Martin et Johnson se rencontreront demain au milieu des tensions du protocole NI

Taoiseach Micheál Martin doit se rendre au Royaume-Uni et rencontrer vendredi le Premier ministre britannique Boris Johnson, est-il entendu.

La réunion aura lieu à Chequers, la résidence de campagne du Premier ministre.

Les deux dirigeants devraient discuter de l’Irlande du Nord à la lumière des récents troubles unionistes et loyalistes autour du protocole du traité de retrait UE-Royaume-Uni, qui a conduit à certaines barrières au commerce entre le Nord et le reste du Royaume-Uni. Ils sont également susceptibles de discuter de questions britanniques-irlandaises plus larges.

Les tensions avec le syndicalisme sur le protocole – qui a été approuvé par l’UE et le gouvernement britannique à Noël dernier – étaient en partie responsables des critiques internes du DUP contre la chef du parti et première ministre de Stormont, Arlene Foster.

Mme Foster a annoncé sa démission à la suite du défi, ce qui a abouti à une course à la direction du DUP qui culmine vendredi.

Les deux candidats, Edwin Poots et Sir Jeffrey Donaldson, ont déclaré qu’ils n’appliqueraient pas le protocole, bien qu’il fasse toujours partie de la loi britannique.

Plus tôt cette semaine, Lord David Frost, le ministre britannique chargé des relations avec l’Union européenne, a averti que le fonctionnement actuel du protocole n’est pas durable pour longtemps. Et dans une allusion à une action unilatérale supplémentaire, il a déclaré que la Grande-Bretagne «continuerait à considérer toutes nos options».

La première action de M. Frost en prenant ses fonctions plus tôt cette année a été de prolonger unilatéralement les délais de grâce pour certains contrôles et procédures introduits par le protocole pour les marchandises transitant de la Grande-Bretagne vers l’Irlande du Nord.

La Commission européenne a engagé une action en justice en réponse à cette décision, mais des signes de progrès ont été observés ces dernières semaines, alors que M. Frost et le vice-président de la Commission, Maros Sevcovic, cherchaient un accord sur la manière d’alléger le fardeau bureaucratique des entreprises sans mettre en péril l’intégrité de l’Union européenne. marché.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *