Les décès liés au terrorisme dans le monde au plus bas depuis cinq ans, selon un rapport

Le nombre mondial de décès liés au terrorisme a baissé de 59% depuis 2014, selon les conclusions du Global Terrorism Index (GTI).

«Malgré la baisse globale de l’impact mondial du terrorisme, celui-ci reste une menace importante et grave dans de nombreux pays», a déclaré l’Institut pour les économies et la paix dans un communiqué de presse.

Cependant, l’Europe occidentale, l’Amérique du Nord et l’Océanie ont connu la plus forte augmentation des morts par terrorisme «à tout moment au cours des 50 dernières années», enregistrant une augmentation de 250%.

La GTI prévoit la poursuite de la tendance défavorable de l’Occident, citant la prévalence de «l’instabilité politique et de la violence» causée par le ralentissement économique dû à la pandémie.

Les attaques d’extrême droite sont également plus susceptibles d’être «menées par des individus non affiliés» par rapport à d’autres formes de terrorisme, avec plus de 60 pour cent n’étant attribuées à aucune organisation en particulier au cours des 50 dernières années.

«Cela ne signifie pas que les terroristes d’extrême droite n’ont aucun contact avec les organisations extrémistes», souligne le rapport. «Le contact avec des individus partageant les mêmes idées peut être un facteur important dans le processus de radicalisation.»

Un nombre écrasant de morts liés au terrorisme (96%) sont encore localisés dans des zones de conflit comme l’Afghanistan, la Syrie et des pays africains comme le Nigéria et la Somalie.

Cependant, alors que des pays comme le Royaume-Uni réduisent leur aide à l’étranger afin d’équilibrer leurs dépenses en cas de pandémie, la GTI prévient que «des réductions de l’aide internationale pour les opérations de lutte contre le terrorisme [could be] contreproductif. »

Le rapport GTI a classé l’Afghanistan au premier rang pour les décès liés au terrorisme. Les États-Unis (29) et le Royaume-Uni (30) étaient les pays occidentaux les mieux classés, suivis de près par l’Ukraine (36).

Au cours du seul mois dernier, l’Europe a connu des attaques islamistes en France (38), en Autriche (91) et en Suisse (113), totalisant sept morts et près de 30 blessés lors de la combinaison des attentats de Nice, Vienne et Lugano. Les attentats ont suscité une réaction sévère sous la forme d’appels à des contrôles plus stricts aux frontières dans l’espace Schengen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *