatiste créée à la suite de l’invasion de Chypre par Ankara en 1974. La République de Chypre, membre de l’UE, est acceptée au niveau international comme la seule puissance souveraine sur toute l’île.

Les deux parties – avec les puissances garantes, la Grèce, la Turquie et le Royaume-Uni – se préparent maintenant à de nouveaux pourparlers sous les auspices des Nations Unies, qui se tiendront à Genève fin avril, le premier rassemblement de ce type depuis l’échec des négociations en 2017.

La situation en Méditerranée orientale s’est toutefois fortement dégradée au cours des quatre dernières années. La Grèce, Chypre et la Turquie sont embourbés dans un différend tendu sur les frontières maritimes et les ressources naturelles; les relations entre les deux parties se sont détériorées l’année dernière à la suite de la réouverture unilatérale par les Chypriotes turcs d’une ville fantôme symbolique; et l’élection du candidat anti-réunification Tatar a également freiné les perspectives d’une solution fédérale à un seul État, soutenue par l’ONU et l’UE.

L’UE, pour sa part, a déclaré qu’elle souhaitait participer aux discussions de l’ONU, et les relations avec la Turquie sont à l’ordre du jour du sommet du Conseil européen de cette semaine. Plus tôt ce mois-ci, le chef de la politique étrangère du bloc, Josep Borrell, a souligné que «plus tôt l’UE s’impliquera pleinement dans les négociations de règlement renouvelées, mieux ce sera».

Bruxelles a participé au dernier cycle de négociations en 2017. Mais Ertuğruloğlu a insisté sur le fait que son gouvernement ne pouvait pas laisser cela se produire cette fois – car l’UE ne reconnaît que la République de Chypre.

«L’UE n’a pas sa place à la table», a-t-il ajouté. «Pas maintenant et tant qu’ils ne corrigent pas leur erreur [of not formally recognizing the Turkish Cypriot government as well], pas même plus tard.

L’UE «n’a pas de rôle positif à jouer dans le processus, ce n’est pas un spectateur neutre», a-t-il poursuivi. «C’est une organisation qui a choisi d’être du côté des Chypriotes grecs contre les Chypriotes turcs. En outre, il y a deux membres de l’UE à la table, les Chypriotes grecs et la Grèce. »

Il a ajouté que «pour que les négociations aient une chance de succès, elles doivent être menées entre égaux. Si un côté est l’État et l’autre côté est la communauté, alors vous ne parlez pas d’un processus de négociation qui a des chances de succès. »

Son gouvernement, a déclaré Ertuğruloğlu, propose une solution chypriote qui n’est pas différente du modèle de l’UE: un «partenariat d’États souverains égaux», mais avec des liens lâches comme dans une «confédération» plutôt que dans la «fédération» envisagée par la communauté internationale.

«Deux États souverains égaux distincts décideront de la manière dont ils façonneront l’avenir. Soit ils existeront sur la même île que deux États – chacun suivant sa propre voie – ou ce seront deux États distincts coopérant dans certains domaines pour un bénéfice mutuel, ou dans les années à venir, ces deux États distincts pourraient décider d’entrer dans un confédération », a-t-il dit.

Ertuğruloğlu a exhorté l’ONU à établir rapidement si les deux parties peuvent trouver un terrain d’entente. S’il n’y a aucune chance de résolution, a-t-il averti, la République turque de Chypre du Nord ferait campagne pour la reconnaissance d’autres États.

  • Maisons du Monde Etagère tabourets éco-conçue bicolore et métal noir
    Le bois de ce meuble est certifié FSC. Ce label garantit que le bois est issu d’une forêt gérée de façon responsable : vous aussi, participez à la préservation des forêts et de la biodiversité en choisissant ce produit. Ecolo, un brin rétro, et ultra fonctionnelle, l'étagère tabourets
  • 50 questions & réponses que tout français devrait connaitre... Contre l'avortement - Collectif - Livre
    Religion - Occasion - Bon Etat - Droit de naître - Grand Format - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.
  • Sodiake Étagère modulable en bois et métal avec 4 tablettes L60
    Notre gamme de rangement KALI est modulable et conçue pour s’adapter à votre espace. Découvrez toutes les solutions de rangement que vous offre KALI, idéale et adaptable partout dans les commerces, petites entreprises ou à la maison. La gamme KALI se fixe au mur ! 1 module composé de :- 2 montants

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *