Aucune preuve à l’appui de la restriction de l’utilisation d’AstraZeneca, selon l’agence des médicaments

Il n’y a actuellement aucune preuve pour soutenir la restriction de l’utilisation du vaccin AstraZeneca Covid-19 à certains âges, a annoncé l’Agence européenne des médicaments après que le régulateur allemand a rejoint plusieurs pays pour limiter son utilisation aux personnes âgées.

«Selon les connaissances scientifiques actuelles, il n’y a aucune preuve qui soutiendrait la restriction de l’utilisation de ce vaccin dans n’importe quelle population», a annoncé le chef de l’EMA, Emer Cooke, à la suite d’un examen des preuves par l’organisme.

«Les avantages du vaccin l’emportent sur les effets secondaires possibles.»

Cela vient après que les responsables de la santé allemands ont convenu mardi de restreindre l’utilisation du vaccin aux personnes âgées de plus de 60 ans en raison de très rares cas de caillots sanguins observés chez certaines personnes ayant reçu le vaccin.

L’EMA a reçu des rapports de 44 cas rares de coagulation sanguine parmi 9,2 millions de personnes ayant reçu le vaccin dans l’Espace économique européen.

Actuellement, il n’y a aucune preuve que le vaccin était la cause de ces maladies, qui surviennent de toute façon dans la population, bien que Mme Cooke ait déclaré qu’un lien était «possible» et que l’enquête se poursuivrait.

Les caillots sanguins se sont principalement produits chez les femmes plus jeunes, qui courent un risque plus élevé de développer de telles maladies et constituent la majeure partie de celles qui ont reçu des vaccins AstraZeneca dans l’UE.

Ceci est lié au fait que les coups étaient initialement réservés aux groupes plus jeunes par certains régulateurs nationaux, et étaient donc particulièrement donnés aux agents de santé, qui sont majoritairement des femmes.

La plupart des pays ont repris l’utilisation du vaccin après que plusieurs, dont l’Irlande, ont suspendu son utilisation par mesure de précaution lors de l’enquête initiale de l’EMA au début du mois.

Cependant, la France a choisi de limiter son utilisation aux personnes âgées de plus de 55 ans et le Canada a emboîté le pas lundi. La Norvège et le Danemark n’ont pas encore repris l’administration des vaccins, dans l’attente de nouvelles preuves.

À la suite de son examen de l’innocuité, l’EMA a ajouté les rares événements de caillots sanguins comme effets secondaires possibles au livret d’information qui accompagne le vaccin AstraZeneca, fournissant aux agents de santé et aux patients une liste de symptômes à connaître au cas où.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *