Les députés exhortent von der Leyen à s’attaquer à la rétention des ressortissants de l’UE au Royaume-Uni

LONDRES – Un groupe de députés européens a exhorté la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, à faire pression sur le Royaume-Uni pour qu’il cesse de retenir les ressortissants de l’UE dans les centres d’immigration.

Au moins 30 ressortissants de l’UE d’Allemagne, de Grèce, d’Italie, d’Espagne et de Roumanie ont été détenus dans des centres de renvoi pour migrants après avoir été identifiés par les autorités frontalières britanniques comme ayant l’intention de travailler dans le pays sans visa de travail, comme l’a révélé POLITICO la semaine dernière. La Commission a déclaré lundi qu’il s’agissait d’une «question consulaire», mais s’est dite «préoccupée» par les conditions et la durée de la détention, qui dans certains cas était de quatre jours ou plus.

Mais dans une lettre datée de mercredi, huit députés roumains du groupe Renew Europe ont appelé von der Leyen et le vice-président de la Commission Maroš Šefčovič à faire plus. La Commission devrait exiger du gouvernement britannique des éclaircissements sur le nombre de ressortissants de l’UE détenus aux frontières et les raisons de l’adoption de telles mesures, ont-ils écrit.

Bruxelles devrait également faire pression sur Londres « pour qu’elle s’abstienne d’adopter des mesures aussi disproportionnées sur les citoyens de l’UE et qu’elle adopte plutôt une approche plus raisonnable basée sur la bonne foi et la coopération », ont ajouté les législateurs, parmi lesquels l’ancien Premier ministre roumain Dacian Cioloș et l’eurodéputé Alin Mituța.

Ils ont également décrit la longueur et les conditions de ces centres, telles que rapportées par certains de ces citoyens de l’UE, comme «de sérieux obstacles à l’établissement d’une relation fructueuse entre l’Union européenne et le Royaume-Uni».

Selon ces députés, «la détention de citoyens européens souvent jeunes et à faible risque arrivant au Royaume-Uni pour des emplois d’été et n’étant pas encore pleinement conscients des nouvelles conditions d’entrée» viole «l’esprit de bonne coopération que nous attendons» après le Brexit.

« Nous croyons fermement que la protection des droits des citoyens européens et britanniques est un élément fondamental de notre relation UE-Royaume-Uni, comme le reconnaît également l’accord de retrait et nous attendons de la Commission et du Royaume-Uni qu’ils agissent en conséquence », ont-ils écrit.

Répondant aux critiques du groupe jeudi, le porte-parole officiel du Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré: « Nous coopérons beaucoup dans l’esprit et les termes des accords que nous avons avec nos partenaires européens et nous continuerons de le faire ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *