Les restrictions de Covid-19 vont être atténuées malgré l’augmentation des cas d’infection

Les restrictions de Covid-19 seront assouplies à partir de vendredi malgré l’inquiétude croissante concernant le nombre d’infections des deux côtés de la frontière avant les vacances de Noël.

Le ministre de la Santé Stephen Donnelly a déclaré qu’il s’attendait à ce que le nombre R, un indicateur clé de la propagation de la maladie, soit confirmé jeudi comme étant supérieur à 1. Cela signifie que chaque personne infectée transmet Covid-19 à au moins une autre .

«C’est une préoccupation. Les chiffres aujourd’hui étaient élevés », a-t-il déclaré après que 431 nouveaux cas et six décès ont été confirmés. «Les principaux indicateurs que nous avons suggèrent, comme prévu, que les cas sont à la hausse dans la République.»

Cependant, il a déclaré que les plans visant à permettre aux gens de voyager en dehors de leur comté et de se rassembler chez d’autres personnes à partir de vendredi seraient toujours en cours.

Le médecin en chef, le Dr Tony Holohan, a déclaré qu’il y avait «des indicateurs significatifs et inquiétants que cette maladie évolue dans la mauvaise direction».

Il a déclaré que l’augmentation du nombre de cas et la proportion de tests revenant positifs étaient des «tendances troublantes» étant donné que l’État «se dirigeait vers une période de mixage inter-ménages et intergénérationnel généralisé».

«C’est une opportunité idéale pour le virus de se propager et d’avoir un impact sur les personnes les plus vulnérables à ses effets les plus graves», a-t-il déclaré.

Des sources de haut niveau de la santé publique se sont déclarées préoccupées par le fait que plus de 400 cas quotidiens avaient été signalés pour la deuxième fois depuis dimanche. L’Équipe nationale d’urgence de santé publique (Nphet) a précédemment indiqué qu’une intervention de trois semaines serait nécessaire lorsque le nombre de cas «approche les 400 par jour», bien que cela dépende beaucoup du taux de croissance de la maladie.

Une source gouvernementale a déclaré qu’il y aurait «bien sûr» des inquiétudes, mais que l’Irlande fonctionnait toujours bien par rapport aux autres pays européens.

Irlande du Nord

Taoiseach Micheál Martin a déclaré mercredi soir à la réunion du parti parlementaire Fianna Fáil qu’il était nécessaire de «garder un œil» sur les infections ici et qu’il était préoccupé par les niveaux observés en Irlande du Nord.

Les réunions hebdomadaires du Cabinet et de hauts fonctionnaires sur le Brexit et Covid-19 se poursuivront pendant la période de Noël, a-t-il déclaré.

Le ministre de la Santé Stephen Donnelly s’est entretenu mercredi avec son homologue de Stormont, Robin Swann. Une porte-parole de M. Donnelly a déclaré que si l’Irlande du Nord demandait de l’aide, «celle-ci serait bien sûr fournie».

Une réunion du Conseil ministériel Nord-Sud aura lieu vendredi.

Le verrouillage du Nord s’est terminé vendredi dernier avec le commerce de détail et une grande partie du secteur de l’hôtellerie autorisé à rouvrir, avec d’autres assouplissements à venir pour la période du 23 au 27 décembre.

Cependant, un total de 457 patients recevaient mercredi un traitement pour Covid-19 dans les hôpitaux du Nord, avec 32 personnes en soins intensifs et 25 sous ventilateurs. Huit autres décès et 510 cas de Covid-19 ont été signalés mercredi.

Interventions

M. Swann a déclaré qu’une série d’interventions «décisives» et «robustes» serait proposée pour essayer de faire face aux fortes demandes du service de santé.

Le Nphet a recommandé de ne pas voyager non essentiel à destination et en provenance de l’Irlande du Nord et pourrait réitérer l’avertissement après sa réunion de jeudi.

Le nombre de personnes cherchant des lits dans les hôpitaux irlandais a augmenté, avec l’enquête de surveillance de chariot de l’organisation irlandaise des infirmières et des sages-femmes mercredi qui compte 293 personnes dans les services d’urgence et dans les services en attente d’admission. Le chiffre de mardi était de 316, le pire niveau de surpeuplement depuis le début de la pandémie.

Anne O’Connor, chef des opérations HSE, a déclaré que le service de santé n’était «pas en très mauvais état» mais qu’une augmentation des cas de Covid-19 se traduirait par «des problèmes dans nos hôpitaux» puis dans les soins intensifs.

«Il ne fait aucun doute que notre système sera sous pression en janvier», a-t-elle déclaré à News at One de RTÉ.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *