Le protocole NI et les problèmes de problèmes pour dominer les discussions au sommet entre Taoiseach et Johnson

Les discussions sur les problèmes hérités des troubles et le protocole de l’Irlande du Nord devraient dominer une réunion au sommet vendredi entre le Taoiseach Micheál Martin et le Premier ministre britannique Boris Johnson.

M. Martin se rendra à Chequers, la résidence de campagne du Premier ministre, pour une réunion à l’heure du déjeuner, a confirmé les bâtiments du gouvernement jeudi soir.

Les deux dirigeants discuteront des troubles unionistes et loyalistes sur le protocole du traité de retrait UE-Royaume-Uni, qui a conduit à certaines barrières au commerce entre le Nord et le reste du Royaume-Uni. Ils sont également susceptibles de discuter de questions britanniques-irlandaises plus larges et de la pandémie de coronavirus.

Des responsables à Dublin ont déclaré que la réunion avait été organisée à la suite du dernier appel téléphonique entre M. Johnson et le Taoiseach ces dernières semaines et qu’elle n’était pas prévue en raison des verdicts de Ballymurphy ou des propositions controversées du gouvernement britannique visant à mettre fin aux futures poursuites contre les soldats britanniques pour crimes commis pendant les troubles.

Alarme à Dublin

Cependant, il est prévu que les deux hommes auront des discussions sur ces questions, ainsi que sur les points de l’ordre du jour convenus. Des sources affirment que de nouvelles discussions entre responsables sur des questions héritées du passé pourraient résulter de la réunion, bien qu’il y ait une inquiétude à Dublin que le gouvernement britannique ait unilatéralement annulé les dispositions de l’accord de Stormont House sans consulter ni le gouvernement irlandais ni les partis du Nord. Les responsables ont déclaré qu’ils espéraient qu’une réunion en personne pourrait rétablir la confiance entre les deux gouvernements après une période au cours de laquelle les relations sont devenues tendues.

Mais M. Martin devrait repousser toute tentative de M. Johnson d’avoir des négociations sur le contenu du protocole, car il s’agit d’une question UE-Royaume-Uni, plutôt que bilatérale entre les deux États.

Signe que la partie britannique souhaite avoir des discussions sur le protocole, on s’attend à ce que Lord David Frost, le ministre britannique chargé des relations avec l’UE, assiste à la réunion.

Tensions unionistes

Dublin reconnaît qu’il a intérêt à apaiser les tensions loyalistes et unionistes sur le protocole, car elles menacent de plus en plus les institutions de Stormont et le fonctionnement de l’accord de Belfast.

Les tensions avec le syndicalisme à propos du protocole étaient en partie responsables des critiques internes du DUP contre la chef du parti et première ministre de Stormont, Arlene Foster.

Mme Foster a annoncé sa démission à la suite du défi, ce qui a abouti à une course à la direction du DUP qui culmine vendredi.

Les deux candidats, Edwin Poots et Sir Jeffrey Donaldson, ont déclaré qu’ils n’appliqueraient pas le protocole, bien qu’il fasse toujours partie de la loi britannique.

Downing Street a refusé de donner des détails sur la réunion de vendredi, qui fait suite à un avertissement de Lord Frost selon lequel le protocole d’Irlande du Nord n’est pas durable pendant longtemps de la manière dont il est actuellement géré.

Le Conseil de partenariat UE-Royaume-Uni, qui régit l’accord sur le Brexit, devrait se réunir le mois prochain aux côtés du comité mixte du protocole, mais aucune des deux parties ne s’attend à ce que toutes les difficultés liées au protocole soient résolues d’ici là.

Lord Frost a rejeté une proposition de l’UE pour un accord vétérinaire temporaire qui pourrait éliminer la nécessité de nombreux contrôles sur les marchandises transitant de la Grande-Bretagne vers l’Irlande du Nord.

M. Johnson devrait solliciter le soutien du Taoiseach pour persuader l’UE d’accepter un système de normes équivalentes plutôt qu’un alignement complet. Cependant, Dublin est réticent à s’impliquer dans des discussions UE-Royaume-Uni.

Le secrétaire de l’Irlande du Nord, Brandon Lewis, a déclaré jeudi à la Chambre des communes que le gouvernement britannique consulterait davantage le gouvernement irlandais et d’autres avant de rédiger un projet de loi sur l’héritage des troubles. Londres cette semaine s’est retirée d’une proposition visant à accorder une amnistie générale aux anciens soldats et paramilitaires pour des crimes présumés commis pendant les troubles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *