L’accent politique passe d’une pandémie à une crise du logement sans «  solution miracle  »

Cela n’a pas pris longtemps. Selon le Taoiseach qui est entré au Cabinet ce matin, le logement – et non la pandémie – est désormais la «priorité numéro un» du gouvernement.

Alors que le déploiement du vaccin s’accélère, le nombre d’hôpitaux continue de baisser et les décès dus à Covid-19 sont pratiquement éliminés, la pression sur le gouvernement due au problème du logement augmente en proportion inverse.

De nombreux responsables politiques du gouvernement et de l’opposition s’y attendaient depuis longtemps; mais ils ont encore été surpris par la vitesse de la transition.

Et la question est encore plus piquante politiquement pour la coalition. Aussi mécontents que puissent être les électeurs face à la gestion de la pandémie par le gouvernement – les sondages montrent qu’ils en étaient très heureux l’année dernière, mais leur point de vue a radicalement changé après Noël – ils ne considèrent guère l’avènement de la pandémie elle-même comme la faute du gouvernement.

Mais de nombreux électeurs blâment le Fianna Fáil et le Fine Gael pour la longue série d’échecs politiques sur le logement qui ont conduit à la pénurie actuelle de logements.

Ce n’est pas un problème pour 2021 – au cours de la dernière décennie, l’accession à la propriété s’est effondrée à son plus bas niveau depuis les années 1970.

Les plus jeunes, dont beaucoup sont pressés par la précarité de l’emploi d’un côté et la hausse des loyers de l’autre, considèrent l’accession à la propriété comme une perspective irréaliste.

Même ceux qui ont un emploi stable et des salaires décents constatent que la hausse des prix des logements et des règles strictes sur le montant que les banques peuvent prêter laissent un écart infranchissable entre ce qu’elles peuvent se permettre et ce que le marché leur offre.

Et les loyers qu’ils paient sont plus élevés que jamais.

Le rapport ESRI de ce matin, qui a constaté que la combinaison de salaires stagnants et de coûts de logement plus élevés a laissé les jeunes travailleurs irlandais dans une situation financière plus mauvaise que leurs parents, a seulement dit aux politiciens et aux jeunes ce qu’ils savaient depuis longtemps.

La pénurie de logements qui est à l’origine de leurs difficultés va s’aggraver avant de s’améliorer, craignent de nombreuses personnes au sein du gouvernement, alors que l’économie redémarre et que les jeunes cherchent à quitter le domicile de leurs parents.

Les dépôts épargnés pendant le verrouillage feront grimper encore les prix – et cela avant même que la concurrence des fonds d’investissement n’intervienne. Il y a quelque chose de parfait dans tout cela.

Aujourd’hui, le ministre du Logement, Darragh O’Brien, informera le Cabinet des plans visant à limiter le rôle des fonds d’investissement sur le marché, bien qu’il y ait, semble-t-il, beaucoup de travail à faire avant que les propositions ne soient prêtes.

Mais O’Brien dira à ses collègues du Cabinet ce que beaucoup d’entre eux savent déjà – il n’y a pas de solution miracle à la crise du logement. La politique de cela est évidente.

Certains membres du gouvernement s’inquiètent – et certains dans l’opposition prévoient – une sorte de soulèvement politique générationnel sur la question du logement. C’est un problème qui, pour des raisons évidentes, est fortement influencé par l’âge.

Les chiffres de l’ESRI de ce matin montrent que si plus de 60% des personnes nées dans les années 1960 vivaient dans un logement qu’elles ou leur partenaire possédaient à l’âge de 30 ans, ce pourcentage était tombé à 39% pour les personnes nées dans les années 1970 et à 32% pour les né au début des années 80.

Les personnes nées dans les années 1980 ont 40 ans comme leur prochain grand anniversaire. La plupart d’entre eux se seraient attendus à devenir propriétaires de leur propre maison à proximité de ce point de repère. Les personnes nées dans les années 1970 fêtent leur 50e anniversaire: elles ressentiront la piqûre encore plus vivement. Et ils se concentreront sur les politiciens et les politiques qui ont conduit à cela.

Lors des élections générales de l’année dernière, les électeurs ont déclaré que la santé était la question la plus importante, selon les sondages à la sortie des sondages. Mais le logement n’était pas loin derrière. Et parmi les jeunes électeurs, le logement était de loin le problème le plus important.

Sans surprise, les sondages d’opinion politiques actuels confirment cette fracture générationnelle: le Sinn Fein, le parti d’opposition qui «possède» le plus le problème du logement, bénéficie du soutien de 43% des 18-24 ans, selon le dernier Irlandais. Sondage Times / Ipsos MRBI; chez les 25-34 ans, c’est 41 pour cent.

Les membres du gouvernement reconnaissent qu’ils sont confrontés à une crise sociale urgente qui va s’aggraver dans les mois à venir.

Ils sont également confrontés à un défi politique aux proportions redoutables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *