Avant le sommet de l’UE, 11 pays demandent à Bruxelles de reculer sur la politique sociale

Avant un sommet des dirigeants de l’UE à Porto axé sur les questions sociales, 11 pays membres ont publié une déclaration commune avertissant Lisbonne – et Bruxelles – de respecter l’autorité nationale sur l’élaboration des politiques dans des domaines tels que le travail et l’emploi, les retraites, l’éducation et la garde d’enfants.

Bien qu’ils ne soient pas allés jusqu’à dire au Portugal de renoncer à ses objectifs pour le sommet du 7 mai, cela sert d’avertissement brutal que les 11 pensent que la distanciation sociale n’est pas seulement pour ces périodes de pandémie, mais s’applique également à l’élaboration des politiques. La déclaration était également un vote de défiance subtil – mais clair – dans la gestion par la Commission européenne de la crise des coronavirus, et un signe de réticence à accorder une plus grande autorité à Bruxelles.

«Une action ciblée au niveau de l’UE peut compléter l’action nationale, mais… toute action au niveau de l’UE devrait pleinement respecter la répartition des compétences de l’Union, de ses États membres et des partenaires sociaux», indique le communiqué. «Toute initiative de l’UE dans ces domaines doit être conforme aux principes de subsidiarité et de proportionnalité et doit être soigneusement examinée des différents points de départ, défis et configurations institutionnelles nationaux. La définition de grands objectifs au niveau de l’UE pourrait aider à orienter les débats, les politiques et les réformes au niveau national. »

La déclaration – sous la forme d’un prétendu document officieux – a été approuvée par l’Autriche, la Bulgarie, le Danemark, l’Estonie, la Finlande, l’Irlande, la Lettonie, la Lituanie, Malte, les Pays-Bas et la Suède.

Le groupe comprend notamment tous les membres du soi-disant Frugal Four – l’Autriche, le Danemark, les Pays-Bas et la Suède – qui ont formé une alliance importante l’année dernière en poussant à limiter les augmentations du budget de l’UE et à réduire le montant de la dette conjointe utilisée pour financer un fonds de sauvetage et de relèvement en cas de pandémie. Mais le large éventail d’autres pays impliqués montre que la résistance à donner plus de pouvoir à l’UE en matière de politique sociale n’est pas qu’une question d’argent.

Le Premier ministre portugais António Costa est l’un des dirigeants sociaux-démocrates les plus importants de l’UE, et il nourrit depuis longtemps l’ambition d’utiliser la présidence de six mois de son pays du Conseil pour mettre en évidence sa sensibilité sur les questions de protection sociale. Costa a annoncé le sommet et son invitation aux chefs d’État et de gouvernement de l’UE en fanfare et a même annoncé son intention de retransmettre en direct une grande partie des travaux du sommet, afin de donner «aux citoyens de toute l’Europe l’occasion de se connecter à des discussions qui auront un impact sur leur vie quotidienne, telles que des emplois, des conditions de travail équitables, l’égalité des chances, de meilleurs soins de santé et une meilleure protection sociale », selon un communiqué de presse.

Les dirigeants du Conseil européen ont adopté un socle européen des droits sociaux lors d’un sommet similaire à Göteborg, en Suède, en novembre 2017. Maria João Rodrigues, alors députée portugaise au Parlement européen, était une force motrice derrière l’initiative et le prochain Porto L’événement a été présenté comme un effort de suivi pour assurer la mise en œuvre des objectifs de 2017.

La chancelière allemande Angela Mekel n’a pas assisté au sommet social de 2017, mettant en colère Rodrigues et certains autres responsables qui l’ont pris comme un signal que le chef du pays le plus riche et le plus puissant d’Europe ne considérait pas la politique sociale comme une priorité ou ne la considérait pas comme une province principale pour l’UE. la prise de décision.

La présidence portugaise n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Dans leur document officieux, les 11 pays ont pris soin de faire l’éloge du sommet de Porto lui-même et d’un «plan d’action» préparé par la Commission.

«Compte tenu de la pandémie COVID-19 avec de grandes conséquences socio-économiques pour tous les États membres et des prochaines transitions numériques et vertes, le sommet social arrive à un moment opportun», ont-ils écrit. «Le plan d’action sur le socle des droits sociaux de la Commission est une contribution bienvenue aux discussions.»

Mais l’accent mis par les 11 pays sur l’autorité juridique nationale pour la politique sociale a souligné la préoccupation dans les capitales de l’UE d’accorder plus d’autorité à la Commission, qui a fait pression pour de nouveaux pouvoirs, y compris par le biais d’une nouvelle Union européenne de la santé proposée.

Mais les difficultés de la Commission dans la gestion de la stratégie de l’UE en matière de vaccin contre les coronavirus, y compris les accords d’achat anticipé qui, selon certains chefs d’État et de gouvernement de l’UE, ont été rédigés de manière négligée, n’ont pas incité les responsables nationaux à céder plus de contrôle sur les questions sur lesquelles ils s’attendent à être tenus pour responsables par les électeurs.

Dans leur document officieux, les pays ont souligné l’importance de la création d’emplois, du recyclage et de l’éducation des travailleurs, en particulier dans les secteurs touchés par le changement climatique ou l’évolution technologique.

Jacopo Barigazzi a contribué au reportage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *