Covid-19: 299 cas et deux autres décès signalés dans l’État

299 autres cas de Covid-19 et deux décès liés à la maladie ont été signalés dans l’État.

Le Centre de surveillance de la protection de la santé a déclaré qu’il y avait eu un total de 2 052 décès liés au Covid-19 en Irlande et un total de 72 241 cas confirmés.

Sur les nouveaux cas confirmés dimanche, 158 sont des hommes et 141 sont des femmes, dont 67% ont moins de 45 ans.

Quelque 94 cas étaient à Dublin, 41 à Donegal, 27 à Wicklow, 14 à Louth, 13 à Limerick et les 110 cas restants sont répartis dans 20 autres comtés.

Il y a actuellement 257 patients atteints de Covid-19 dans les hôpitaux irlandais, dont 30 sont traités dans des unités de soins intensifs.

Plus tôt dimanche, le ministre de la Santé, Stephen Donnelly, a défendu la décision du gouvernement d’ouvrir l’hospitalité et d’autoriser les visites à domicile pendant une période de deux semaines en décembre et début janvier.

Le Cabinet a approuvé vendredi la réouverture des hôtels, des commerces de détail, des coiffeurs, des églises, des gymnases et des musées à partir du mardi 1er décembre, date à laquelle le pays passera au niveau 3 des restrictions avec quelques modifications, a-t-il confirmé.

Restrictions

M. Donnelly a fait valoir que la Coalition avait en fait restreint les visites à domicile dans une plus grande mesure que ce qui avait été recommandé début décembre, ne les autorisant qu’à partir du 18, afin de permettre l’ouverture de l’hospitalité.

S’exprimant dans le cadre du programme This Week de RTÉ, il a déclaré que le gouvernement «adhérait étroitement» aux conseils du Nphet, mais a déclaré que l’équipe «doit donner des conseils uniquement pour des raisons de santé publique, puis que le gouvernement doit prendre des décisions sur la santé publique mais aussi sur des préoccupations sociétales et économiques. ainsi que ».

Le Wicklow TD a déclaré que s’il ne prévoyait pas de réintroduire des restrictions avant la fin du mois de décembre, le gouvernement et le Nphet s’attendent à ce que les cas reprennent avant la fin de l’année. Il n’exclurait cependant pas la réintroduction de restrictions si la situation se détériorait rapidement, mais a déclaré que cela n’était pas prévu.

«Si quelque chose de très, très grave se produisait, si nous constations une énorme augmentation des cas et que nous voyions des événements incontrôlés se produire partout, le gouvernement gardera évidemment cela à l’étude», a-t-il déclaré.

janvier

Lorsqu’on lui a demandé s’il s’attendait à ce que les restrictions reviennent en janvier, il a déclaré: «On ne peut jamais rien exclure», appelant au respect des règles de distanciation sociale, en particulier dans les gastropubs et les restaurants.

M. Donnelly a également été interrogé sur des recherches commandées par le gouvernement à la société de conseil EY, qui suggéraient des poussées d’infection survenues à la suite de la réouverture de pubs humides dans tout le pays, ainsi que dans des régions qui avaient connu du succès dans les championnats de la GAA.

Lorsqu’on lui a demandé s’il était préoccupé par les célébrations à l’origine de l’infection à la suite des prochaines finales de toute l’Irlande, il a déclaré: «Cela ne doit pas arriver».

«Ce n’est pas la faute de la GAA (mais) nous avons des preuves qu’après les victoires de championnats de clubs dans divers comtés, il y a eu des célébrations dont nous savons qu’elles se sont produites et qui sont malheureusement corrélées dans ces comtés et dans ces zones électorales locales avec de très gros pics,» il a dit.

M. Donnelly a déclaré qu’il prévoyait que le déploiement de vaccins contre le coronavirus pourrait commencer «au début de l’année prochaine» et qu’il s’attend à ce que les personnes appartenant aux catégories vulnérables et les travailleurs de la santé soient prioritaires pour l’inoculation, si cela était recommandé par le groupe de travail sur les vaccins de l’État. Le groupe, dirigé par le professeur Brian McCraith, examine également la meilleure façon d’administrer le vaccin, y compris si cela devrait être fait par le biais du réseau des généralistes.

Interrogé sur la possibilité que les médecins de la santé publique entreprennent une action revendicative, il a déclaré comprendre leurs préoccupations, mais avoir soumis une analyse de rentabilisation pour un contrat de consultant pour le grade et a exhorté les médecins à ne pas faire grève.

«Je pense qu’il serait très regrettable et décevant que des médecins de santé publique menacent de quitter le terrain pendant une pandémie mondiale.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *