Les frappes aériennes israéliennes frappent Gaza alors que le Hamas tire des roquettes au sixième jour du conflit

AccueilActualitésLes frappes aériennes israéliennes frappent Gaza alors que le Hamas tire des...

Les frappes aériennes israéliennes frappent Gaza alors que le Hamas tire des roquettes au sixième jour du conflit

Israël a frappé Gaza avec des frappes aériennes et des militants palestiniens ont lancé des barrages de roquettes sur Israël samedi, sans signe de fin de la pire escalade des tensions depuis des années après six jours de conflit.

Des diplomates américains et arabes cherchaient à calmer la situation après une nuit de violence qui a vu des militants tirer environ 200 roquettes sur des villes d’Israël, dont les avions ont frappé ce qu’il a dit être des cibles utilisées par le Hamas, le groupe islamiste qui dirige Gaza.

Au moins 136 personnes ont été tuées à Gaza depuis le début des hostilités lundi, dont 34 enfants et 21 femmes, et 950 autres blessés, ont indiqué des médecins palestiniens.

Israël a fait état de huit morts, dont un soldat à la frontière de Gaza et six civils, dont deux enfants.

Du jour au lendemain, le bombardement israélien a tué au moins 12 Palestiniens à Gaza, ont indiqué des médecins, dont une femme et quatre de ses enfants qui sont morts lorsque leur maison dans un camp de réfugiés a été touchée.

En Israël, des milliers de personnes ont couru pour s’abriter alors que les sirènes retentissaient. Une roquette, lancée depuis Gaza, a frappé un immeuble résidentiel dans la ville de Beersheba, dans le sud d’Israël, a indiqué la police. Les médias ont déclaré que certaines personnes avaient été blessées dans la ville se précipitant pour se couvrir.

À Gaza, Akram Farouq (36 ans) s’est précipité hors de chez lui avec sa famille après qu’un voisin lui ait dit qu’ils avaient reçu un appel d’un officier israélien avertissant que leur bâtiment serait touché.

«Nous n’avons pas dormi de la nuit à cause des explosions et maintenant je suis dans la rue avec ma femme et mes enfants, qui pleurent et tremblent», a déclaré M. Farouq.

Des membres d'une famille palestinienne fuient les frappes aériennes israéliennes sur une voiture tirée par un âne à Beit Lahya, dans le nord de la bande de Gaza.  Photographie: Mohammed Abed / AFP via Getty

Des membres d’une famille palestinienne fuient les frappes aériennes israéliennes sur une voiture tirée par un âne à Beit Lahya, dans le nord de la bande de Gaza. Photographie: Mohammed Abed / AFP via Getty

Vendredi, Israël a lancé des attaques d’une journée pour détruire ce qu’il disait être plusieurs kilomètres de tunnels, de sites de lancement et d’entrepôts de fabrication d’armes utilisés par les militants dans le but d’arrêter les attaques à la roquette.

Dans le centre et le sud d’Israël, des petites villes limitrophes de Gaza à la métropole de Tel Aviv et au sud de Beer Sheva, les gens se sont adaptés aux sirènes, aux interruptions des émissions de radio et de télévision et aux bips des téléphones portables portant des alertes rouges qui les envoient se précipiter pour se mettre à l’abri.

Les hostilités transfrontalières entre Israël et les militants palestiniens à Gaza se sont accompagnées de violences dans les communautés mixtes de Juifs et d’Arabes en Israël. Des synagogues ont été attaquées et des combats de rue ont éclaté, incitant le président israélien à mettre en garde contre la guerre civile.

Pression internationale

La Malaisie et l’Indonésie ont exhorté samedi le Conseil de sécurité des Nations Unies à intervenir et à arrêter les frappes d’Israël sur Gaza.

Le Premier ministre malaisien Muhyiddin Yassin a déclaré que lors d’une conversation téléphonique avec le président indonésien Joko Widodo, les deux dirigeants ont convenu que les «actions méprisables» d’Israël devaient être immédiatement arrêtées.

«Nous étions d’avis que la communauté internationale, en particulier le Conseil de sécurité des Nations Unies, devrait agir rapidement pour mettre fin à toutes les formes de violence commises par Israël et sauver la vie des Palestiniens», a déclaré M. Muhyiddin dans un discours télévisé.

«À ce jour, le Conseil de sécurité de l’ONU n’a publié aucune déclaration sur la situation actuelle en Palestine en raison de l’opposition des États-Unis d’Amérique», a-t-il déclaré.

La Malaisie est depuis longtemps un fervent partisan de la cause palestinienne, faisant pression pour une solution à deux États basée sur les frontières d’avant 1967.

Le Conseil de sécurité discutera publiquement de l’aggravation de la violence dimanche, ont déclaré des diplomates cette semaine. Le conseil de 15 membres s’est réuni en privé cette semaine au sujet des pires hostilités dans la région depuis des années, mais n’a jusqu’à présent pas été en mesure de s’entendre sur une déclaration publique, ont déclaré des diplomates.

Avant la session de dimanche, l’envoyé américain Hady Amr, sous-secrétaire adjoint aux affaires israéliennes et palestiniennes, est arrivé vendredi. L’ambassade des États-Unis en Israël a déclaré que l’objectif était «de renforcer la nécessité d’œuvrer pour un calme durable».

L’Égypte dirige les efforts régionaux pour obtenir un cessez-le-feu. Le Caire faisait pression pour que les deux parties cessent le feu à partir de minuit vendredi en attendant de nouvelles négociations, ont déclaré deux sources de sécurité égyptiennes, l’Égypte s’appuyant sur le Hamas et d’autres, y compris les États-Unis, essayant de parvenir à un accord avec Israël.

Les ministres des Affaires étrangères égyptien et jordanien ont discuté des efforts visant à mettre fin à la confrontation à Gaza et à empêcher les «provocations» à Jérusalem, a déclaré le ministère égyptien des Affaires étrangères.

“Les pourparlers ont pris une voie réelle et sérieuse vendredi”, a déclaré un responsable palestinien. «Les médiateurs de l’Égypte, du Qatar et des Nations Unies intensifient leurs contacts avec toutes les parties dans le but de rétablir le calme, mais un accord n’a pas encore été conclu.»

Vendredi, les Émirats arabes unis ont appelé à un cessez-le-feu et à des négociations tout en offrant leurs condoléances à toutes les victimes des combats, citant la promesse d’accords de septembre qui ont fait des Émirats arabes unis et de Bahreïn les premiers États arabes en un quart de siècle à établir des liens formels avec Israël.

Le Hamas, le groupe islamiste qui dirige Gaza, a lancé les attaques à la roquette lundi, en représailles aux affrontements entre la police israélienne et les Palestiniens près de la mosquée al-Aqsa, le troisième site le plus sacré de l’Islam, à Jérusalem-Est.

L’armée israélienne a déclaré que plus de 2 000 roquettes avaient été tirées de Gaza vers Israël depuis le début du conflit, environ la moitié d’entre elles avaient été interceptées par des systèmes de défense antimissile et 350 étaient tombées dans la bande de Gaza.

Les troubles civils entre Juifs et Arabes en Israël ont porté un coup dur aux efforts déployés par les opposants du Premier ministre Benjamin Netanyahu pour renverser le dirigeant israélien après une série d’élections peu concluantes, ce qui laisse espérer que les Israéliens iront aux urnes pour une cinquième fois sans précédent en un peu plus. plus de deux ans. – Reuters

- Advertisement -spot_img
Actualités
- Advertisement -spot_img

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici