Les funérailles de George Nkencho racontées sur le «  traumatisme quotidien  » de la famille

La mort de George Nkencho est une «blessure qui ne peut jamais guérir», a raconté samedi sa messe funèbre.

M. Nkencho (27 ans), d’origine nigériane, a été abattu par Gardaí devant son domicile à Clonee, Dublin, le 30 décembre dernier.

Ses funérailles et son inhumation n’ont maintenant lieu qu’en raison de la légalité entourant la libération de son corps.

Le célébrant en chef, le père George Adzato, a déclaré à la famille de M. Nkencho que les mots seuls ne pouvaient pas expliquer la «douleur et le chagrin» qu’ils ressentaient à la suite du meurtre de M. Nkencho.

Il a cité des commentaires que la sœur de M. Nkencho, Gloria, a faits aux médias devant Leinster House en février.

«Ma mère l’a décrit comme une blessure qui ne peut jamais guérir. Ma famille est obligée de revivre notre traumatisme chaque jour lorsque nous passons devant sa chambre, lorsque nous descendons les escaliers et que nous voyons où nous en étions alors qu’il était abattu.

Les gens se sont rassemblés à l’extérieur de l’église du Sacré-Cœur, Huntstown, Dublin, où les funérailles de George Nkencho ont eu lieu. Photographie: Dara Mac Dónaill / The europe-infos.fr

Le père Adzato a déclaré que la douleur de perdre quelqu’un à un si jeune âge était particulièrement difficile. Le don de la vie était «très fragile et très précieux. Nous espérons gagner la vieillesse, mais ce n’est pas toujours possible », a-t-il déclaré à des personnes en deuil à l’église du Sacré-Cœur de Jésus à Huntstown, dans la banlieue nord-ouest de Dublin.

«Quand la mort arrive comme une tragédie, elle nous prive de nos aspirations, elle nous brise le cœur et nous prive de notre joie. Aucun parent ne s’attend à enterrer son enfant. »

Il a mis au défi la congrégation et ceux qui regardent en ligne de «laisser la loi faire son travail. Les enquêtes sont toujours en cours. Soyons patients ».

Dans son éloge funèbre, Gloria Nkencho a déclaré qu’elle espérait que le public se souviendrait de lui non pas pour ce qui s’était passé autour des circonstances de sa mort, mais comme un «frère, un fils, un neveu, un meilleur ami, un cousin, un coéquipier, un camarade de classe, un protecteur, un partenaire ».

Environ 100 personnes se sont rassemblées devant l’église pour rendre hommage à M. Nkencho. Une grande banderole a été déployée «Adieu George – N’oubliez pas, nous défendrons la justice et la vérité» et les manifestants ont distribué des dépliants «Justice pour George». Il y avait aussi des affiches Black Lives Matter.

Les organisateurs, qui portaient des bavoirs jaunes, ont distribué des masques faciaux à ceux qui n’en avaient pas. Certains portaient des masques avec l’image de M. Nkencho dessus.

Conformément à la réglementation Covid-19, seule la famille immédiate a assisté aux funérailles.

Funérailles de George Nkencho à l'église du Sacré-Cœur, Huntstown, Dublin.  Photographie: Dara Mac Dónaill / The Irish Times

Funérailles de George Nkencho à l’église du Sacré-Cœur, Huntstown, Dublin. Photographie: Dara Mac Dónaill / The europe-infos.fr

Les gens se sont rassemblés devant l'église du Sacré-Cœur, Huntstown, Dublin, où les funérailles de George Nkencho ont eu lieu.  Photographie: Dara Mac Dónaill / The Irish Times

Les gens se sont rassemblés à l’extérieur de l’église du Sacré-Cœur, Huntstown, Dublin, où les funérailles de George Nkencho ont eu lieu. Photographie: Dara Mac Dónaill / The europe-infos.fr

Le simple cercueil blanc de M. Nkencho était drapé du drapeau de l’Académie de football Insaka Glentoran où il s’était entraîné en tant que footballeur. À l’exhortation des stadiers, une salve d’applaudissements a éclaté alors que le cercueil quittait le terrain de l’église pour ensuite être enterré au cimetière de Mulhuddart.

Une enquête du Médiateur de la Garda (Gsoc) sur la fusillade de M. Nkencho est en cours. Des membres de sa famille ont demandé la tenue d’une enquête publique.

M. Nkencho a été abattu par l’unité de soutien armé de la Garda à l’extérieur de son domicile après avoir agressé un employé d’un magasin dans un supermarché voisin, et une altercation avec Gardaí s’est poursuivie dans un lotissement alors qu’il se dirigeait vers son domicile. Il était armé d’un couteau de cuisine et avait, selon sa famille, souffert de problèmes de santé mentale au cours des mois précédents.

  • Les funérailles de la sardine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *