Les frappes aériennes israéliennes sur Gaza marquent l’attaque la plus meurtrière à ce jour

Les avions de combat israéliens ont déclenché une série de lourdes frappes aériennes à plusieurs endroits de la ville de Gaza alors que le Premier ministre du pays suggérait que la guerre contre le Hamas se poursuivrait.

Des explosions ont secoué la ville du nord au sud pendant 10 minutes tôt lundi dans une attaque plus lourde, sur une zone plus large et qui a duré plus longtemps qu’une série de raids aériens 24 heures plus tôt au cours desquels 42 Palestiniens ont été tués.

Il s’agit de l’attaque la plus meurtrière de la dernière série de violences entre Israël et le groupe militant du Hamas qui dirige Gaza.

Dans une allocution télévisée, le Premier ministre israélien Binyamin Netanyahu a déclaré que les attaques d’Israël se poursuivaient à «pleine force» et «prendraient du temps».

Israël «veut faire payer un lourd tribut» au groupe militant du Hamas, a-t-il dit, flanqué de son ministre de la Défense et rival politique, Benny Gantz, dans une démonstration d’unité.

Le Hamas a également insisté, lançant des roquettes depuis des zones civiles à Gaza vers des zones civiles en Israël.

L’un d’eux s’est écrasé dans une synagogue dans la ville méridionale d’Ashkelon quelques heures avant les offices du soir pour la fête juive de Chavouot, ont déclaré les services d’urgence israéliens, sans blesser.

Les hostilités se sont intensifiées à plusieurs reprises au cours de la semaine dernière, marquant les pires combats dans le territoire qui abrite deux millions de Palestiniens depuis la guerre dévastatrice d’Israël et du Hamas en 2014.

«Je n’ai pas vu ce niveau de destruction au cours de mes 14 années de travail», a déclaré Samir al-Khatib, un responsable des secours d’urgence à Gaza.

«Pas même pendant la guerre de 2014.»

bureau de presse

Les frappes aériennes israéliennes ont rasé un certain nombre des plus hauts bâtiments de la ville de Gaza, qui, selon Israël, contenaient l’infrastructure militaire du Hamas.

Parmi eux figurait le bâtiment abritant le bureau de l’Associated Press à Gaza et ceux d’autres médias.

Sally Buzbee, rédactrice en chef de l’AP, a appelé à une enquête indépendante sur la frappe aérienne qui a détruit le bureau de l’AP samedi.

M. Netanyahu a allégué que le renseignement militaire du Hamas opérait à l’intérieur du bâtiment et a déclaré dimanche que toutes les preuves seraient partagées par les canaux de renseignement.

Ni la Maison Blanche, ni le Département d’État ne diraient s’il y en a eu.

«C’est une cible parfaitement légitime», a déclaré M. Netanyahu à Face the Nation de CBS.

Lorsqu’on lui a demandé s’il avait fourni des preuves de la présence du Hamas dans le bâtiment lors d’un appel samedi avec le président américain Joe Biden, M. Netanyahu a déclaré: « Nous la transmettons à nos services de renseignement. »

Mme Buzbee a demandé que de telles preuves soient présentées.

«Nous sommes dans une situation de conflit», a-t-elle déclaré. «Nous ne prenons pas parti dans ce conflit. Nous avons entendu des Israéliens dire qu’ils ont des preuves; nous ne savons pas quelles sont ces preuves.

Dans le même temps, le chien de garde des médias Reporters sans frontières a demandé dimanche à la Cour pénale internationale d’enquêter sur l’attentat israélien contre le bâtiment de l’AP et d’autres abritant des organisations de médias comme un possible crime de guerre.

Expulsion

La dernière flambée de violence a commencé à Jérusalem-Est le mois dernier, lorsque les Palestiniens se sont affrontés avec la police en réponse aux tactiques de la police israélienne pendant le Ramadan et à la menace d’expulsion de dizaines de familles palestiniennes par des colons juifs.

Un point central des affrontements était la mosquée Al-Aqsa, un point d’éclair fréquent situé sur une colline au sommet d’une colline vénérée par les musulmans et les juifs.

Le Hamas a commencé à tirer des roquettes vers Jérusalem lundi dernier, déclenchant l’assaut israélien sur Gaza.

Au moins 188 Palestiniens ont été tués dans des centaines de frappes aériennes à Gaza, dont 55 enfants et 33 femmes, et 1 230 personnes ont été blessées.

Huit personnes en Israël ont été tuées dans certaines des 3 100 attaques à la roquette lancées depuis Gaza, dont un garçon de cinq ans et un soldat.

Le Hamas et le groupe militant du Jihad islamique ont reconnu 20 combattants tués dans les combats.

Israël affirme que le nombre réel est bien plus élevé et a publié les noms et les photos de deux douzaines d’agents présumés qui, selon lui, ont été «éliminés».

L’assaut a déplacé quelque 34 000 Palestiniens de leurs foyers, a déclaré l’envoyé de l’ONU au Moyen-Orient, Tor Wennesland, lors d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité des Nations Unies, au cours de laquelle huit ministres des Affaires étrangères ont parlé du conflit. – PA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *