Les députés bloquent la ratification de l’accord commercial UE-Royaume-Uni – encore une fois

Mardi, les principaux députés européens ont de nouveau refusé de fixer une date pour ratifier l’accord commercial UE-Royaume-Uni post-Brexit, affirmant qu’ils attendraient que Londres donne l’assurance qu’elle appliquera l’accord.

Les dirigeants du Parlement européen devaient annoncer mardi que l’accord serait finalement ratifié lors d’une session plénière fin avril – la dernière étape nécessaire pour l’accord après que les gouvernements nationaux de l’UE et le parlement britannique aient donné leur accord.

Pourtant, lors d’une réunion de la « Conférence des présidents », le président du Parlement David Sassoli et les dirigeants des partis politiques ont décidé de s’abstenir de tout vote. Au lieu de cela, ils ont convenu que les députés n’approuveraient l’accord que dans les commissions des affaires étrangères et du commerce du Parlement, où un vote est prévu jeudi.

La décision sera « reportée en raison de la nécessité de progresser sur la feuille de route pour une mise en œuvre pragmatique mais complète de la #WithdrawalAgreement», a tweeté Christophe Hansen, l’eurodéputé principal du Brexit à la commission du commerce du Parlement européen.« Les têtes froides doivent prévaloir », a ajouté Hansen.

La situation pourrait encore changer dans les semaines à venir, en fonction des conversations en cours entre le Parlement et les responsables britanniques.

La ratification de l’accord par le Parlement a été retardée dans un contexte de tensions persistantes entre l’UE et le Royaume-Uni

En mars, les chefs de groupes politiques au Parlement ont décidé de reporter leur vote de ratification après que le Royaume-Uni a dévoilé son intention de prolonger unilatéralement les délais de grâce pour les contrôles douaniers post-Brexit dans les ports d’Irlande du Nord pendant au moins six mois. La Commission européenne a déclaré dans un communiqué à l’époque qu’une telle décision marquait la «deuxième fois» que le gouvernement britannique était «prêt à enfreindre le droit international» après une violente dispute au-dessus de la frontière en 2020.

Techniquement, l’accord commercial est provisoirement en vigueur depuis le 1er janvier, une mesure prise pour éviter l’incertitude économique d’un scénario de non-accord. Les négociateurs du Royaume-Uni et de l’UE ont poussé leurs pourparlers près de la date limite du 31 décembre avant de parvenir à un accord, malgré les avertissements du Parlement européen selon lesquels au moins trois mois seraient nécessaires pour un examen et une ratification appropriés.

Sassoli a déclaré à POLITICO le mois dernier que la plénière du 26 avril serait « la dernière date » pour la ratification, ajoutant qu ‘ »il n’y aura pas de prolongation » après cette session.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *