La faiblesse des dépenses de défense met en péril l’autonomie stratégique, selon un examen de l’UE

Les pays de l’UE ne dépensent pas suffisamment dans la recherche et la technologie de défense, remettant en question leur capacité à atteindre l’autonomie stratégique européenne, selon une étude de l’agence de défense de l’Union.

Le bilan a été présenté vendredi aux ministres de la défense de l’UE au milieu d’un débat croissant sur la question de savoir si l’Europe peut et doit viser à opérer de manière indépendante en termes militaires par rapport aux États-Unis.

La discussion sur l’autonomie stratégique – une idée défendue avant tout par le président français Emmanuel Macron – s’est intensifiée après l’élection de Joe Biden, le président élu américain ayant exprimé un engagement fort envers l’OTAN et à travailler en étroite collaboration avec les alliés européens de l’Amérique.

Mais l’étude présentée vendredi – la première Revue annuelle coordonnée annuelle sur la défense (CARD) – a révélé que le débat risque d’être largement académique, du moins pour le moment. Un résumé du rapport indique: «Les perspectives pour les niveaux de dépenses de recherche et de technologie de défense (R&T) restent insuffisantes, mettant en péril l’autonomie stratégique de l’UE.»

L’examen a révélé qu’en matière de planification de la défense, les pays de l’UE ne placent les priorités européennes qu’au troisième rang – après les intérêts nationaux et de l’OTAN. Et il a également constaté qu’il y avait «une compréhension inégale du concept d’autonomie stratégique».

Réalisée par l’Agence européenne de défense (AED), l’étude est une vue d’ensemble des efforts nationaux de planification de la défense et de développement des capacités de 26 pays membres de l’UE. (Le Danemark a un opt-out sur la défense.)

Les responsables ont également noté que les dépenses de défense en Europe n’avaient pas encore complètement rebondi après les coupes effectuées lors de la dernière crise financière.

«Collectivement, nous ne sommes revenus au niveau agrégé de 2007 des dépenses de défense que l’année dernière», a déclaré le directeur général de l’AED Jiří Šedivý aux journalistes. Cependant, a-t-il déclaré, même cette reprise ne s’appliquait pas à la recherche et à la technologie: «La part de la R&T dans les budgets de la défense est encore nettement inférieure à ce qu’elle était en 2007».

L’UE a accru ses ambitions de défense commune ces dernières années avec le lancement en 2018 d’un nouveau pacte militaire, appelé coopération structurée permanente, ou Pesco, qui prévoit 47 projets.

Le bloc a également mis en place un Fonds européen de la défense, destiné à favoriser la coopération en matière de recherche et développement de technologies et d’équipements militaires. Cependant, son allocation d’un peu plus de 7 milliards d’euros dans le cadre d’un accord budgétaire plus large de sept ans convenu par les dirigeants de l’UE en juillet était d’environ 40% inférieure au chiffre proposé par la Commission européenne.

Le rapport de vendredi a déclaré que «les récentes initiatives de défense de l’UE n’ont pas encore produit un impact significatif et positif sur le paysage européen de la défense».

Il a également mis en évidence la fragmentation de l’UE en matière de systèmes d’armement.

Présentant le rapport après la vidéoconférence des ministres, le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, a souligné que «si la plus grande armée du monde, les États-Unis, ne possède que quatre types de navires de guerre et un seul type de char de combat principal, cela ne fait pas C’est tout à fait logique qu’ici, en Europe, nous avons 30 types différents de navires de guerre et 16 types différents de chars de combat principaux.

Le rapport identifie, entre autres, «six capacités de prochaine génération» sur lesquelles les pays membres devraient se concentrer, y compris le développement et l’acquisition conjoints de nouveaux chars de combat (avec 11 pays membres «exprimant leur intérêt pour la coopération») et «le remplacement des patrouilleurs côtiers et offshore au cours de la prochaine décennie».

  • Pranarom Livre - Les Cahiers Pratiques d'Aromathérapie selon l'Ecole Française - Volume 4 - Soins Palliatifs
    Le cahier pratique Pranarom Vol.4 Soins Palliatifs a été rédigé par Dominique Baudoux, pharmacien aromatologue reconnu, Anne-Françoise Malotaux, formatrice en aromathérapie scientifique et Jean-Michel Blanchard, médecin au SMUR de Sarlat. Ces professionnels se sont associés pour présenter l'utilisation et les
  • Arkopharma Arkoroyal Défenses de l'Organisme Goût Orange 7 unidoses
    Leader sur le marché de la Gelée Royale, les Laboratoires Arkopharma vous proposent un véritable concentré de 2 actifs fortifiants alliant les bienfaits de la Gelée Royale et des probiotiques lyophilisés. Ce mélange très riche (minimum de 10 milliards de germes sélectionnés et garantis* par dose), vous aidera
  • Arkopharma Arkoroyal Défenses de l'Organisme Junior Goût Orange 5 Unidoses
    La Gelée Royale + Ferments Lactiques Junior des laboratoires Arkopharma est un complément alimentaire à base de gelée royale et de ferments lactiques. Il est destiné à renforcer les défenses naturelles et à la vitalité de l'organisme de l'enfant à partir de 6 ans. Véritable fortifiant, ce complément

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *