L’Europe mérite le canapé d’Erdoğan

Matthew Karnitschnig est POLITICOcorrespondant en chef de l ‘Europe.

Un Turc moustachu, deux chaises dorées à dossier haut et un canapé moelleux.

Il s’avère que c’est tout ce qu’il faut pour créer la cohésion toujours insaisissable de l’Europe.

La mise en quarantaine par le dirigeant turc Recep Tayyip Erdoğan de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, sur le canapé de sa salle de réception à Ankara la semaine dernière, a uni le continent agité – dans l’indignation.

Au milieu du décor criard du faux palais du sultan d’Erdoğan, la chorégraphie évoquait une peinture absurde: au centre de l’action, le président turc, avec sa marque d’homme répandue en plein écran assis à côté d’un Charles Michel nerveux, le président de l’Europe. Conseil; à travers la pièce, perché debout sur un canapé, von der Leyen dans un blazer rouge soigné, une photo de l’allemand bien élevé Frau, les mains soigneusement jointes sur ses genoux, dans un défi silencieux.

L’image absolument furieux Européens, gauche, droite et centre. Iratxe García Pérez, chef du groupe des socialistes et démocrates au Parlement européen, appelé Le traitement de von der Leyen est «honteux». Le Premier ministre italien Mario Draghi, un homme célèbre pour son ton tempéré, n’a fait aucun effort pour masquer sa colère face à ce qu’il a décrit comme «l’humiliation» de von der Leyen, comparant Erdoğan jeudi à un «dictateur».

Tout ça à cause d’un canapé?

Pas exactement.

Si l’Europe elle-même était sur le canapé, le canapé pourrait représenter autre chose: la somme des insécurités, des ressentiments de la région et, surtout, de la profondeur de son complexe d’infériorité.

Contrairement à la perception européenne dominante, l’épisode ne portait pas principalement sur le manque de respect des femmes, mais sur le pouvoir. L’Union européenne, à travers ses bâtiments brillants et les grands titres de ses différents «présidents», s’efforce de projeter le pouvoir. Un peu trop dur, en fait. Et les gens avec un vrai pouvoir, comme Erdoğan, non seulement voient à travers la falsification, ils se délectent de mettre les Européens à leur place – sur un canapé, si besoin est.

Angela Merkel n’a jamais été bannie sur le canapé d’Erdoğan. Pourquoi? Parce qu’Erdoğan la prend, elle et son pouvoir, au sérieux. Étant donné que ni Michel ni von der Leyen (malgré leurs titres) n’ont beaucoup de pouvoir, les humilier est d’autant plus tentant pour quelqu’un comme Erdoğan. Il va bien avec sa base et ne comporte aucun risque de baisse. Que va faire l’UE à ce sujet?

Même Michel et von der Leyen ne semblent pas savoir. Depuis l’incident, ils ont été trop occupés à se pointer du doigt les uns les autres et leurs assistants pour l’accident du «protocole».

Dans ses efforts pour revendiquer l’innocence, Michel, un ancien Premier ministre belge, semble avoir traversé les cinq étapes du deuil et vice versa. Surtout, il est juste «attristé», a avoué Michel dans un post Facebook la semaine dernière. Mais ce qui lui semble le plus contrarié, c’est qu’il s’est fait prendre à la télévision en direct en agissant comme un cadavre chauvin en n’offrant pas son siège à von der Leyen.

La rivalité à Bruxelles entre Michel et von der Leyen n’est pas un secret. Et à en juger par la réponse de la Commission, von der Leyen a apprécié chaque minute de Sofagate. Son personnel traitait la légère perception d’Ankara pour tout ce qu’elle valait. Moins de 24 heures après l’épisode, les collaborateurs de von der Leyen avaient déjà livré des rapports détaillés sur la réaction des députés européens et du public.

«Dans l’ensemble, PEC et Erdogan sont blâmés pour leur attitude – un soutien clair au président avec de nouveaux hashtags comme #WeWantOurSeat ou #GiveHerASeat», lit-on dans une analyse interne consultée par POLITICO (PEC fait référence au président du Conseil européen, Michel).

Il est révélateur que le véritable objectif de la mission des dirigeants de l’UE à Ankara a été noyé par l’indignation collective sur la disposition des sièges. Mais alors, rares sont ceux en Europe qui aiment se rappeler à quel point ils comptent sur la Turquie pour tenir à distance les masses rassemblées du Moyen-Orient et de l’Afrique. Ils ne veulent pas non plus qu’on leur rappelle que l’arrangement implique des milliards de dollars en espèces sonnantes et solides.

C’est moins choquant, comme l’a fait la chaîne de télévision publique allemande dans son rapport sur la visite, de souligner l’absence d’Erdoğan à la conférence de presse d’après-réunion, où von der Leyen et Michel ont parlé du caractère sacré des droits de l’homme et de la Convention d’Istanbul (alors que se passerait-il si peu d’Européens avaient même entendu parler de l’accord jusqu’à la récente décision d’Erdoğan de s’en retirer).

Qu’importe que la Turquie ait accueilli des millions de réfugiés de plus que la riche Europe.

La réaction européenne est typique des personnes en proie à un sentiment d’insuffisance et d’impuissance. Au lieu de reconnaître la dépendance continue de l’Europe à l’égard de la Turquie pour éloigner les migrants du continent et les concessions discutables que l’UE a faites pour maintenir cet arrangement en vie, ils se concentrent sur le style, les manières – et en particulier leur définition particulière de la «moralité».

Car même si l’Europe échoue au jeu du pouvoir, elle est dans une classe à part lorsqu’il s’agit de projeter une supériorité morale.

Seul un cynique suggérerait que l’engagement de l’UE avec la Turquie visait à payer pour continuer à accueillir des réfugiés, selon l’argument de Bruxelles. La vraie mission était les droits de l’homme et, en particulier, les droits des femmes. La Convention d’Istanbul! Que dire de plus?

Erdoğan est le fleuret parfait pour la patrouille morale de l’Europe. Il est grossier, un dictateur populiste et, le plus important – bien qu’il ne soit jamais mentionné ou reconnu – un musulman.

Les Européens peuvent étayer leur indignation face au traitement par Erdoğan de von der Leyen avec le vocabulaire du féminisme, mais le sous-texte est indéniable pour quiconque connaît la tension anti-islamique qui imprègne la société européenne. Pour de nombreux yeux européens, Erdoğan n’a pas seulement traité von der Leyen avec un manque de respect en la collant sur le canapé, il l’a plutôt manipulée comme «elles» font toutes les femmes.

On pourrait presque entendre le soupir collectif dans la réaction à la vidéo d’Ankara: Quelle chance nous avons d’être européens.

C’est pourquoi, au lieu d’attaquer Erdoğan, les Européens devraient le remercier.

Il n’a pas seulement réuni les tribus européennes pendant quelques jours, il les a aidées à se sentir comme réel Européens à nouveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *