Avec les objectifs en jeu, que se passe-t-il avec le déploiement du vaccin?

Au cours du week-end de mai, les personnes impliquées dans le déploiement du vaccin en Irlande se sont démenées pour redessiner le programme une fois de plus.

Face à la perspective de gaspillage de centaines de milliers de vaccins, la décision a été prise de recommander de s’en tenir à un déploiement basé sur l’âge. De proches observateurs pensent que cette approche apparemment orthodoxe masque un jeu plus audacieux pour éviter le gaspillage.

Avec des objectifs en jeu, que se passe-t-il au juste avec le déploiement du vaccin?

Le problème

La semaine dernière, Niac a ouvert l’admissibilité aux vaccins AstraZeneca et Johnson & Johnson (J&J) aux plus de 50 ans. Au début, cela ressemblait à un bonus pour le programme. Cependant, avec des livraisons pondérées vers la fin du trimestre, on craignait que bon nombre de ceux éligibles à ces vaccins aient pu recevoir un vaccin différent au moment où un nombre substantiel est arrivé, les rendant inutiles.

Pendant un certain temps, il a semblé que les personnes âgées de 50 à 59 ans pourraient être invitées à attendre l’arrivée de ces vaccins, tandis que Pfizer et Moderna seraient simultanément administrés à des personnes dans la quarantaine.

Cependant, c’était doublement inconfortable. En plus de varier l’approche simple basée sur l’âge, cela signifiait également qu’ils pouvaient être pris au piège des retards dans les calendriers de livraison d’AstraZeneca (où les retards sont monnaie courante) et de J&J.

La solution

À première vue, la décision n’élimine pas le problème initial – des centaines de milliers de doses arrivant dans l’État sans armes évidentes pour les recevoir. C’est plus un problème pour J&J que pour AstraZeneca; 71 pour cent des livraisons de J&J sont attendues en juin, tandis que pour AstraZeneca, de grandes quantités seront attribuées en deuxième dose aux centaines de milliers de personnes qui ont reçu une première injection.

Le moyen de s’en sortir, estiment les responsables, est d’offrir J&J et AstraZeneca aux personnes âgées de moins de 50 ans. L’opinion est que cela ne contreviendrait pas aux recommandations de Niac.

La flexibilité

La recommandation principale pour les deux vaccins est claire: ils ne devraient être proposés qu’aux plus de 50 ans. Mais les responsables estiment qu’il y a une couverture suffisante dans les lettres de Niac envoyées au médecin-chef (CMO) le mois dernier pour permettre à d’autres vaccins d’être offerts.

Le 29 avril, Niac a écrit que lorsqu’un traitement à deux doses d’un vaccin à ARNm n’est «pas une alternative faisable» pour les personnes âgées de 18 à 49 ans, le vaccin J&J «peut être envisagé».

Plus tôt en avril, Niac a déclaré au CMO qu’AstraZeneca pouvait être utilisé chez les adultes de moins de 60 ans «lorsque les avantages l’emportent clairement sur le risque… et que la personne a pris une décision éclairée basée sur une compréhension des risques et des avantages». La lettre la plus récente, qui comprenait également des conseils sur AstraZeneca, ne réitère pas ce conseil, et on ne sait pas qui a la primauté.

Le verdict

Les chiffres de l’opposition disent que la stratégie est claire à voir. «Il me semble que le HSE fait pression pour que J&J soit utilisé autant que possible, et cela me semble une solution sensée», déclare le leader travailliste Alan Kelly.

C’est un point de vue partagé par le porte-parole du Sinn Féin pour la santé, David Cullinane. «Niac a fait la recommandation et le gouvernement l’a acceptée, mais il y a de la flexibilité, et il est important pour le HSE de profiter de ces flexibilités.»

Qu’est-ce qui pourrait mal se passer?

Beaucoup dépend de l’interprétation, et pas seulement de ceux qui dirigent le déploiement du vaccin. Contrairement aux premières indications, aucune décision n’a été prise mardi par le Cabinet sur le nouveau plan. Compte tenu des conseils explicites sur l’utilisation des deux vaccins et des définitions moins précises du moment où cela peut être varié, différentes interprétations peuvent être à surveiller.

Par exemple, que signifie exactement «lorsque les avantages l’emportent clairement sur le risque?» Et qu’est-ce qu’une «alternative faisable»? Si une personne prend une «décision éclairée» d’accepter AZ ou J&J, est-ce suffisant en soi?

Le ministre de la Santé, Stephen Donnelly, est sur le point de consulter Niac et le CMO sur le plan. On ne sait pas encore s’il aurait besoin de l’approbation complète du Cabinet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *