Faithfull Friend – sur le regretté Paddy Rossmore, une célébrité réticente qui a révolutionné le traitement de la toxicomanie en Irlande

Dans un article sur la nouvelle «communauté thérapeutique sans médicament Coolmine» en 1973, ce journal citait son fondateur, Paddy Rossmore, disant qu’il avait été inspiré par les problèmes d’un «ami» anonyme. Rossmore ne savait rien de la drogue avant de rencontrer cet ami, a-t-il déclaré. Le centre de traitement de Dublin est le résultat d’un douloureux processus d’apprentissage qui s’en est suivi.

Comme expliqué dans ses nécrologies cette semaine, l’ami était la rock-star Marianne Faithfull, que Rossmore avait déjà prévu d’épouser. Elle avait abandonné son précédent petit ami Mick Jagger en 1970, au profit de cet aristocrate timide de Monaghan, moins habitué à figurer dans les colonnes des potins.

Et malgré sa discrétion et celle de l’europe-infos.fr en 1973, la romance – sinon la dépendance – avait fait la une des journaux ailleurs. «La nouvelle vie de Marianne Faithfull à Monaghan» annonçait la presse irlandaise en juin 1970, sur une histoire qui menait à la prédiction: «Marianne Faithfull, actrice, pop-star et célèbre ex-petite amie, sera la prochaine Lady Rossmore de Rossmore Park ».

Le récit léger, dans la section «Presse des femmes», a rapporté l’arrivée du couple la veille à l’aéroport de Dublin, où Mme Faithfull aurait été «l’image de la vertu, de l’innocence et de la féminité sage».

Son apparence a été décrite avec des détails saisissants. Elle portait un «maxi-costume» en tweed en deux pièces, selon les lecteurs, sous lequel «deux pieds vêtus d’écarlate apparaissaient». Pendant ce temps, à l’autre bout du costume, «le début du décolleté remarquablement beau de Miss Faithfull a été révélé».

Quant à Rossmore, 39 ans – 16 ans de plus qu’elle -, il n’a pas créé tout à fait la même excitation. Le journal mentionnait qu’il avait fait ses études à Eton et à Cambridge et qu’il était décrit par des amis comme «un homme bon et gentil». Mais il a également été noté qu’il vivait «principalement avec sa mère dans un chalet sur le [Rossmore] domaine ». Un autre ami a commenté: «Paddy a besoin de quelqu’un de vivant pour lui donner un petit coup de pouce».

Que Faithfull puisse être décrit comme «vivant» est alors discutable. Selon son propre récit plus tard, elle a passé une grande partie de leur relation de 12 mois «comateuse sur des somnifères».

Son addiction à l’héroïne a inspiré la chanson des Rolling Stones «Sister Morphine», qu’elle a co-écrite, sortie il y a 50 ans le mois dernier. Et alors qu’à Londres, ses conditions de vie avaient été dictées par la proximité des marchands, ce n’était pas aussi facile en Irlande à l’époque. Au lieu de cela, il y avait beaucoup de déplacements et de «frapper aux portes des pharmacies» pour obtenir de l’aide.

Rossmore avait également un problème avec Mick Jagger à régler. Le chanteur enivré voulait vraiment que Faithfull revienne, et selon la nécrologie du Times of London (6 mai), il s’est présenté une nuit au domaine de Rossmore et a enfoncé les portes de fer avec sa voiture.

La nouvelle relation était en tout cas vouée à l’échec. Faithfull n’est jamais devenue Lady Rossmore (même si elle a gardé la bague de fiançailles et l’a finalement perdue «dans l’évier d’un trafiquant de drogue»). Mais le sérieux Paddy a néanmoins veillé à ce que du bien sorte de la débâcle.

Comme il l’a expliqué des années plus tard dans un résumé désormais présenté sur le site Web du centre Coolmine, les problèmes de Faithfull l’ont amené à se renseigner d’abord à Dublin sur la manière dont la toxicomanie était traitée ici.

Ce n’était pas beaucoup, alors on lui a conseillé d’aller à Londres – qui était un peu plus loin sur cette route à l’époque – à la place. Là, dans un endroit appelé Phoenix House, il a appris les séances de psychothérapie de groupe, elles-mêmes basées sur des idées venant des États-Unis.

Rossmore a ramené sa nouvelle expertise à Dublin. D’un petit début, Coolmine s’est considérablement développé au cours des années qui ont suivi et les nombreuses vies qu’il a sauvées ont été une source de grande fierté pour lui pour le reste de ses jours.

«Paddy» n’était pas son vrai prénom, ni «Rossmore» son second. Il est né en 1931 sous le nom de William Warner Westenra, le dernier héritier d’une famille d’origine protestante néerlandaise. Rossmore était le titre baronnial. «Paddy» était un surnom d’enfance qui restait.

Le château ancestral de Monaghan était alors déjà dans un état de détresse. Il a dû être abandonné à la pourriture sèche à la fin des années 40, lorsque la famille a réduit ses effectifs à la «douane». Plus tard, ils ont aussi déménagé de là, et sont allés dans une loge de gardien.

Son diplôme de Cambridge était en théologie. Résumant un jour ses autres intérêts, un ami l’a appelé «un homme très doux et sensible qui en sait beaucoup sur les oiseaux, les fleurs, la pêche et la poésie». Mais c’était aussi un photographe sérieux. Une collection de ses photos des grandes (et souvent ruinées) maisons d’Irlande a été publiée en 2019.

Il avait 90 ans lorsqu’il mourut le 4 mai, après avoir passé ses dernières décennies à Londres. Le château de Rossmore a finalement été démoli dans les années 1970. Selon le Times, le pavillon dans lequel il s’était retrouvé a été incendié il y a 40 ans cette semaine, le jour de la mort de Bobby Sands.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *