Augmentation du droit de timbre pour dissuader les achats en gros de maisons en discussion

Le gouvernement envisage une augmentation du droit de timbre pour dissuader les achats de logements en gros, ainsi que pour empêcher les autorités locales de conclure des baux à long terme avec des investisseurs institutionnels.

La Coalition étant sous pression pour l’investissement institutionnel dans le logement pendant une deuxième semaine, les ministres ont eu des entretiens à la suite d’une réunion du Cabinet au cours de laquelle le Taoiseach a déclaré que le logement devrait être au même niveau que le Brexit ou Covid, tous les ministères y contribuant.

Des sources gouvernementales ont déclaré qu’aucune décision finale n’avait été prise. Si une intervention sur le droit de timbre s’appliquant aux ventes d’unités multiples était poursuivie, des sources ont déclaré qu’elle devrait être soigneusement conçue pour ne pas avoir d’incidence sur les acheteurs tels que les organismes de logement agréés et les autorités locales.

On craint également qu’un mauvais équilibre ne dissuade les investisseurs institutionnels, qui, selon la Coalition, jouent un rôle dans le financement de la construction de logements. Cependant, il est admis dans l’ensemble du gouvernement que des interventions significatives sont nécessaires.

Du côté de la planification, le ministre du Logement, Darragh O’Brien, est censé consulter le procureur général sur les options, y compris la restriction de l’achat en gros de maisons dans les zones moins denses. Il a déclaré qu’il souhaitait clôturer un pourcentage de maisons dans de nouveaux développements pour les primo-accédants.

Malgré des pressions soutenues, le gouvernement n’avait guère de sens mardi soir que des propositions seraient présentées dans les jours à venir. Un porte-parole du gouvernement a déclaré qu’il était «difficile de fixer un calendrier» pour l’action. Il a déclaré que le gouvernement traitait la question avec «une urgence absolue» mais a admis qu’il «ne peut pas dire ce que cela signifie» en ce qui concerne l’identification et la mise en œuvre de nouvelles règles.

Des sources ont indiqué mardi soir qu’il pourrait être au milieu de la semaine prochaine avant que des propositions ne soient présentées. Les responsables ont déclaré que le gouvernement envisagerait de limiter le nombre d’unités que les acheteurs de maisons neuves pourraient acheter, empêchant les autorités locales d’accepter des baux à long terme avec des fonds, et des modifications fiscales qui auraient une incidence sur le fonctionnement des fonds.

‘Priorité’

Après la réunion hebdomadaire du Cabinet, un porte-parole du gouvernement a répété à plusieurs reprises mardi les propos de M. Martin selon lesquels le logement était désormais la «priorité absolue» de la Coalition.

Au Dáil, le Taoiseach a cherché à riposter aux critiques du Sinn Féin, accusant le parti de s’opposer à de nombreux développements immobiliers au stade de la planification.

Le ministre du Logement, Darragh O'Brien, a déclaré qu'il souhaitait clôturer un pourcentage de maisons dans de nouveaux développements pour les acheteurs d'une première maison.  Photographie: Gareth Chaney / Collins Photos

Le ministre du Logement, Darragh O’Brien, a déclaré qu’il souhaitait clôturer un pourcentage de maisons dans de nouveaux développements pour les acheteurs d’une première maison. Photographie: Gareth Chaney / Collins Photos

La dirigeante du Sinn Féin, Mary Lou McDonald, a déclaré que la crise du logement avait été «créée par Fianna Fáil. et approfondi par Fine Gael ».

Au cours d’échanges houleux sur une motion d’initiative parlementaire du Sinn Féin sur la question, le porte-parole des finances Pearse Doherty a déclaré: «maintenant que le gouvernement a été pris au dépourvu, il se démène pour donner une apparence d’action». M. O’Brien a critiqué le Sinn Féin en tant que «parti du slash and burn, pas de la construction et du renouvellement», et le ministre des Finances Paschal Donohoe a fait valoir que les investisseurs avaient un rôle à jouer sur le marché irlandais.

Des sources industrielles estiment que le gouvernement peut augmenter le taux du droit de timbre sur les achats de plus d’un certain nombre d’unités au taux commercial de 7,5 pour cent, plutôt qu’au taux résidentiel de 1 ou 2 pour cent. Ils ont toutefois averti qu’une telle étape pourrait être contournée en divisant les ventes multi-unités en transactions individuelles.

Une porte-parole de M. Donohoe a déclaré que lui et M. O’Brien travaillaient sur des options dans le développement et les systèmes fiscaux pour résoudre le problème. «Toutes les options seront examinées par le gouvernement pour identifier la méthode optimale pour résoudre ce problème», a-t-elle déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *