Des dirigeants français de gauche se joignent à un rassemblement de la police après les meurtres d’officiers

PARIS – Des milliers de policiers se sont rassemblés mercredi à Paris pour réclamer des peines plus sévères pour les personnes reconnues coupables d’avoir agressé des policiers. Ils ont été rejoints par des citoyens et des politiciens de droite, mais aussi, exceptionnellement, par des dirigeants de gauche.

Parmi les manifestations dans la capitale figurent le leader socialiste Olivier Faure, le leader vert Yannick Jadot et le leader communiste Fabien Roussel. Notamment absent, Jean-Luc Mélenchon, chef du parti d’extrême gauche France Unbowed.

Alors que les dirigeants de gauche ne sont pas étrangers aux marches politiques, leur présence à une manifestation policière était notable.

«Nous devons réconcilier les Français avec les policiers», a déclaré Faure. «Tout le monde doit comprendre aujourd’hui qu’il fait face à de nombreuses difficultés.»

«Un policier n’est pas seulement un uniforme, c’est quelqu’un avec une famille, avec une vie. Si vous pensez que ce sont des machines, vous n’avez rien compris. Leur vocation est de protéger leur pays », a-t-il déclaré.

Les politiciens se sont joints aux policiers pour rendre hommage aux officiers tués ou blessés lors d’opérations récentes. Un policier a été abattu lors d’un contrôle antidopage à Avignon ce mois-ci, et un employé de la police a été mortellement poignardé par un criminel radicalisé à Rambouillet le mois dernier.

Avant l’élection présidentielle de l’année prochaine, la sécurité est l’un des principaux problèmes parmi les électeurs.

Le président Emmanuel Macron a fait de la lutte contre la criminalité une priorité pour son gouvernement avec une nouvelle législation sur la sécurité et une promesse de recruter 10 000 officiers supplémentaires.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin était à la manifestation «pour soutenir la police comme tous les Français», a-t-il déclaré.

«Rentrez chez vous en toute sécurité»

La manifestation a été l’occasion pour les gauchistes de reconnaître que la lutte contre la criminalité était également une priorité pour leurs électeurs, en particulier pour les cols bleus, dont beaucoup les ont abandonnés pour le Rassemblement national d’extrême droite.

«Si nous ne sommes pas intéressés par les problèmes qui affectent les classes populaires, nous ne devrions pas être surpris si les classes populaires ne sont pas intéressées par nous», a déclaré le porte-parole du Parti communiste Ian Brossat à Playbook Paris.

«Le parti communiste n’a jamais été un parti libertaire, c’est le moins que l’on puisse dire», a-t-il déclaré. «Nous devons être clairs sur ce sujet, sinon les gens ne nous écouteront pas. À tout le moins, les gens devraient pouvoir rentrer chez eux en toute sécurité. »

Même pour les Verts, traditionnellement un mouvement plus métropolitain, c’était l’occasion de détourner les projecteurs de la droite politique.

« Je refuse de laisser la police être manipulée par l’extrême droite et par le gouvernement », a déclaré Jadot sur la chaîne de télévision France 2.

Mais le soutien de la gauche à la police révèle des désaccords sur la manière de lutter contre la criminalité, en particulier les demandes de la police pour des peines d’emprisonnement obligatoires pour ceux qui attaquent la police.

«Je ne suis pas d’accord avec un certain nombre de [police] les demandes, et cette atmosphère de frapper, de frapper, de frapper le système de justice », a déclaré Jadot, ajoutant que les policiers ont besoin d’une meilleure formation et les quartiers pauvres plus d’investissements.

La marche de protestation a également révélé les divisions au sein de la gauche entre les participants et ceux qui ne l’ont pas fait. Jadot lui-même a pris le contre-pied de son propre parti, qui avait auparavant publié un communiqué de presse disant que le parti regrettait les tentatives de politiser la marche.

Augmentation de la violence

Selon les syndicats de la police, 35 000 manifestants ont pris part à la marche pour honorer les personnes tuées en service. «La police est payée pour protéger, pas pour mourir», était l’un des slogans de la manifestation.

La violence contre la police n’a cessé d’augmenter au cours des 20 dernières années. Le nombre de policiers blessés lors d’opérations a augmenté de 70% depuis 2004, atteignant 6760 en 2019, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur.

Les critiques affirment que cette hausse est allée de pair avec une augmentation de la brutalité policière, en particulier lors de violents affrontements autour du mouvement des Gilets jaunes en 2018 et 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *