Avec la fin du bouclier tarifaire, votre facture d’énergie va-t-elle augmenter ?

AccueilActualitésAvec la fin du bouclier tarifaire, votre facture d'énergie va-t-elle augmenter ?

Avec la fin du bouclier tarifaire, votre facture d’énergie va-t-elle augmenter ?

Sommaire

Le gel des prix de l’électricité (bouclier tarifaire), annoncé en septembre 2021 par le gouvernement et en vigueur jusqu’en 2022, aura un impact sur les ménages. Y aura-t-il un rattrapage des prix ou de nouvelles aides financières ?

La fin de l’énergie du bouclier en décembre

Entre 2010 et 2020, les coûts de l’énergie, la plus utilisée dans les foyers, se sont envolés. Les ménages ont connu une augmentation de 41 % pour l’électricité, et de 23 % pour le gaz naturel. C’est en 2021 que cette hausse s’est accélérée en raison d’une crise énergétique post-covension, provoquée, en 2022, par l’environnement géopolitique et la guerre russo-ukrainienne.

Le gouvernement français a mis en place un plan pour protéger les consommateurs de cette hausse spectaculaire du coût de l’énergie. Le gouvernement a mis en place des boucliers tarifaires pour :

  • le prix du tarif du gaz naturel
  • limiter l’augmentation du prix du tarif de l’électricité.

En réalité, cela implique que l’augmentation du coût de ces sources d’énergie est contenue, et que vous ne subissez pas l’augmentation prévue du coût de l’énergie pendant la durée du bouclier tarifaire.

Alors que l’expiration du bouclier tarifaire était initialement prévue pour le deuxième trimestre de 2022, le gouvernement l’a maintenant prolongé jusqu’au 31 décembre 2022. Mais que va-t-il se passer après cette date ?

Qu’aurait été le prix de l’énergie sans le bouclier tarifaire ?

Dans le cas du gaz naturel, les prix sont gelés selon les tarifs réglementés et fixés le 20 octobre 2021. En l’absence du bouclier tarifaire, le coût du gaz naturel aurait pu augmenter de 80 % en moyenne (par rapport aux prix de 2022). Pour le prix de l’électricité la hausse prévue dans le secteur résidentiel était de 44,5 % hors TVA (soit 57,22 EUR/MWh hors TVA) ce qui a été un montant de 330 EUR par an par foyer en moyenne. 

Que se passe-t-il à l’expiration du bouclier tarifaire ?

Bien que la CRE suggère que l’État augmente les factures d’électricité des Français de 8 % d’ici 2023, Bruno Lemaire, ministre français de l’Économie, des Finances et du Redressement productif, a déclaré en mai 2022 qu’il n’y aurait “aucun moyen de rattraper le retard” en 2023 en ce qui concerne les prix. En revanche, le Premier ministre, Elisabeth Borne, n’exclut pas la possibilité de mettre en place un nouveau programme d’aides ciblées pour les ménages les plus modestes, pour contrer la suppression du bouclier tarifaire.

Nous n’imaginons pas demander aux Français, à commencer par les plus modestes, de payer leur gaz 45 % plus cher ou leur électricité un tiers plus cher“, a ajouté la chef du gouvernement. Elle a conclu qu’en ce qui concerne le bouclier tarifaire qui coûte à l’État, ” il est indispensable de passer de mécanismes généraux à des mécanismes plus spécifiques “, a déclaré Elisabeth Borne.

La forme que prendront ces aides n’est pas claire. L’une des possibilités est une allocation pour les employés qui doivent travailler à partir d’octobre. Cela remplacerait la remise de 18 centimes sur le coût du carburant à la pompe. Cette remise est en vigueur et expire en décembre. Cependant, la possibilité d’une surtarification de la part des compagnies d’énergie n’est pas éliminée. “Beaucoup de nos voisins ont mis en place des méthodes pour taxer ces bénéfices”, mais “nous ne sommes pas dans la même position” en France selon Elisabeth Borne.

L’amélioration de l’énergie pour contrer l’expiration du bouclier tarifaire.

Face à ces incertitudes et à la hausse des prix de l’énergie qui s’annonce, il est judicieux de réfléchir à d’autres moyens d’en limiter l’impact de manière durable. Une option à laquelle il faut penser est l’amélioration énergétique.

La volonté d’investir dans les rénovations énergétiques a diminué au début de l’année 2022, car les dépenses restantes sont beaucoup trop élevées pour les familles. En cause, une grave inefficacité du mécanisme des certificats d’économie d’énergie (CEE) qui est la première aide financière pour les rénovations énergétiques en France dont la baisse des prix ne permet pas des prix attractifs pour ces familles. Pour relancer la dynamique, il faut s’attaquer rapidement à l’obligation des CEE pour atteindre un niveau d’au moins 700 TWhc.

Alors que le gouvernement demande une réduction de 10 % de notre consommation en deux ans, nous avons plus que jamais besoin d’un secteur énergétique efficace et d’un financement à la hauteur de la tâche. Une articulation claire et précise et des MaPrimeRenov bien calibrés ainsi que les CEE sont plus importants que jamais surtout pour les ménages aux revenus les plus faibles, pour lesquels le reste à charge doit être le plus minime possible.

Pour rendre le parc immobilier actuel plus efficace sur le plan énergétique, le gouvernement a fixé des objectifs clairs dans le Plan de rénovation énergétique des bâtiments (PREB), qui stipule que 500 000 logements par an doivent être rénovés d’ici 2020 afin de réduire leur consommation d’énergie de 15 % d’ici 2023, et de 30 % d’ici 2030. Les problèmes thermiques (plus de 7 millions de logements classés F ou G) devront être éliminés, la consommation d’énergie fossile devra être réduite de façon drastique et le pourcentage d’énergie renouvelable devra être augmenté afin d’atteindre l’objectif principal : améliorer le parc de logements français pour atteindre le niveau BBC d’ici 2050.

Entreprendre des travaux d’isolation thermique.

Dans une maison mal isolée, construite avant l’introduction de la première réglementation thermique de 1974, les déperditions de chaleur sont importantes, entraînant un gaspillage d’énergie considérable. Une meilleure isolation permet de réduire vos dépenses de chauffage et ce, que vous chauffiez votre maison à l’électricité, au gaz ou avec toute autre source d’énergie.

Installer un système de chauffage efficace

Le chauffage et l’eau chaude représentent 77 % de la consommation d’énergie d’un ménage français typique, selon l’Ademe. Choisir un système de chauffage ou de production d’eau chaude fiable peut permettre de réaliser des économies d’énergie substantielles, surtout à l’heure où le coût du gaz et de l’électricité s’envole.

Fabriquer son propre courant et le consommer soi-même

Une autre option pour ne pas être dépendant du réseau électrique et donc ne pas subir les hausses de prix de l’électricité Créer et consommer sa propre électricité. En installant des panneaux photovoltaïques chez vous, vous pouvez atteindre un taux d’autoconsommation moyen de 20 à 50 %. En optant pour l’autoconsommation des panneaux solaires que vous avez installés, vous réduirez votre facture énergétique de manière significative.

Économiser l’énergie

Il est plus important que jamais d’économiser l’énergie face à la menace de pénurie qui plane sur la France dès l’hiver prochain. Il s’agit non seulement de protéger notre planète en réduisant notre consommation et nos émissions de gaz à effet de serre, mais aussi de répondre à la demande de tous les Français. La question de l’achat d’énergie est au cœur du débat face à la hausse des coûts de l’énergie qui devrait se poursuivre. C’est un problème climatique et environnemental, mais c’est aussi un problème économique et social.

Michel Labise
Depuis plusieurs années, la roue a facilité le voyage et le transport. Les Nouvelles technologies de l'information ont aussi amélioré la diffusion des informations "News" pour mieux nous alerter et ou nous instruire. Les évolutions technologiques dans les domaines du l'information, la santé ne seraient rien sans l'apport de la technologie.
- Advertisement -spot_img
Actualités
- Advertisement -spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

error: Content is protected !!