La France n’exclura pas de mettre son veto à un «  mauvais  » accord sur le Brexit, déclare le ministre de l’Europe

Le ministre français des Affaires européennes, Clément Beaune, a déclaré que la France n’exclurait pas d’utiliser son droit de veto sur un éventuel accord sur le Brexit, si l’accord offre de «mauvaises conditions».

« Nous ferons notre propre évaluation de cet accord, s’il existe », a-t-il déclaré à la radio française Europe 1 vendredi matin, ajoutant: « S’il y a un accord et qu’il n’est pas bon, nous nous y opposerons. »

« Nous défendons nos intérêts communs au niveau européen », a-t-il dit, « et la France est attachée à l’intérêt des pêcheurs et à des conditions commerciales équitables, mais je pense que c’est également vrai de nos partenaires. »

Beaune a m’a dit dans le passé, il préférait une situation sans accord à une mauvaise affaire. C’est la première fois cependant qu’il admet la possibilité d’un veto.

Mais il a également rappelé que le risque d’une situation de non-accord au 31 décembre existe toujours. «Nous ne pouvons pas cacher cela», dit-il. « Nous devons nous préparer au risque d’un non-accord. »

Jeudi, Beaune et le Premier ministre français Jean Castex se sont rendus dans les villes côtières de Calais et Boulogne-Sur-Mer pour souligner les préparatifs du Brexit et montrer leur soutien aux pêcheurs français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *