Covid-19: les règles d’auto-isolement doivent être assouplies pour les travailleurs de la santé

Les professionnels de la santé et les autres travailleurs infectés par Covid-19 doivent faire face à des exigences d’auto-isolement moins strictes une fois qu’ils se rétablissent dans le cadre d’une tentative d’alléger la pression sur le service de santé.

En vertu d’une décision approuvée par l’équipe nationale d’urgence de santé publique (Nphet), les personnes qui contractent Covid-19 seront à l’avenir considérées comme immunisées pendant six mois, plutôt que la limite actuelle de trois mois.

À l’avenir, quiconque a déjà contracté le virus n’aura pas à s’auto-isoler si, jusqu’à six mois après sa guérison, il est considéré comme un contact étroit avec une personne confirmée comme ayant Covid-19.

On espère que le changement de politique contribuera à alléger la pression sur le service de santé, qui a dû faire face à des problèmes de main-d’œuvre en raison de la maladie du personnel ou de la nécessité de s’auto-isoler en raison de contacts étroits.

Une porte-parole du ministère de la Santé a déclaré que le HSE réexaminait la politique pertinente à la lumière de cette recommandation du Nphet.

Par ailleurs, le ministre de la Santé Stephen Donnelly a annoncé vendredi soir que les voyageurs internationaux de 13 autres pays seront soumis à une mise en quarantaine obligatoire des hôtels une fois que la législation et les dispositions relatives aux nouvelles mesures strictes de Covid-19 seront mises en place.

Une première liste de 20 pays dont le Brésil, l’Afrique du Sud, les Émirats arabes unis, l’Autriche et 16 pays subsahariens a été établie au début du mois. Treize pays d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale ont maintenant été ajoutés à la liste des pays dits du calendrier deux qui présentent un risque plus élevé du virus et de ses variantes.

Guichet unique

Les responsables gouvernementaux étudient la possibilité que les prestataires de mise en quarantaine obligatoire offrent un «guichet unique» de services comprenant le transport des passagers à l’arrivée, l’hébergement et les repas, ainsi que la sécurité.

L’opposition a été très critique à l’égard du projet de loi de M. Donnelly, et il doit être débattu lundi au Seanad alors que le gouvernement continue de tenter de le faire adopter et de le mettre en œuvre «dès que possible».

Pendant ce temps, les personnes arrivant dans le pays devraient bénéficier d’un régime élargi de dépistage de l’État, suivant les conseils du Nphet.

Il est entendu qu’il a recommandé que les personnes en quarantaine à domicile se voient proposer un test par le biais du système public après cinq jours. Un résultat clair leur permettrait de sortir de la quarantaine, comme c’est le cas actuellement, même s’ils doivent désormais organiser eux-mêmes un test privé.

Faisabilité

L’avis – qui dépend de la capacité opérationnelle et de la faisabilité – ne s’applique pas à ceux provenant des pays du programme 2, qui ne pourront pas mettre fin à leur quarantaine avec un test négatif. Cependant, Nphet a conseillé de passer un test à l’arrivée et un test au jour 10, sous réserve de capacité.

Vendredi, 29 autres décès de Covid-19 et 776 nouveaux cas ont été signalés par le Centre de surveillance de la protection de la santé.

Parallèlement, de nouveaux chiffres révèlent que plus de 400 personnes ont été déférées au parquet pour ne pas avoir présenté de test PCR clair à leur arrivée dans l’État entre début janvier et mi-février.

Un total de 408 renvois ont été effectués, selon les chiffres communiqués au co-leader des sociaux-démocrates Róisín Shortall, qui a déclaré que si la conformité s’améliorait, il fallait « un meilleur régime pour garantir que personne ne monte à bord d’un avion pour l’Irlande sans un test négatif ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *