La Grèce et la Turquie vont reprendre les discussions ce mois-ci

ATHÈNES – La Grèce et la Turquie reprendront les négociations plus tard ce mois-ci afin de résoudre leurs différends sur l’exploration énergétique et les frontières maritimes.

«Le 61st Une série de pourparlers exploratoires aura lieu à Istanbul le 25 janvier », a déclaré lundi le ministère grec des Affaires étrangères dans un communiqué.

Plus tôt dans la journée, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, a déclaré qu’Ankara avait officiellement invité Athènes à reprendre les pourparlers.

«Aujourd’hui, nous voulons adresser une invitation ouverte à la Grèce», a déclaré Çavuşoğlu. «Nous invitons la Grèce à entamer des discussions exploratoires, la première réunion se tenant en janvier.»

Çavuşoğlu a également invité son homologue grec, Nikos Dendias, à une réunion pour discuter des problèmes des deux pays, avec la capitale albanaise Tirana suggérée comme lieu potentiel. Cependant, des responsables diplomatiques grecs ont déclaré qu’aucune réunion de ce type n’avait été prévue.

La Grèce et la Turquie ont des désaccords de longue date sur une variété de questions, y compris l’exploration d’Ankara pour l’énergie dans les eaux contestées.

Il y a eu 60 séries de pourparlers en l’espace de 14 ans entre les deux voisins qui ont apporté peu de progrès avant leur mise en glace en 2016.

Les tensions croissantes au cours de l’année écoulée semblent avoir amené les deux pays au bord du conflit. Au cours de l’été, l’Oruç Reis, un navire turc, a été envoyé pour effectuer des recherches sismiques dans ce que la Grèce considère comme son plateau continental, dans le cadre des efforts d’exploration énergétique d’Ankara en Méditerranée orientale.

Fin décembre, Ankara a déclaré que le navire mènerait des recherches dans les eaux territoriales turques jusqu’à la mi-juin, une décision considérée comme un acte de bonne volonté et un pas vers des pourparlers.

Cependant, même la portée des pourparlers est une source de division, la Grèce affirmant que la seule différence à débattre concerne les zones maritimes, tandis que la Turquie affirme que les pourparlers devraient être «inconditionnels».

« La seule question à discuter avec la Turquie est la délimitation de la zone maritime dans la mer Égée et la Méditerranée orientale », a déclaré le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis depuis Lisbonne lors d’un briefing conjoint avec son homologue portugais Antonio Costa.

Costa, dont le pays occupe la présidence tournante du Conseil de l’UE jusqu’à la fin du mois de juin, a déclaré qu’il espérait construire des relations fructueuses avec la Turquie pendant le mandat du Portugal.

«Nous sommes tous des alliés de l’OTAN et la Turquie est l’un des voisins les plus importants de l’UE», a déclaré Costa. Il a ajouté que la présidence de son pays œuvrerait à une normalisation des relations, et aurait « un nouvel ordre du jour, une nouvelle relation avec la Turquie », à discuter lors d’un Conseil européen en mars, « sans, naturellement, oublier les droits de la Grèce et de Chypre. . »

« Je ne suis pas particulièrement optimiste pour les discussions, car je pense que la Turquie n’est pas sincère », a déclaré le député au pouvoir de la Nouvelle Démocratie Dimitris Kairidis à la télévision locale.

«Même si la Grèce et la Turquie conviennent qu’elles ne sont pas d’accord, il sera important d’engager un dialogue sous l’égide de discussions exploratoires», a déclaré George Tzogopoulos, chercheur principal au Centre international d’études européennes, un groupe de réflexion français.

«La reprise des pourparlers constitue une bonne nouvelle. En l’absence de discussions exploratoires de 2016 à 2020, les relations gréco-turques sont entrées dans une phase dangereuse de crise, pour la première fois après 1996. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *