Covid-19: jusqu’à 700000 à vacciner d’ici fin mars – Donnelly

Jusqu’à 700000 personnes dans l’État devraient être vaccinées contre Covid-19 d’ici la fin du mois de mars si, comme prévu, le vaccin Oxford-AstraZeneca est approuvé par le régulateur européen des médicaments, a déclaré le ministre de la Santé.

Stephen Donnelly a déclaré que si les calendriers d’approbation et de livraison du vaccin se déroulaient comme prévu et que les fournitures de deux autres continueraient d’arriver, les trois premières cohortes du plan de vaccination de l’État devraient être vaccinées d’ici la fin du premier trimestre de l’année.

«Nous prévoyons 1,4 million de doses au total» d’ici la fin du trimestre, a-t-il déclaré, dont 600 000 seraient le jab Oxford-AstraZeneca.

Cela permettrait aux travailleurs de la santé de première ligne, aux résidents et au personnel des établissements résidentiels de longue durée et à un demi-million de personnes âgées de se faire vacciner.

«Nous mettons également en place des plans de telle sorte que si l’un de ces volumes augmente, nous pouvons évoluer en conséquence.»

Les estimations trimestrielles produites par le groupe de travail sur les vaccins et distribuées aux chefs des partis la semaine dernière montrent en fait des volumes plus élevés, mais il s’agit d’estimations générales basées sur des accords d’achat anticipé conclus avec les entreprises, plutôt que sur un calendrier de livraison spécifique.

Selon le document, quelque 1,7 million de doses pourraient être disponibles au premier trimestre, passant à 3,9 millions au deuxième trimestre et 4,4 millions au troisième.

Personnel de vaccination

Róisín Shortall, co-dirigeant des sociaux-démocrates, a appelé à la clarté sur le fait qu’il y ait suffisamment de vaccinateurs pour administrer le programme.

«Ce n’est pas un problème pour le moment, mais quand nous arrivons au point où il y a des quantités importantes, je ne peux pas voir d’où viendra le grand nombre d’employés pour le faire», a-t-elle déclaré.

Son appel est venu alors que le HSE et le ministère de la Santé poursuivaient les négociations avec des groupes représentant les médecins de famille et les pharmaciens sur leur rôle dans le programme de vaccination.

Si le jab d’Oxford-AstraZeneca est approuvé, cela élargit la possibilité pour ces groupes de s’impliquer, car il ne nécessite pas de stockage ultra-froid, comme le font les plans Pfizer-BionNtech et Moderna.

L’Irish Pharmacy Union a déclaré lundi à ses membres qu’ils seraient «susceptibles» d’être impliqués dans le déploiement du programme une fois que le jab Oxford-AstraZeneca serait approuvé.

Dans une mise à jour aux membres, le syndicat a également déclaré qu’il insistait pour que les pharmaciens «aient la priorité pour une vaccination précoce» et a suggéré qu’ils pourraient être vaccinés d’ici la fin du mois prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *