Les pressions qui quittent le Cert nuisent à l’activité culturelle des jeunes – ESRI

Les jeunes qui se préparent au Leaving Cert sont plus susceptibles d’abandonner les activités sociales et culturelles telles que les cours de musique, de danse et de théâtre et de passer moins de temps à lire pour le plaisir, selon une nouvelle étude.

Alors que 19% des jeunes de 13 ans ont déclaré ne jamais lire pour le plaisir, ce chiffre était passé à plus de la moitié du même groupe à l’âge de 17 ans, selon les travaux publiés par l’Institut de recherche économique et sociale (ESRI).

L’étude, publiée mardi, a révélé que seulement 14% des jeunes de 17 ans lisaient pour le plaisir plusieurs fois par semaine. Il a révélé que moins d’un quart des jeunes de 17 ans avaient participé à des cours d’art, d’art dramatique, de danse ou de musique au cours de l’année écoulée.

Le travail est basé sur les données de plus de 6 200 jeunes de 17 ans impliqués dans l’étude Growing Up in Ireland, qui a enquêté sur une cohorte de jeunes à plusieurs stades de leur enfance.

La recherche a suivi un «déclin significatif» de la participation des adolescents à des activités culturelles organisées, comme des cours de musique ou des clubs de théâtre, alors qu’ils entraient dans le cycle senior Leaving Cert.

Avant de commencer l’école secondaire, 39% des jeunes participaient à des activités ou à des cours culturels, qui tombaient à 23% à l’âge de 17 ans.

Musique pour le plaisir

L’étude de l’ESRI, qui a été financée par l’Arts Council, a également révélé que le nombre de jeunes qui ont déclaré ne jamais regarder la télévision les soirs de semaine a augmenté de façon «marquée» pendant qu’ils se préparaient au Leaving Cert.

Le temps moyen passé par les jeunes à écouter de la musique a presque doublé entre 13 et 17 ans, passant de 17 minutes à plus de 27 minutes par jour.

Selon l’étude, l’une des «conclusions les plus frappantes» était la nature hautement sexuée de l’implication probable des adolescents dans les activités culturelles.

Il a déclaré que les jeunes femmes étaient beaucoup plus susceptibles de lire pour le plaisir que les jeunes hommes, et également plus susceptibles de chanter, de jouer d’un instrument ou de participer à des cours de musique ou d’art dramatique. Les jeunes hommes étaient plus susceptibles de s’adonner à d’autres activités comme jouer à des jeux sur ordinateur ou sur console.

«Les différences entre les sexes étaient si marquées que les jeunes femmes issues de milieux défavorisés avaient presque le même niveau d’implication dans des activités culturelles plus sophistiquées que les jeunes hommes issus de milieux plus favorisés», indique le rapport.

Écoles privées

Les écoles payantes étaient les plus susceptibles de proposer des activités parascolaires telles que des chorales, des cours d’art dramatique et des cours d’instruments de musique, selon la recherche.

Il a noté que les écoles Deis dans les zones désavantagées étaient plus susceptibles que les écoles non-Deis de proposer des activités culturelles parascolaires.

La recherche a révélé que 87% des jeunes ont déclaré écouter de la musique pour se détendre ou pour s’amuser plusieurs fois par semaine, tandis que 86% ont déclaré la même chose à propos du temps passé en ligne. Environ 23 pour cent ont dit qu’ils chantaient ou jouaient d’un instrument de musique plusieurs fois par semaine.

Le nombre de jeunes de 17 ans qui ont regardé deux heures ou plus de télévision a doublé le week-end pour atteindre 37% du groupe. Moins d’un cinquième des adolescents ont passé deux heures ou plus à jouer à des jeux sur ordinateur ou sur console le week-end.

Le Dr Emer Smyth, auteur du rapport, a déclaré que la recherche était liée à la vie des jeunes avant Covid-19, et a exprimé sa crainte que la pandémie ne creuse le fossé entre l’adoption par certains adolescents des passe-temps culturels.

«Les jeunes étaient déjà de moins en moins impliqués dans les arts en vieillissant. Il existe un risque réel que les fermetures d’écoles plus tôt dans l’année aient accéléré ce déclin, en particulier pour les groupes plus défavorisés », a-t-elle déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *