Le Royaume-Uni appelé à considérer la garde révolutionnaire iranienne comme un «  groupe terroriste  »

Le gouvernement britannique devrait suivre l’exemple américain et considérer les gardiens de la révolution islamique iraniens comme une organisation terroriste, a déclaré un groupe de députés multipartites.

Un nouveau rapport de la commission des affaires étrangères de la Chambre des communes appelle le Foreign Commonwealth and Development Office (FCDO) à durcir son approche concernant la détention de citoyens britanniques par l’Iran.

Les recommandations du groupe incluent la reconnaissance de la «détention arbitraire» de citoyens britanniques par Téhéran comme une «prise d’otages par l’État» et la désignation du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) comme organisation terroriste. Cela refléterait une décision américaine prise en août 2019.

«Proscrire le CGRI dans son intégralité est une prochaine étape naturelle en réponse au financement et au renforcement du terrorisme du CGRI», a déclaré le président du comité et député conservateur Tom Tugendhat dans un communiqué accompagnant le rapport. «La philosophie destructrice et la violence du groupe en Iran et dans la région plaident de manière convaincante en faveur de sa sanction.»

Le groupe de députés exhorte le Royaume-Uni à utiliser les lois de sanction Magnitsky récemment adoptées pour cibler les mauvais acteurs de la région.

Lorsqu’on lui a demandé ce que les sanctions pourraient aboutir, Tugendhat a déclaré au programme Today de la BBC que le CGRI n’était pas simplement un catalyseur du terrorisme, mais [it] dirige également des entreprises en Iran et dans de nombreux pays voisins. »

En ciblant leurs finances, «nous et nos alliés sommes en mesure d’influencer la manière dont ils mènent leurs affaires», a-t-il ajouté. «Cela changerait la façon dont nos alliés pourraient travailler avec eux.»

Il y a actuellement quatre captifs connus en Iran avec la citoyenneté britannique ou des permis de résidence, selon le Center for Human Rights en Iran.

Anoosheh Ashoori; Aras Amiri; et Morad Tahbaz sont tous en détention, tandis que Nazanin Zaghari-Ratcliffe a obtenu une libération provisoire de prison en raison du surpeuplement des prisons pendant la pandémie COVID.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *