Brexit: résultat des discussions «  attendu dans des heures ou des jours  » mais les membres de l’UE pourraient rejeter la proposition

Un résultat des négociations entre l’Union européenne et le Royaume-Uni est attendu dans quelques heures ou quelques jours, et si les équipes de négociation proposent un accord, les gouvernements nationaux devront décider de l’accepter ou non en fonction de ses mérites, a déclaré un haut responsable de l’UE. .

Le président du Conseil européen, Charles Michel, qui coordonne les réunions entre les gouvernements des États membres, a indiqué qu’il n’était pas certain que tous les États membres accepteraient un accord issu des négociations.

«Nous verrons dans les heures ou les prochains jours ce qui sera sur la table et nous devrons évaluer la situation. Ce sera une question à l’issue de la négociation: les Etats membres, ils devront trancher. Comme la partie britannique, ils devront décider », a déclaré M. Michel aux journalistes.

«Les États membres devront dire oui ou non. Et si l’un des côtés de la table dit non, alors nous avons un non-accord. Et nous savons tous quelles seront les conséquences du non-accord: cela fera partie de l’évaluation.

Les États membres, dont la France et les Pays-Bas, ont averti ces derniers jours qu’un compromis qui en cédait trop rendrait un résultat sans accord préférable à un accord.

Un briefing attendu des Etats membres de l’UE par le négociateur en chef Michel Barnier vendredi n’aura pas lieu « en raison des négociations intensives en cours à Londres », a déclaré un porte-parole de la présidence allemande de l’UE. « Croisez les doigts et restez à l’écoute! »

M. Michel a averti qu’un accord serait subordonné à la pleine mise en œuvre par la Grande-Bretagne de l’accord de retrait, y compris des dispositions pour l’Irlande du Nord destinées à éviter une frontière dure.

Cela vient après qu’un porte-parole du gouvernement britannique a déclaré que le Premier ministre Boris Johnson avait toujours l’intention de réintroduire dans le projet de loi sur le marché intérieur des clauses de rupture du traité qui ont été supprimées par la Chambre des lords.

Les clauses permettraient aux ministres britanniques de violer l’accord de retrait du Brexit en décidant unilatéralement comment mettre en œuvre certaines parties du protocole d’Irlande du Nord.

Le porte-parole a également confirmé que le gouvernement britannique présenterait la semaine prochaine un projet de loi sur la fiscalité qui devrait inclure des clauses permettant aux ministres britanniques de déterminer quelles marchandises transportées de la Grande-Bretagne vers le Nord devraient être considérées comme risquant d’entrer dans le marché unique de l’UE et seraient soumises aux tarifs.

Le ministre des Affaires étrangères, Simon Coveney, a déclaré cette semaine qu’il ne serait pas possible de conclure un accord si le gouvernement britannique poursuivait un tel plan, tandis que M. Michel le décrivait comme une question «d’État de droit».

«L’accord de retrait doit être pleinement mis en œuvre. C’est très clair. Nous avons négocié, ratifié, signé un accord, et l’état de droit est très clair, cela signifie que nous devons mettre en œuvre ce que nous avons décidé, ce que nous avons engagé ».

  • LES MILLE ET UNE BEAUTES Nettoyage de peau de 45 minutes ou soin du visage d'1 heure à l'institut Les Mille et une Beautés
    Une prestation qui aide à redonner au visage tout son éclat
  • Auto-École Des Arts Stage accéléré de code pour voiture ou moto en 3 jours à Auto-École Des Arts
    Une formation de code accéléré en 3 jours dispensée par une auto-école à Paris, agréé par l’État
  • Smartbox Bon d'achat de 20€ ou 60€ valable dans les boutiques Smartbox
    Séjour de rêve, conduite sur circuit, restaurant étoilé, spa et désormais aussi des expériences à vivre à la maison…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *