Brexit: Barnier affirme qu’un accord commercial est toujours possible mais des différences subsistent sur la pêche

Le négociateur de l’Union européenne sur le Brexit, Michel Barnier, a déclaré lundi que sceller un nouveau pacte commercial avec la Grande-Bretagne était encore possible, car les négociateurs cherchaient à sortir de l’impasse sur l’accès aux eaux de pêche britanniques pour les navires de l’UE et aux règles du fair-play économique des entreprises.

La Grande-Bretagne et l’UE ont convenu dimanche de «faire un effort supplémentaire» dans les jours à venir pour essayer de parvenir à un accord commercial insaisissable malgré le fait de manquer leur dernière date limite pour éviter une rupture turbulente des relations commerciales à la fin du mois.

« Nous allons donner toutes les chances à cet accord … qui est encore possible », a déclaré M. Barnier aux journalistes en arrivant pour informer les envoyés des 27 pays de l’UE à Bruxelles sur les pourparlers britanniques. «Un bon accord équilibré.»

«Deux conditions ne sont pas encore remplies. Concurrence libre et loyale … et un accord qui garantit un accès réciproque aux marchés et aux eaux. Et c’est sur ces points que nous n’avons pas trouvé le bon équilibre avec les Britanniques. Nous continuons donc à travailler », a ajouté Barnier.

À Londres, le secrétaire britannique aux affaires, Alok Sharma, a déclaré que les alliés séparés étaient toujours séparés dans les négociations commerciales sur le Brexit, mais le Premier ministre britannique Boris Johnson ne voulait pas encore s’en aller.

« Nous sommes bien sûr séparés sur certaines questions mais … nous ne voulons pas abandonner ces discussions », a déclaré M. Sharma à Sky. «Les gens attendent de nous, les entreprises attendent de nous au Royaume-Uni que nous fassions un effort supplémentaire et c’est précisément ce que nous faisons.»

M. Johnson et la présidente de la Commission exécutive de l’UE, Ursula von der Leyen, avaient donné aux négociateurs un délai dimanche pour trouver un moyen de résoudre une impasse sur les arrangements visant à garantir l’accès libre-échange britannique au marché unique de l’UE de 450 millions de consommateurs.

Dimanche, ils ont mandaté les négociateurs pour qu’ils continuent, bien que Johnson ait émis une note défavorable sur les perspectives de percée.

«Tout accord que nous conclurons avec l’UE doit respecter le fait que nous sommes un pays souverain, un pays indépendant et c’est la base sur laquelle nous conclurons un accord s’il y a un accord à conclure», a déclaré Sharma.

Progrès limités

La Grande-Bretagne et l’UE restent en désaccord sur les dispositions relatives aux aides d’État et se sont à nouveau éloignées dans le domaine de la pêche, selon un haut diplomate bruxellois.

Le diplomate s’est exprimé sous couvert d’anonymat après que le négociateur, Michel Barnier, a mis à jour lundi matin les 27 envoyés nationaux au hub européen de Bruxelles.

Le diplomate a déclaré qu’il y avait eu «quelques progrès limités» sur le mécanisme d’application, mais qu’il y avait eu un désaccord sur les aides d’État et le «retour en arrière» dans le domaine de la pêche. – Reuters

  • Les quatre accords toltèques
    livre bien être|quatre accords toltèques|liberté personnelle|9782889116546

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *