Si vous avez aimé la politique étrangère de Merkel, vous allez adorer Laschet

Appuyez sur play pour écouter cet article

BERLIN – Il s’avère qu’Angela Merkel ne quitte pas la scène politique après tout. Du moins pas dans l’esprit.

Armin Laschet, le chef des démocrates-chrétiens allemands et futur successeur de Merkel à la chancelière, a prononcé mercredi ce que son camp a présenté comme un discours de politique étrangère historique, mieux résumé avec son propre passe-partout: «Je partage la position de la chancelière».

Et la Russie? «Je ne changerais rien», dit-il.

Chine? «Un concurrent et un partenaire.»

La relation transatlantique? «La place de l’Europe est du côté des États-Unis et du Canada.»

Fidèle à sa réputation de candidat pour la continuité à la chancelière, Laschet, actuellement chef de l’État de Rhénanie du Nord-Westphalie, a clairement indiqué qu’il y avait peu de lumière entre lui et Merkel sur les affaires étrangères. Il a approuvé l’engagement de l’Allemagne à travailler pour consacrer l’équivalent de 2% de sa production économique à la défense, tout en signalant qu’il maintiendrait la politique de Merkel de critiquer la Chine et la Russie pour les droits de l’homme et autres violations sans sacrifier leurs relations commerciales.

Cela pourrait bien être une stratégie judicieuse, compte tenu du fort soutien des Allemands à la politique étrangère de Merkel. Adopter le cours régulier de Merkel devrait également permettre à Laschet d’attaquer plus facilement les idées de politique étrangère de ses rivaux comme étant hors du courant dominant. C’est particulièrement vrai des Verts, dont les positions sur la Russie, la Chine et la défense contrastent fortement avec le statu quo.

Les conservateurs de Laschet sont au coude à coude avec les Verts dans la plupart des sondages, mais en ce qui concerne la question de savoir qui devrait devenir chancelier, la dirigeante verte Annalena Baerbock a une avance significative. C’est l’une des raisons pour lesquelles Laschet, un ancien député européen de 60 ans, est impatient de mettre en valeur sa bonne foi internationale. Baerbock, 40 ans, a étudié à Londres et a travaillé au Parlement européen plus tôt dans sa carrière, mais ne peut égaler l’expérience politique de Laschet, que ce soit en Allemagne ou à l’étranger, un point que son camp tient à souligner.

Cela dit, il est peu probable que la politique étrangère joue un grand rôle dans la campagne à un moment où les Allemands sont plus concentrés sur ce qui se passe chez eux, en particulier sur les retombées de la pandémie.

En effet, le discours de Laschet, prononcé à la Konrad Adenauer Stiftung, une fondation proche de la CDU, semblait principalement destiné au monde extérieur à l’Allemagne, en particulier à l’Europe. Il a été retransmis en direct avec traduction simultanée en plusieurs langues, dont l’espagnol et le français.

La seule vraie surprise du discours a été l’adoption par Laschet d’un conseil national de sécurité pour l’Allemagne, une étape qu’il a dit qu’il ferait une priorité lors de sa première année au pouvoir. De nombreux pays ont de tels conseils afin de mieux coordonner la stratégie entre les ministères, en particulier en cas de crise. L’idée n’est pas nouvelle en Allemagne (les mordus de la politique étrangère américaine exhortent Berlin à franchir le pas depuis un certain temps), mais elle reste controversée dans l’appareil stratégique décentralisé de Berlin.

SONDAGE DES SONDAGES ÉLECTORAUX DU PARLEMENT NATIONAL D’ALLEMAGNE

Pour plus de données de sondages à travers l’Europe, visitez POLITICO Sondage des sondages.

«Dans les moments décisifs, notre pays a besoin de l’expertise de tout le gouvernement, y compris des services de renseignement, et ils doivent tous s’asseoir à une même table», a déclaré Laschet. «Nous devons agir de manière uniforme car les réponses deviennent de plus en plus complexes.»

Comme cela a été le cas pour Merkel, la politique étrangère de l’étoile nord de Laschet peut être décrite en un mot: le multilatéralisme.

«Nous avons besoin de l’ONU plus forte, du multilatéralisme et de meilleures relations commerciales internationales», a-t-il déclaré.

Pour quiconque connaît la politique internationale de l’Allemagne, le discours de Laschet aurait également semblé familier sur d’autres fronts, en particulier en Europe («le monde a besoin d’une Europe plus forte!»).

Il a décrit le fonds de relèvement en cas de pandémie comme un «bond en avant» et a déclaré qu’il pouvait imaginer poursuivre nombre des idées sur la poursuite de l’intégration défendues par le président français Emmanuel Macron.

Mais sur la question la plus importante de toutes – qui va payer la note – Laschet a canalisé sa Merkel intérieure.

«Est-ce que je soutiens la communalisation de la dette sur le long terme? Non, pas moi », a-t-il dit.

Laurenz Gehrke a contribué au reportage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *