Dernier effort sur l’accord sur le Brexit dans un pessimisme croissant sur les perspectives

Les négociateurs de l’UE et du Royaume-Uni sont engagés dans un dernier effort pour parvenir à un accord sur un accord commercial ce week-end dans un pessimisme croissant à Bruxelles et une rhétorique plus acérée sur un non-accord au Royaume-Uni.

Les négociateurs continueront de discuter jusqu’à dimanche, date à laquelle les deux parties auront convenu de décider si un accord est possible.

Vendredi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré qu’un résultat sans accord était «très, très probable» après que les dirigeants de l’UE aient rejeté sa suggestion de réunions individuelles pour sortir de l’impasse.

Les pourparlers restent bloqués sur la pêche, les garanties de conditions de concurrence équitables et la manière de faire appliquer tout accord. Mais l’attention s’est restreinte ces derniers jours à la «clause de cliquet» qui permettrait à l’UE d’imposer des droits de douane sur les produits britanniques si elle élevait ses normes environnementales, d’emploi ou de consommation et que le Royaume-Uni ne faisait pas de même.

Les perspectives d’un accord

Des sources du gouvernement irlandais de haut niveau ont reconnu le pessimisme croissant quant aux perspectives d’un accord, mais ont déclaré qu’elles pensaient qu’un accord pouvait encore être conclu. Une source a déclaré qu’elle s’attendait à ce que la chancelière allemande Angela Merkel s’implique ce week-end, maintenant que l’accord sur un budget européen et un fonds de relance avait été obtenu lors du sommet.

S’exprimant à Berlin, le ministre des Affaires étrangères, Simon Coveney, a déclaré qu’un accord pouvait encore être conclu. «Je sais qu’il y a un pessimisme croissant dans toute l’UE et à la sortie de Londres», a-t-il déclaré, «mais je crois toujours qu’il y a suffisamment de réalistes impliqués dans ce processus pour comprendre les conséquences de l’absence d’accord, indépendamment de ce qui est dit publiquement. « 

Mais les préparatifs pour un résultat sans accord s’intensifient partout. L’europe-infos.fr comprend que le gouvernement prépare des mesures spéciales pour soutenir les exportateurs de produits alimentaires vers le Royaume-Uni si des droits de douane sont imposés le 1er janvier.

Alors que la sortie du Royaume-Uni du marché unique de l’UE entraînera des coûts supplémentaires et des difficultés pour de nombreuses entreprises, l’imposition de droits de douane sur les exportations alimentaires vers le Royaume-Uni en cas de non-accord créera un problème immédiat. Dans le cadre des plans décrits par le Royaume-Uni, des droits de douane – ou droits d’importation – de plus de 70 pour cent s’appliqueraient sur les exportations de viande de bœuf, évacuant effectivement de nombreux produits irlandais hors du marché. Certaines exportations de produits laitiers seraient également durement touchées.

Vendredi, un haut responsable de l’UE a déclaré que le président français Emmanuel Macron et le Dr Merkel se sont entretenus avec la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le président du Conseil européen Charles Michel plus tôt cette semaine et ont convenu que des négociations bilatérales séparées avec le Royaume-Uni seraient refusées afin que le bloc parle. d’une seule voix.

Offre de visiter les capitales de l’UE

Le responsable de l’UE a fait ces commentaires après avoir été interrogé sur l’offre de M. Johnson de se rendre dans les capitales de l’UE pour des entretiens. Le Premier ministre a déclaré cette semaine aux journalistes: «J’irai à Bruxelles, j’irai à Paris, j’irai à Berlin, j’irai partout pour essayer de ramener cette maison.»

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a répondu: «Je l’inviterais à rester à Londres et à travailler dur. Nous avons notre propre négociateur, Michel Barnier, donc les capitales ne négocient pas. Nous avons une équipe Brexit à Bruxelles qui mène ces négociations pour nous. »

Downing Street a rejeté vendredi l’assurance de Mme von der Leyen que la soi-disant «clause à cliquet» visant à maintenir l’équivalence des normes dans le futur n’empiéterait pas sur la souveraineté du Royaume-Uni.

Le président de la Commission européenne a déclaré que le Royaume-Uni resterait libre de décider de suivre ou non les normes de l’UE, mais que l’UE ajusterait l’accès à son marché en conséquence, ajoutant que la mesure s’appliquerait «vice-versa». Mais un porte-parole de Downing Street a déclaré: «il n’y a rien de nouveau ici».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *