Les ministres des Affaires étrangères de l’UE imposent de nouvelles sanctions contre la Russie

Les ministres des Affaires étrangères de l’UE ont convenu lundi d’imposer de nouvelles sanctions à la Russie pour l’emprisonnement du chef de l’opposition Alexei Navalny, ont déclaré des diplomates.

La décision, prise lors d’une réunion à Bruxelles, ouvre la voie à un travail plus détaillé sur les objectifs précis des nouvelles sanctions, mais les diplomates ont déclaré qu’ils s’attendaient à ce qu’au moins quatre responsables soient touchés, y compris peut-être le procureur général de Russie, Igor Krasnov, et le chef de son service fédéral des prisons, Alexander Kalachnikov.

Certains pays de l’UE ont appelé à de nouvelles sanctions depuis que Navalny a été arrêté le mois dernier à son retour d’Allemagne en Russie, où il avait été traité à la suite d’une tentative d’assassinat en août, au cours de laquelle il a été empoisonné avec un agent neurotoxique de qualité militaire lors d’un voyage en Sibérie. . Il a été accusé d’avoir violé la libération conditionnelle dans une affaire antérieure dans laquelle il avait été condamné à une peine avec sursis pour fraude politiquement forgée de toutes pièces. – la Cour européenne des droits de l’homme a condamné à la fois la poursuite pour fraude initiale et la récente condamnation de Navalny à plus de deux ans de prison pour violation de la libération conditionnelle.

La décision de lundi sur les sanctions était largement attendue après une visite désastreuse à Moscou du chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, au cours de laquelle la Russie a expulsé trois diplomates des pays de l’UE pour avoir prétendument assisté à des manifestations de soutien à Navalny. Les expulsions faisaient partie d’un effort plus large du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov pour humilier Borrell, qui s’est rendu à Moscou en disant qu’il espérait rouvrir le dialogue avec le Kremlin.

Un participant à la réunion du Conseil des affaires étrangères de lundi a déclaré que le ministre polonais des Affaires étrangères, Zbigniew Rau, avait plaidé avec force en faveur de nouvelles mesures punitives, notant que la Russie avait toujours démontré qu’elle n’était pas intéressée par une coopération mutuellement avantageuse avec l’UE.

Rau a souligné que la persécution de Navalny et d’autres personnalités de l’opposition politique, ainsi que les arrestations de milliers de manifestants ces dernières semaines, devraient être accueillies avec une «réponse adéquate» de Bruxelles.

Navalny et ses proches collaborateurs ont appelé Bruxelles à sanctionner les oligarques proches de Vladimir Poutine qui ont des actifs substantiels en Occident, mais une telle décision présente des complications juridiques potentielles. Deux des principaux lieutenants de Navalny, Leonid Volkov et Ivan Zhdanov, ont rencontré dimanche des diplomates européens pour faire pression pour qu’ils ciblent les oligarques.

Dans une interview avec Die Welt avant que la décision de lundi ne soit prise, l’ambassadeur de Russie auprès de l’UE, Vladimir Chizhov, a déclaré que Moscou serait prêt à répondre à toute nouvelle mesure punitive. « Je ne vais pas spéculer si nos partenaires iront pour une autre série de mesures restrictives unilatérales illégitimes contre mon pays », a déclaré Chizhov dans l’interview. «Quand et si cela se produit, nous serons prêts à répondre.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *