Une entreprise liée à un prétendu contrebandier de carburant doit 9,1 millions d’euros d’impôts et de pénalités

Une société pétrolière insolvable appartenant à un homme qui a été la cible de plusieurs enquêtes de contrebande de diesel transfrontalier arrive en tête de la dernière liste des défaillants fiscaux avec une dette envers l’État de 9,1 millions d’euros.

DMG Energy, avec des administrateurs dont l’homme d’Armagh Damien McGleenan, est en liquidation judiciaire depuis 2013. Elle a été ciblée par le fisc pour non-déclaration des droits d’accise et sous-paiement de la TVA, selon la liste publiée mardi.

DMG, désormais enregistrée à Dublin mais précédemment basée autour de Dundalk, doit 3,4 millions d’euros d’impôts, auxquels s’ajoutent 5,7 millions d’euros d’intérêts et de pénalités. Aucune dette n’avait été remboursée en septembre, selon le revenu.

M. McGleenan a été ciblé à plusieurs reprises pendant de nombreuses années par les autorités d’Irlande du Nord enquêtant sur la contrebande de carburant. En 2007, la police du Nord a gelé des avoirs des deux côtés de la frontière d’une valeur de plus de 12 millions d’euros, qui appartenaient à M. McGleenan, basé à Keady, et aux membres de sa famille élargie.

En 2009, M. McGleenan et des membres de sa famille élargie ont remis des actifs d’une valeur maximale de 6 millions de livres (6,6 millions d’euros) à la Serious Organized Crime Agency du Royaume-Uni après une longue bataille devant la Haute Cour. Les actifs comprenaient plusieurs maisons et ont été décrits à l’époque par les autorités fiscales britanniques comme «amassés au cours d’années de contrebande de carburant et de fraude à l’accise».

Autres défaillants

Il est peu probable que les 9,1 millions d’euros dus à l’État par DMG, dont M. McGleenan est copropriétaire avec sa femme, seront récupérés, car une note de liquidation indique qu’elle avait un actif de 32400 euros mais qu’elle devait 2,3 millions d’euros aux créanciers non garantis.

La dette fiscale de DMG est presque deux fois plus importante que le prochain défaillant sur la liste des 17 noms publiée mardi par Revenue.

Shabra Plastic & Packaging, basée à Monaghan, qui a été fondée et est dirigée par la femme d’affaires de haut niveau Rita Shah, figure également en bonne place sur la dernière liste des défaillants. Shabra devait 1,8 million d’euros dans une affaire de TVA, mais il semble avoir remboursé la dette quelque temps avant septembre.

La liste des défaillants comprend 15 autres noms pour un montant total d’environ 20 millions d’euros, dont des agriculteurs, des travailleurs PAYE et un laitier.

Affaires Aujourd’hui

Recevez les dernières nouvelles et commentaires commerciauxINSCRIVEZ-VOUS ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *